Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défi n°120 proposé par Cétotomatix pour les Croqueurs de mots.

Publié le par François & Marie

.....................................................................................................................................

Ecrivez un texte court*

comportant une majorité de mots commençant par "e, eu, œ".

..............................................................................................................................................................................................................................

* "texte court", euh... consigne ici irrévérencieusement irrespectée (note de la traductrice qui avoue, mais ne se repent pas vraiment!)

.......................................................................................................................................

 

- Eh! Eusébio, l'écriteau, l'as-tu entrevu? Enfin! la première exhibition de puces de l'été est annoncée, s'exclame ex abrupto Eudoxie émoustillée.

Eusébio, échalas à l'élocution aussi économe qu'un Ecossais, sourit jaune.

eusebio2.jpg

Il pressent qu'il peut envoyer bouler ad patres ses espérances d'endormissement égoïste enroulé en son hamac écru.

Il entrevoit qu'il va renoncer à la tiédeur parfumé de son jardin- Eldorado, son île d'Elbe...

Il présage que pendant l'ère estivale son euphorique égérie l'entraînera, plus souvent qu'à son gré, sur les aires d'étalages de vieilleries.

Eusébio s'accorde un reliquat de sérénité, inspire à fond les effluves des violettes et rend les armes.

- En quel lieu s'exposent ces étals?

- A Ecleux, entre Ecrille et Esserval, mon petit sucre en cristal.

(Hihihi! "mon petit sucre en cristal"...l'Eusébio, il va fondre, il est cuit! se gondolent les fleurettes.)

- Euh...dans l'Eure...Il nous faudra une bonne heure...

- Plus encore, puisque nous sommes passés à l'Eure d'été! s'esclaffe son épouse espiègle. Es-tu enclin à ce que nous y errions ensemble?

- En route donc! consent l'éveillé du hamac (qui renonce in extenso au titre de dormeur du val), embarquons dans notre obsolète Estafette.

(Amen! "l'Eusébio en sucre" s'est mué en caramel mou, pouffent les violettes et pensent les pensées.) 

Et l'engin à moteur passé de mode, emporte les chineurs.

- Quels encombrements, quels embarras! Des essaims de voitures, et pourtant nous n'en sommes encore qu'à une dizaine d'encablures. Eusébio, mon exquis, empresse-toi de nous entreposer extra-muros.

- Tendre Eudoxie, nous sommes extrémement éloignés de l'endroit des festivités. T'engages-tu à errer dans les emblavures* jusques à en attraper des élevures* aux talons? Es-tu prête à être si empoisonnée par les œstres* que tu en auras les jambes en étoupe? 

- Eh! ne me prends pas pour une éclopée. Si tu écarquillais l'œil, tu verrais que j'ai expulsé mes escarpins et enfilé des espadrilles.   

- Pourtant  j'élonge l'œil droit et puis le gauche aussi... à en être ébloui par l'échancrure qui s'élargit, là, sous l'épingle dégrafée de ton écharpe vert émeraude.

- Tes œillades s'égarent mon Eusébio!

Ils esquissent un embrassement léger, s'empoignent par la main tels des étudiants euphoriques et s'engagent émoustillés en l' éden des bibeloteurs.

Quel enchantement cet embrouillamini de vieilleries!

nounours-2fx.jpg

Des chopines d'eau de vie s'enivrent dans l'attente d'œnologues experts, en louchant sur les ex libris d'élégants elzévirs*.

Des eaux- fortes athées adoucissent leur acidité en se frottant à l'esprit mystique d'émouvants ex voto.

Des eustaches en mal de miches de pain à trancher, fréquentent des échasses sans bergers et sans Epoisses ni Edel de Clairon à étaler sur leur tartines...

Des éventails hautains (se prétendant éconduits par Lagerfeld soi-même) examinent de haut leurs homonymes, anonymes et pleurnichards, abandonnés par une danseuse de flamenco ratée, enfuie avec l'hidalgo de son coeur qui eut tôt fait, crac, de le lui briser (le coeur).

Une étole éburnée*, exhumée in extremis d'une échelle-escabeau où elle était enroulée, embaume d'eucalyptus les environs; elle enjôle les évents d'un grand ours empeluché, qui en écrase sur un établi à l'étau étamé.

