Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Rituel Minuscule

Publié le par François & Marie

Infinitésimale.
Blond caramel.
Egarée.
Sous le dodu du bol cachée. 
Débusquée. 
Du bout d'un doigt piégée,
Picorée.
Lentement savourée,
Ultime miette de pain grillé,
Exquis vestige de petit-déjeuner...
Grignotée, croustillée, yeux fermés...

miette

C'est un rituel très agréable pour moi que de débusquer, à chaque fin de petit-déjeuner, une miette grillée (indispensable, le croquant du  grillé !). 


La reutchiâ-

T' mets su la piatine d' la cus' niére Gaudin, rug' de chaud, in bon bout d' pain d' ménège.
T' laisses à lèsi pou què sé bin grilli, dè deux coûtés.
Méfie-te bin, dè coups, è d'vint tout nâ .
Te r' vins d' la futrie. T'as rèmouné du beûr' tout fré. 
T' âs bin drêt à in vérre d' jus, d' vant d' èller bailli l' bouèr' è viaux. 
La fône a embocalé dè grusalles qu' sant balles ruges. Te t' fè èn' boun' reutchiâ, pou trampoter dans tin vér' de jus.
Hein don qu' yè bon !
R' gaidje bin su la touail' ciria, cheu sûr que t' vâs trouver èn' ptchiote mié grillie qu' t'avo pouaidju.
Chop' la daveu tan Eustache, goût' me çan en  fremant les u ap'en frisotant ta moustèche.
Hein don qu' yè bon !
Faut pas grin cheûse pou qu' la jeuniâ qu' mence bin...
Mais y'  è pas l' tout, faudrot point t' rendreumi ! Tè bilots ètendant yeut' pitance, bouge-te vouair' un pcho,  v' là la fone que vint vouèr' c' qu' t' branquille ! J' crè bin qu' yè temps d' fremer tan cutchô ...

Partager cet article

Repost 0

La rogneur

Publié le par François & Marie


Qu'è c' qu' y è don c't'è ptchiots teurtillons bian-crém' ? Bin, y'è çan, la rogneur !*

* "Auteu du lait, j' vas vôs dir'-"
Rognure

Ces petits tortillons blancs-crèmes? Mais, c'est ça la fameuse rognure !*

*" Le lait et ses environs"
-

Publié dans Souvenirs

Partager cet article

Repost 0

Acout' vouèr'

Publié le par François & Marie

Acout' vouèr'-

Din la bouèt' que cause è s' piaignant que c' t châtemps duais mil dix, tout c'tè qu' vont in vadroïlle, è z' èrint migi pieu d' sope que d' yaice...
Lè mèrchans d' yaice, dains l' timps, è z'ètint bin pieu maulaise ! Ique, an savot point c'qu' iètot, c' ta yaice! 
An migeot d' la sope tous lè je, qui fiè du soulè, qui pieuv' ou bin qui jale ape gnon en causôt...

soupe.jpg


Ecoute en passant.

Aux infos, ON se plaint. En cet été deux mille dix, les vacanciers ont consommé plus de soupe que de glaces...
Ici, autrefois, les marchands de glaces auraient été encore plus mal lotis, la glace, on ne connaissait pas. 
On mangeait de la soupe tous les jours, qu'il y ait du soleil, qu'il pleuve ou qu'il gèle et...personne n'en parlait .

Publié dans Histoire en Patois

Partager cet article

Repost 0

Décalage

Publié le par François & Marie

T' m' encrairâs point ! Mè ptchiètes lignes s' en sant en allées d'ique, ill  z'ont travêchi lè grânds gouillats d' aigue pou atèri à 6000 kilômétres, è z' Amèriques ! Ape, ill s'en  sont enr' torner ique d' vant touais qu' lè lis. T' y crè te ? J'en seu tout' étabutée, j' en r' vins point, tchain...
T' âs t' y vu qu' men ills sant lè majons lè van ? Y 'è t' y haut, y t' en baille le lodjot tout çan.
Y' en a t' y du monde, praisque autin qu' pou la fouère de Longwy *! E z' ont don ren à fér' qu'è s' proumounant tout l' je ? 
Ape, y roul' din tous lè sens, j' s' rô prou môlaise lévan daveu man vèlô...
T' âs vu pou tarre, y è prou brave c' tè zig-zag mè, è z' ont bin du temps à pèdre, te crè qu'è fiant dè yérôgliphes m' en çan pouaitchou ? E d' vant point réparmer lè pinceaux !
Y è bin brave lè Améric' mé, an dais bin ét' aisi d' r' veni chu souais, t' crè point ?

