La Vacherie

Publié le par François & Marie

La vacherie est un troupeau d'une centaine de têtes de bétail qu'un vacher, ou berger des communaux, et son bon chien, emmènent paître, en automne, dans les prés appartenant à la commune. Les vaches sont confiées...

Mais écoutons plutôt Marie nous le conter en patois :

       La vècherie y' est in troupiau d'ène grosse de vèches qu'un vècher ou bargi dè caruges ape sen bon chin
em'niant champouailli è
communaux. Les vèches li san baillies 
pou la jeunia pou c'tè qu'en point d'chaintre ou ben point l'laisi d'eller champouailli yeuté vèches.
     Le Lonlon du meix dè Hourdis avo oyu la cône du bargi, è savo que l' Bouvier , astheure d'vo étre veu leillise, què s'ro binsto ique ape qu'el émo pas ben étre r'teidjé quand el arrivo d'aveu sa trope.
"Vin vite p'tchiot volo, détèche c'tè d'drète: la Bédiote, la Meussotte, la Nouère, la Bilette, mouais, j'va dépouaigi la Roussette, la Ruge, la Beurnotte, la Cornue, la Lu La Lulu la Lunette."
      Le Lonlon en jotto! è braiyo dans le f'mé, è s'entroupo dans ène salle, el a ben crè qu'el alo cabardouchi dans ène chogne!
"Vouai don, y'est fé, y'éto ric-rac! V'là l'Bouvier qu'èrrive d'aveu ène mi-grousse de vèches, ben y'en a braman  !"
- Salut-fraternité,l'Bouvier! Va t'y ? Y campène dur auj'dheu!
- Salutaré l'Lonlon,j'va ben fére d'aveu,j'va lè mouner rèquier lè ètrubions, y f'ra touj' du prôgeot !Meuhjpg.jpg
Le Lonlon crampé en bas d'sa couo, r'gaidjo parti l'troupiau leng qu'm'en in je sin pin,que dodelino en campouainant. E s'dio "l'Bouvier a ben à fére d'aveu c'tè touries, vèches, bilots ape ban-niaux, potchant, y'est ène vré arote ape que beusse, è feme trop, el a touj sa boffarde enboquée! E fai dè grinds pas r'lichis din sè sèbots empeillis, an le r'couniait d'loin aveu san chèpiai, san pélerine, san musette, sa cône que pendroille à sin cou, ape san  grin baston. El est touj d'aveu san bon chin, l'Mousse que fio ben son travouail de chin de bargi,  è japillo point, el oyo l'Bouvier : waï, waï, waï, le Mousse file à drète, brr, brr, brr, l'Mousse ramone lè touries que bzillant, è savo tout cen l'bon Mousse. E savo atou qu'veu la fin mèriaine, oilli, oille, oille s'ro l'signo de rattroupement , qu'el alo corre à drète, corre à gouche, sans japilli, pou  ramoner  l'troupiau veu l'bargi qu'va l' èqueudre, ape, à la queue leu leu è r'vindront en campouainant, y sentra bon l'lait, lè vèches r'vindront chècunes chu ieu (è savant qué couo é la yeutre). L'bargi ape l'Mousse reperteront "tous seuls lè deux"! 
       Un je, l'troupiau è r'veni tout seul aveu l'bon chin Mousse...
     C't'avépria là, au moument dè oille, oille, oille, l'bargi qu'sèto allongi pou tare, à l'èvri d'un baouchon, a pas bougi...L'bon Mousse a ben taichi d'le fére l'ver en virant auteu, en le r'nifiant en couinant un pcho mais y fio ren, l'vèché bougeo point...L'Mousse sento ben qu'y avo d'la djabieuri là d'sso, ape la grand'Rossotte sèto mis à muter en piatnant, l'rèste du troupiau fiono l'ére, lè pis ètint piins, è tiraillin, lè campouènes tracmallin... L'brave Mousse qu'menço à viri auteu du troupiau qu'savo pas ben lavou el en èto.Au bout d'in moument, la grand' Rossotte a marchi en téte , ape tout l'rèste s'est mis en reute vo l'villège , c'je là, lè teuries ont ubié de bzilli, tout l'troupiau se t'nio à carreau.
      Ce lindi là , s'rappale le Lonlon, j'souaillo lè èpeunes auteu d'ma chintre, j'ai r'gèdié arrivi lè vèches mais j'entendo point la cône du bargi...Bizère que j'me seu dit, ouais, ben bizère, qu'est c'qui a donc? J'vouais point l'Bouvier,y a renque son chin, bizère...J'a coru charchi mon ch'vau ape mon chai pou aller vouaire lavou èto l'bargi. El èto so san baochon, j'a ch'pé: HE L'BARGI, HE L'BOUVIER !è bougeo point, y m'a fait po ...J'a coru veu c'tè sabots, veu c'chapiais, qu'bougint point ape, ique...j'me seu dègonfié d'ri! la pèlerine RONFIOT! Y est là qui m'est r'veni: ya l'sè yèto la poule du Marius ape d'sa Zélie, l'Bouvier èto d'la riaule (la Zélie y est sa balla sieu!) è savo récarquilli l'jabot, el avo pas gros dremi, è cuvo en fiant mèriène! J'lè r'lichi qu 'm'en j'a pu su l' chai, à c'moument là, qu'est ce que j'vouais?l'bon chin Mousse qu'avo ramoné tout l'troupiau ape que j'venio veu san métre...J'y ai gratouilli l'crène en l'rasseurant : y va bin, bon chin, l'Bouvier è dremo !
       L'bargi, è r'gaidje pou tarre quand quéquion jèse de c't'...
"LE LONLON! Qu'est c'te fè ? y a èn'here qu't'es crampé lévan, te bargeotte, les viaux attendant yeute bouaire, bouge te vouaire"
La fone du Lonlon v'nio d'li r'monter lè bertalles en l'rèmounant su tarre, è r'monta la couo en s'dian :
“étre bargi, tout seul d'aveu un bon chin, y dè pas éte si mau ...“


Pour ceux qui auraient du mal à entendre la langue des patoisans, cliquez sur : traduction 

Publié dans Histoire en Patois

Commenter cet article

MARIE de Cabardouche- 26/11/2010 16:59



Il faut avoir eu une pincée de patois dans son biberon pour en être imprégné!



Phil 23/11/2010 08:00



J'ai essayé de lire sans me servir de la traduction. Y'a pas, la patois : faut être né avec... C'est comme le ch'ti. Pareil...


Histoire bien humaine que les lendemains de fête...



Marie 08/11/2009 18:35


La vacherie est un troupeau d'une centaine de têtes de bétail qu'un vacher,ou berger des communaux,et son bon chien,emmènent paître,en automne,dans les prés appartenant à la commune.Les vaches sont
confiées...
Marie vous en fera le récit en patois très bientôt,il commencera ainsi :
La vècherie y' est in troupiau d'ène grosse de vèches qu'un vècher ou bargi dè caruges ape sen bon chin em'niant champouailli è communaux.Les vèches li san baillies...