Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défi n° 132 ("Expression connue") proposé par Dimdamdom pour les Croqueurs de mots.

Publié le par François & Marie

" Expliquez à votre sauce l'origine d'une expression connue".

.............................................................................................................................................

Quand on aime on ne compte pas !

C'est pourquoi dans ce texte il n'y aura pas seulement une  expression mais plusieurs, fruitesques et légumesques et quelques autres chiffresques !

...........................................................................................................................................

Les jambes en compote Abutilon* le jardinier en a gros sur la patate.

Depuis plus d'une heure il fait le poireau et risque bien de prendre racines...

Tel le  balancier d'une pendule comtoise, il dandine, d'une main moite à l'autre  aussi tiédasse, une botte des fleurs de l'espérance, des perce -neige honteux de leurs clochettes flasquement ramollos.

Il n'a pas rêvé, Rose, pour qui il perd son temps et qui de ce fait lui devient si importante (dixit St Exupéry) lui a bien sussuré, entre la poire et le fromage, cher Abutilon, attendez-moi sous l'orme...

...Et il attend... et elle commence à lui courir sur le haricot ! 

Il se refuse à donner raison à ceux qui se demandent comment ce naveton haut comme trois pommes, les oreilles en feuilles de chou, avec un coeur d'artichaut et un petit pois à la place du cerveau, a-t-il bien pu taper dans l'oeil de Rose, cette belle plante et néanmoins mathématicienne... Qu'ils s'occupent donc de leurs oignons... rdv2

Pour lui c'est la fin des haricots... le bouche à oreille a fait boule de neige; ceux qui ne peuvent tenir leur langue ont dû lui révéler qu'il est sans un radis, fauché comme les blés...

Abutilon vire morose... Il ne voit pas la vie en rose tant qu'il ne voit point poindre Rose...

Finalement Rose point enfin ! Rouge comme pivoine et pourtant tirée à quatre épingles, elle accourt quatre à quatre.

- Cher Abutilon, pour ce retard, pardon ! Mon coiffeur m'a retenue cent sept ans, il n'en finissait pas de couper les cheveux en quatre, d'aller chercher midi à quatorze heures... Pfou ! j'ai bien cru qu'il n'allait pas me libérer avant la semaine des quatre jeudis...

-  Humiliation de jardinier, mes perce-neige à vous destinés, se retrouvent tout fanés...

-  Vile anarchie mathématique ! le mille-feuilles que je vous avais concocté, comme chiffe molle vient de s'écrouler... 

- Ma bien-aimée, nous voilà à égalité !

- Mon Abutilon, quand on aime, on ne compte pas, voyons ! 

........................................................................................................................................................................................................................................

abutilon* Le jardinier porte le même prénom qu'une gracieuse plantounette: l'abutilon, qui se targue d' être vivace tant qu'il n'est pas boulotté par son ennemie, la ravageuse araignée rouge qui, fine mouche brouille les pistes puisqu'elle n'est point araignée mais acarien... Ah j'te jure, dans quel monde on vit !

Partager cet article

Repost 0

défi n°131 "La chance dans les jeux de hasard. " proposé par Martine pour les Croqueurs de mots.

Publié le par François & Marie

Marie de Cabardouche "dénonce" François qui a intégralement pris en charge le texte et le dessin de ce défi, merci à lui !

...........................................................................................................................................

Fortuné Caso n’a jamais été capable de prendre une décision. Depuis qu’il arrive à se  tenir debout sur ses deux pattes arrières Fortuné s’angoisse à l’idée de trancher entre deux options . Fromage ou dessert ? Bourgogne ou Bordeaux ? Castor ou Pollux ? Fortuné ne sait pas décider. Cette incapacité le mine le déprime et devant tant de désarroi il se laisse sombrer dans une morbide boulimie à base de crème de marron. 

Près de s'empiffrer de gaufres tartinées de pâtes chocolatée, Fortuné voit un soir apparaître une sorte de luciole bleutée qui se révèle être une Fée. Si si, comme dans les contes. Chapeau pointu, baguette magique et sourire niais, la mini fée s’adresse au désespéré :

  - Bonsoir fils d’Adam, je suis Romone la fée et je viens vers toi pour t’aider . 

  - Hein ? quoi ? qui ? la fée Romone ?  et pourquoi pas la fée Licitation pendant qu'on y est 

  - ( elle n'était pas libre...) ... Bon. Tu souffres d’une grande névrose Fortuné, mais aujourd’hui le destin frappe à ton huis  pour t’aider à naviguer droit sur le long fleuve tranquille de la vie !

Hein ? 

  - Je viens t’apporter un truc pour t’aider.

- Ah ... Et comment savez vous que j’ai des soucis ? 

- Notre service informatique de renseignement est très performant, mais ne m’embrouille pas ; voici un jeu de cartes magiques. A chaque fois que tu dois décider de quelque chose, il te suffit d’en gratter une et le choix t'apparaîtra. 

- Oui bien sûr, ça a l’air intéressant mais je ne crois pas que je vais les prendre. 

- C’est gratuit. 

- Ces cartes vont certainement me rendre un grand service. 

La fée disparaît dans un «Pouf» bleuté suivi d’une petite traînée de paillettes dorées.

 carte-destin.jpg

fortune.jpgFortuné se retrouve avec un paquet de cartes à gratter magiques et gratuites. Il décide d’en tester une sur le champ pour voir leur efficacité. Après avoir choisi la carte «nourriture» il gratte ... excité par l’incertitude de l’aubaine,  que va t-il gagner ? un kebab ? une pizza ?  une tartelette aux framboises ? Las ! Il se retrouve avec un plat de brocoli à l’eau . Fortuné déteste le chou. Mais le hasard en a décidé ainsi et c’est le plat qu’il doit ingurgiter. Pour ne pas rester sur une défaite il décide d’en gratter une autre : la carte loisir. Fortuné se demande ce qu’elle va choisir : cinéma ? Balade ? Stage de poterie ? Sport nautique ? A sa grande surprise , il se retrouve à assister à un colloque sur l’émergence de l’économie alternative au service de la production des rondelles en acier brossé. 

Les conférences ennuient profondément Fortuné. 

Pris d’un doute sur l’efficacité de ces cartes il en essaie une autre : celle intitulée «emploi» lui qui hésite sur son avenir professionnel, il est curieux de découvrir ce que le destin lui réserve : fonction publique ? commerce ? artisanat ? que va décider le grattage ? 

Quand il voit apparaître « Danseuse nue» Fortuné fronce les sourcils :

  - C’est vraiment n’importe quoi ces cartes à la noix ! Je ne peux vraiment pas laisser mon destin être guidé par ces âneries ! 

Pris d’une salutaire rage , Fortuné prend pour la première fois de sa vie une décision :  il envoie balader les morceaux de carton et déclare bien haut qu’à partir de tout de suite il tranchera seul dans le lard pour savoir ce qui lui convient sans confier son destin aux fantaisies du Jeu ! 

 

Non loin de là, Romone la Fée savoure le bénéfice de son intervention, car grâce à sa ruse et à la poudre de perlin pimpin, Fortuné a renoncé au «JE» de hasard. 


 

Partager cet article

Repost 0