* Longwy sur le Doubs, dans le Jura. Célébre rendez-vous des Lonvociens et autres Francs -comtois, dernier samedi et dimanche de septembre, depuis... 1383.

On-the-Road.jpgLes vibrations des criquets tirent François du sommeil. Les cloches de l' Angélus sont à Marie réveil. 
Là où  est François, la Liberté est en statuée. Chez Marie, une Marianne en bustée au-dessus de l'évier contemple, blasée, la vaisselle empilée.
Depuis un cent deuxième étage, François prend en photos des buildings-échalas. Marie immortalise le vieux tilleul, et la pierre où repose le chat.
Comme la raie sur un crâne gominé, François suit à leurs traces, les rues bien rectilignes, depuis l'Empire State Building.
Marie crapahute dans les chemins herbus, pentus, à l'ombre des vieux chênes tordus.
De delicatessen cornichonné François va déjeuner.  Marie fait un méli- mélo des restes de frigo.
François ronronne en croquant des peanuts grillées dans un gros cornet gris. Marie sans plaisir ni sel ni beurre, machouille des radis piquants et racornis.
Fournaise, clim, fournaise, clim, un rhume François a attrapé. Marie lui dit fallait emporter un gilet.
Six heures de décalage. 
Soustraire, additionner pour savoir ou l'autre en est de sa journée.  
Six mille kilomètres, c'est loin l' Amérique...
Tais-toi et rame!

Partager cet article

Repost 0

C'est en forgeant que…

Publié le par François & Marie

C'est en forgeant que, etc... Un restaurateur de mes connaissances, tout en délestant son coffre d' achats alimentaires et s'affairant à leur rangement, enjoint à son apprenti,

-  Garçon, tu videras ce carton de bouteilles.

Un quart d'heure plus tard,

- Ça y est patron, j'ai tout vidé. .............................................!

Les trente six bouteilles... dans le caniveau !

De l'eau minérale, certes, mais du whisky ou autres savouries, auraient sans doute subi, sans complexe, le même sort...

 

E m'avot dit,

- Ptiot, t' vidrâs c' querton d'aigue. J' t' l' è vidi, vit' fait ! Mais v' là t' y pas qui paraîtrot qui fayot point lè renvêchi dans l' taro... In patron, y'è bin jèmais contint.

Publié dans anecdotes

Partager cet article

Repost 0

Yé point pi

Publié le par François & Marie

( Grantu patoisé. )

-Y sér' à ren tin patouais, y' a pieu gnon qu' le cause ape point grin mond' qu' le comprend. 
Qu' y en a qu' me djiant. J' me r' varpe.
- Qu'est c' que vô barjalez ?
Vôs crète que c'tè qu' causant pointu, an lè comprend touj ? Que nenni! E savant pas fini c' qu'è djiant. E z'en évélant l' bout. 
Vôs sétes c' qu' yè, vôs, in " grantu  "? è bin, yè du causé pointu qu' a avotché. I paraîtrot qu' yè in " gran unifôrme."  Quand j' vôs dji-ô qu' è sant trop fégnants pou causer l'abouti... T' y comprends ren de ren. Yè bin pi que l' patouais, y' è mouais qu' j' vô y dit.

03.30.09.guard.jpeg

Publié dans Histoire en Patois

Partager cet article

Repost 0

Grantu

Publié le par François & Marie

Grantu ?-

J' officiais en cuisine lorsque le speaker tint à nous informer :
- Ils défilèrent en grantu.
- Turlututu, chapeau pointu, ajoutai-je mentalement, l'esprit léger.
Ma sauce avait bien dextrinisé,
Condition sine qua non pour une Béchamelle labellisée.
- Grantu ? se rebiffa mon neurone, outré.
Me forçant à m'interroger, ma spatule figée.
- Grantu ? Serait-ce un mot parisien nouvellement apparu,
Qui jusques aux Jurassiens ne serait parvenu?
De la muscade il convient d'ajouter.
- Grantu, grantu ? Mon front serein tout à coup se plissa,
Il devenait urgent que Larousse m'éclairât.
Un temps d'ébullition, encore est important,
Tout en tournicotant une valse à huit temps.
Dictionnaire ne consulteras pas avant un moment.
- Grantu ? Mon cerveau ne comprend-il plus ma langue maternelle ?
Lorsque, victoire ! Le blablateur professionnel,
Au détour d'une phrase mit fin à mes tourments,
Se re-gargarisant :
- Ils défilèrent en GRAND UNIFORME, blabla et reblabla...
Soulagée, je poivrai le brouet deux fois !

 

 

 


Publié dans anecdotes

Partager cet article

Repost 0