Nos espions fureteurs, errent des plombes dans cet embirlificotage d'objets en espérance d'adoption. Ils fouinent, tournaillent, traînassent, comme anesthésiés par ce plein air où plane un cotonneux engourdissement.

Soudain Eusébio en extase, s'étiole, s'étouffe, s'asphyxie.

- Eudox!...

... Qui parle de Viandox? Je meurs de faim soubresaute Eudoxie. 

- Mon Eudoxiemoneudoxiemoneudoxie! s'exalte l'extravagant, vise cette royale, que dis-je! cette impériale...

... J'ai la dalle, la fringale! j'en tremble, j'en chevrote comme une égrotante* vieillarde, s'essouffle notre Eudoxie.   

- Euréka! mon Eudoxie, euréka te dis-je! trémule l'ensorcelé, la perle rare des quatre roues! la beauté faite châssis! le charme en carrosserie! je les ai dégotés!

... Dégoter urgemment un estaminet, s'étrangle Eudoxie affamée.

- L'élégantissime! le summum! la berline de luxe! l' "EDSEL CORSAIR"! éclose dans le Michigan...edsel-1959.jpg

... Michigan...miam, des pancakes aux cerises et aux prunes des Grands Lacs...bavasse l'Eudoxie

- Des enjoliveurs de luxe!

... Le luxe d'une cassolette d'écrevisses...

- Acier inoxydable en bordure!

... Bordure de filets de soles aux escargots persillés et oeufs d'esturgeon à l'aneth...

- Un tachymètre! Te rends-tu compte, un compteur en 1959! année entre toutes bénie!

... Du pain béni! oh oui oui oui, je m'en contenterais! oh oui juste une bouchée pour calmer ma fringale, implore en silence Eudoxie proche de l'apoplexie.

- Quatre starter, quatre! réalises-tu! pour être tétra-certain de démarrer!

... Démarrer par des macarons épicés et craquants au piment d'Espelette...mummm!

- Imagine! pas moins de 345 chevaux sous son capot écarlate!

...Ah! l'écarlate de la langue de boeuf, un régal...

- Et seulement pour une poignée d'euros! Mes économies n'y seraient pas même englouties!

... Engloutir des entremets, m'enivrer d'oenomel*, m'empiffrer de chocolateries, m'étourdir d'exquis entre-deux-mers... 

- Mon Eudoxie, ma parole, tu ne m'écoutes pas! Debout, tu es en train de dormir.

...M'endormir rassasiée, l'estomac repu, le gésier bienheureux...

- Que penses-tu de cette enchanteresse, de cette merveille?

- ...Des merveilles han! des oreillettes hann! des bugnes hannn! Tout ce que tu veux mon Eusèbe, c'est magique!

- Magique! tu es d'accord mon Eudoxie? Magique! on la prend! Ah comme je suis heureux mon petit patchouli! Elle te plait "mon" Edsel Corsair!

- NENNI !

- ...n...?nenni?...

- NENNI NENNI NENNI et reNENNI!

- Et...pourquoi non mon chaton?

- L'ALLUME-CIGARES!

- Oui?... l'allume-cigares... mon doux agneau, tu as vu comme il est beau!

- NENNI!

- Pourquoi un "NON" radicalement ex cathédra, mon petit rat?

- NENNI! grr, je hais cet allume-cigares! grr, je l'abhorre! JAMAIS je n'endurerai que son EPOUVANTABLE ECLAT bousille celui de mes exquises petites ESPADRILLES.

.......................................

Moralité: Eudoxie en hypoglycémie percera de ses banderilles quiconque ne respecterait pas ses jolies petites espadrilles.

.......................................

 

 

* emblavures: terres ensemencées.

* élevures: petites ampoules sur la peau.

* oestres: mouches grosses et toutes vilaines . 

* elzévirs: livres de petits formats imprimés en Hollande, vers le XVIIè siècle. 

* éburnée: qui a la blancheur de l'ivoire.

* égrotante: souffreteuse. 

* oenomel: sirop de vin et de miel. 

 

Partager cet article

Repost 0