Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défi n° 139 ("RÉSISTANCE") proposé par Enriqueta pour Les Croqueurs de mots.

Publié le par François & Marie

Défi n° 139 ("RÉSISTANCE") proposé par Enriqueta pour Les Croqueurs de mots.

En maintes circonstances Constance a fait de la résistance.

A tapagé en battant les pavés qui incendièrent les oignons de ses dix doigts de pieds.

A fait front le front ruisselant, en brimbalant des calicots troués. Une incivile tendinopathie s'ensuivit.

A scandé des slogans qui réclamaient le droit de chacun à choisir sa voie. Y a cassé sa voix.

A pétitionné pour des causes plus ou moins grandioses.

A combattu bien des diktats, résistant à l'envie d'en venir aux poings, qu'elle a mis sur le i de "ça suffit".

Aujourd'hui aussi, ça suffit !

Constance a pris sa décision et François a dessiné cette irrévocable détermination:

Dorénavant elle ne va plus quitter sa cuisine,

son havre, son refuge, son chez elle, son repaire à tartines.

Elle y règne en souveraine, au milieu des robots et de la porcelaine.

Ici elle peut tout régenter, quelle félicité !

Soyons fous, osons le dire... quel pied !

Trilili, c'est dit !

Constance s'enroule en chantonnant ♪ en un devantier très seyant.

Elle va concocter un frichti exquis enrichi de croûtons frits, trilili ♫.

Plic, plac, ploc, elle gave son vieux grille-pain de pain de mie, triili ♪.

Abaisse la manette qui, splong, rebondit en lui fêlant un ongle, l'abruti.

Ré-appuie et ... oit.

- Eh oui, ricasse le vieux grilloir en sautant du comptoir, inutile de t'escrimer, je me suis détaché de la prise qui me tenait en laisse,

Yeux béants, elle en reste comme deux ronds de flan, tempête, le menace de sa cuillère à bouillabaisse.

- Tu vas frire mes quignons, obéis non de non !

Défi n° 139 ("RÉSISTANCE") proposé par Enriqueta pour Les Croqueurs de mots.

Il s'enfuit, se récrie,

- J'ai résisté à la tentation de me goberger en grasses matinées. Je me devais sous ton autorité aux aurores de toaster, toaster et re-toaster. Qui donc m'en a su gré ?

J'ai dominé l'envie de faire tout roustir, prenant soin de toujours bien rôtir. Qui m'en a dit merci ?

Tout rouillé des rotules, le teint verdâtre et les pattes en spatules, je cours m'oxygéner.

- Reviens mon tout mignon, j'ai besoin de grignons pour mon bœuf bourguignon !

- Non, non et re- non ! Sur ton ordre j'ai de trop de croûtons grillé les ripatons.

J'ai décidé de m'amender, de virer grilloir repenti et d'épargner ce petit pain de mie.

- Grand merzi mon zami ! roucoule toast-l'espiègle de son accent mi-farine de riz, mi-farine de seigle.

- Reviens ... supplie la cordon bleu(e) qui lève les bras aux cieux.

- Vas-y mon zami, résiste. Allez roule! De tes résistances neutralise l'effet Joule !

Fuyons, résistons, au galop décampons !

S'écrit petit pain de mie, chef de mutinerie, ragaillardi à l'idée de ne plus jamais être frit.

Partager cet article

Repost 0

Saint Valentin

Publié le par François & Marie

Saint Valentin

Le 14 février les oiseaux cuicuitent et zoziotent dans les arbres: ils construisent ensemble des nids douillets avec une habilité et une patience inouïes. Le 14 février c'est la promesse du printemps qui pointe le bout de son museau, c'est les ombres de l'hiver qui s'éloignent, c'est l'année nouvelle qui se réveille dans un petit air frais revigorant . C'est la fête des amoureux. C'est le jour où on ne pense pas aux méchants qui salissent bêtement la planète en criant fort pour faire peur aux enfants. C'est la fête des amoureux, on pose un baiser sur les lèvres de sa bien aimée pour lui dire que les oiseaux continueront longtemps à cuicuiter et à zozioter.

Partager cet article

Repost 0

Défi n° 138 proposé par Lilousoleil pour les Croqueurs de mots.

Publié le par François & Marie

Défi n° 138 proposé par Lilousoleil pour les Croqueurs de mots.
Défi n° 138 proposé par Lilousoleil pour les Croqueurs de mots.

Vous voyez cette "brindille", oui celle qui tambourine d'un ongle carminé et préoccupé l'émail de ses jolies incisives fraîchement orthodontées, c'est Aglaé.

Aglaé vient d'agencer en cabinet de curiosités les trésors, en soldes, qu'elle a quêtés. Elle passe en revue ses trophées.

Dans un cliquetis de bracelets elle pointe soudainement d'un index accusateur le lumignon travesti en amanite tue-mouches qui occupe un casier de l'étagère.

- Ce champignon, d'où vient-il, moi qui n'ai jamais pu les digérer...

Aglaé peut être sujette à des amnésies consécutives à certains achats compulsifs.

Et hop ! elle vire la lanterne au gros pied chapeautée de rouge et vlan la rétrograde au niveau du plancher.

Aglaé se détend, cesse d'agacer sa denture, enchaîne un pas de côté, suivi d' un déhanché très étudié et lâche,

- Pââr-fait !

- Cââ-naille ! tremblote de rage la reniée qui se souvient qu'elle a dans ses gênes d'amanite des pouvoirs hallucinogènes, je vais en représailles semer une belle pagaille parmi tes précieuses trouvailles.

Ses prédictions se confirmèrent.

Défi n° 138 proposé par Lilousoleil pour les Croqueurs de mots.

Lorsque Aglaé faisait mine de se saisir du sac noir chat bossu cuir verni aux yeux jaunes fielleux 305 €, il se mettait à feuler, à crachoter. Elle l'abandonna au portail de son redresseur fiscal.

Alors qu'elle avait décidé d'aller minauder en compagnie de sa minaudière clopeuse à sequins et cristaux 1500 €, la brindille se voyait interdire l'accès à toutes les soirées branchées madame, ici, nous tolérons bien des turpitudes, mais, fumer est interdit !

Un matin de vent glacial elle voulut se coiffer du modeste bonnet acrylique, 12 € 90 (une misère), celui-ci exigea que les yeux de la belle se placent très exactement au niveau de ses quinquets divergents. Devant cette impossibilité anatomique elle céda le couvre-chef au chef des vengeurs masqués, en mal de cagoule.

Guillerette un matin Aglaé s'attaqua à gambader souplement en sneaker gauche 790 €, résille rose bonbon orné de broderie, au bout de cent mètres à cloche-pieds, elle s'écroula, épuisée. Elle en déduisit qu'elle aurait bien dû acheter le deuxième soulier...

En toute logique, puisque l'automate tout raide, rose nacré et petit riquiqui, 23 €, tolérait l'appellation insolite de "boule de Noël", la brindille, l'accrocha au sapin. Le petit robot vexé comme un pou utilisa ses pouvoirs intergalactiques pour vriller en une bouillie ruineuse le Nordmann floqué, puis se mit en orbite pour retrouver son copain Nono le petit robot.

Se sentant en phase avec un doux soleil printanier, Aglaé choisit d'exhiber son sac en cuir grainé. De loin on aurait cru qu'elle baladait une grosse tranche de jambon en laisse (une tranche à 1190 €, ça fait cher le kilo!), elle fut stupéfaite et effrayée de voir se rassembler à ses trousses une meute inquiétante de canins et félins. Elle courut chez elle se calfeutrer, décida que le jambon était périmé, le donna à sa bignole qui en orna sa cheminée aux côtés d'un matou empaillé.

Son sac en veau rebrodé de 1200 € de sequins lui infligea lui aussi bien des déconvenues, il meuglait bruyamment dès qu'elle croisait un étal de boucher. Elle se vit accuser de détournement de chalands par le syndicat des tripiers. Depuis Aglaé ne mange plus que des calamars, sans frites et sans moutarde, c'est son droit d'après le Code Pénal.

Elle crut bien ne plus jamais marcher droit lorsqu'elle se percha à droite sur une bottine daim 1395 € et à gauche sur son homonyme, et pourtant dissemblable en cuir 895 €. Est-ce l'écart de 5 cm ou celui de 500 € qui la transforma en Quasimodo claudiquant ? Elle jeta le bottillon droit du haut de la tour gauche de Notre Dame et le gauche depuis la tour droite, par pur esprit de contradiction.

Un jour d'été alors qu'elle déambulait dans la campagne, Aglaé fut attaquée par une alouette qui lui vola sa coquette coque iPhone 55 € . Il semblerait que le volatile l'ait confondue avec un miroir aux alouettes. Dépitée l'alouette décida de changer de lunettes et de se faire plumer et le bec, et le bec (elle ne s'était jamais aperçu qu'elle en avait deux...)

L'hiver venu, Aglaé décida de se ganter de renard, 453 €. Qu'avait-elle fait là ! Dès qu'elle croisait un corbeau qui revenait de la supérette en trimbalant un camembert ou une cigogne qui venait d'acquérir un nouveau vase à long col, la moufle en Goupil se mettait à glapir, à japper, à trompeter, provoquant l'ire des gens du quartier. Embarrassée, elle courut l'enfouir dans le terrier... d'un blaireau, pour tromper l'ennemi.

Défi n° 138 proposé par Lilousoleil pour les Croqueurs de mots.

Aglaé démoralisée par le vide de ses étagères, se saisit de la lampe champignon qu'elle plaça bien en évidence dans le plus beau, le plus vaste des casiers. Hé hé ! L'amanite était vengée.

Partager cet article

Repost 0