Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défi n°58 "Alors ce week end à Paris..." proposé par M'Annette pour la communauté "Les croqueurs de mots."

Publié le par François & Marie

Assise sur le pas de la porte, Françoise questionne Marie - Alors ce week end à Paris, ça s'est bien passé?

                                    ..............................................

  - T v'là donc rev'nue ma bonne Marie-Katel, comment c'était ton véquande parisien?

- Un raz de marée ma brave Françoise-Elwyna! J'croyais qu'j'avais changé d'planète. Y'a un monde fou qui court et grouille de partout. Chez nous, même à la grand'foirede Rennes, on prend l'temps de s'saluer, de se r'filer des combines pour stopper la piéride du chou-fleur, de comparer le cours de la sardine et celui de l'autruche. Dans cette métropole, on s'croise en prenant bien garde de n'point se r'garder, on fend la foule, nez au vent, l'air antipathique, genre "défense d'approcher". Y semblent tous affairés et très préoccupés. Des fois même y causent tous seuls en faisant des gestes, ça fait un peu peur...Comme y font pas attention à toi,tu t'prends les portes battantes dans le nez. On te bouscule si tu marches au rythme du ressac tranquille. Eux, tu croirais qu'y sont en perpétuelle tempête, en gros temps, c'est exténuant.

Bretonnes2.jpg- Bin dis donc, c'est du sauvagisme... 

- T'entends plus un son breton, y causent un Français bizarre  -"Bonjour-an", oui-an !  Et pis, rien n'est "gratuit-an", faut avoir le porte-monnaie toujours bec ouvert, tu paies même pour faire du vélo! J'aurais bin dû amener l'mien, ça m'aurait évité de chercher un taxi à toit ouvrant pour y loger ma coiffe de gala. Dans le train des taupes, le métro qu'y disent, un sauvage s'est agrippé aux dentelles de ma tubulure, croyant s'accrocher à une barre verticale. 

- Aucun savoir-vivre... Et comment "ça" se nourrit c't'engeance?

- Pas question de t'régaler de galette saucisse, pas assez light qu'y disent, ni d'andouille, ça pue, qu'y disent! Y vont au fast-food manger avec les doigts un hachis à la sauce rose coincé entre deux éponges...Tu rêves d'une bolée de cidre ou d'un bon lait ribot, on t'apporte un coca en boîte de conserve! Un indigène du coin en voyant mon beau tablier brodé m'a confondue avec une serveuse, t'imagines! 

- Sacrilège! ...T'avais emporté des niniches?

- Encore heureux, plein mon cabas! Risquait pas que je les oublie! Mon péché mignon est d'en tremper une ou deux au beurre salé dans mon bol de café. Là-bas c'est le chimgomme qui remplace la niniche, va donc tremper cet élastique dans l'café... J'avais prévu un beau Kouign-amann maison en provision de route, ben, y n'aime pas sortir de sa province, y s'est r'trouvé tout brisuré... 

- Tu connais la devise "L'biscuit breton, même en miettes, c'est bin l'plus bon"!

- C'est bin vrai Françoise-Elwyna. Là bas le café est si amer que j'l'ai sucré avec tous les débris de mon gâteau au beurre frais de baratte. Pour compenser, j'ai fait une razzia sur leurs sucres enveloppés. Y n'ont pas supporté l'heure de pointe dans le métropolitain et ont explosé au fond de mon sac. Depuis, j'ai un cabas englué qui crisse de partout.

- Notre fleur de sel, elle crisse aussi, mais elle est bien de chez nous, elle...Et des dolmens? J'parierais qu'y a même pas d' dolmens par chez eux?

- Si fait, si fait! Y'en a un, bien haut et ils en sont fiers. Il est en roc métallique boulonné. Ils appellent ça une Tour... Eiffel je crois. Elle doit servir de phare, elle dégouline de clignotants à t'en donner le tournis.

- Mais, y'a pas la mer là-bas!

- Bernique! Y a qu'une grosse, mais vraiment grosse rivière bien sale, avec des mouches dans des bateaux, là, j'ai pas tout compris...

- Bien fait! Nous on a la mer de tous les côtés... Et pis, vont-y à la messe?

- P't'être bin, quand y z'ont mis dehors les troupeaux en bermuda, en clic-clac kodak, y peuvent p't'ètre causer en paix à Ceux d'en Haut. Y a plus de cent églises dans ce patelin, t'as l'choix pour les horaires! Y en a une, haut perchée qui ressemble à la pièce montée du mariage de la Solenn et de l'Erwann et pis une autre, graaande, avec une rosace tellement belle que c'était comme si j'avais vu une apparition...

- Y doivent être bin r'ligieux dans l'secteur...

-  Sûrement, hein...

- Font-y des Pardons, avec des binious?

- Ouais, j'crois bin. Pour le premier mai. Les commis de l'Etat de tous poils, les non commis et même les retraités sont très pieux et  font souvent des Pardons. Mais comme y'a pas d'binious, y z'appellent ça manif... Y s'attroupent, s'agitent, klaxonnent, trompettent et  beuglent dans des gros entonnoirs en agitant des draps peinturlurés. Et ça revient souvent! Y doivent avoir pas mal à se faire pardonner. 

- Bizarre quand même...Et pis, y'a -t-y des crêpes?

- Sûrement puisqu' y'a même un moulin de la Galette, y z'essaient d' nous faire concurrence. Y'a aussi un autre moulin, il est rouge, çui-là. J'l'ai pas visité, j'avais mal aux pieds, j'ai dormi pendant que l'Albin allait l'explorer avec le Grégor et le Jakez. Y sont rentés à l'aube, comme pour le dernier fest-noz...  

- Les moulins doivent fermer tard par là-bas...C'est bizarre cette vie là. On est mieux chez nous, tu crois pas Marie-Katel?

- Voui Françoise -Elwyna...

- Y t'resterait pas une niniche au fond de ton baluchon?

- Si, une rescapée que j'ai trimballée dans la capitale.

- ...

- T'aime pas?

- Elle sent la Grand'ville...et pis elle poisse de sucre écrasé.

- Viens on va s'en chercher qu'éques-unes toutes fraîches chez l'Héliaz.

- Hummmoui, Marie-Katel! Des qui sentent bon la sardine à la fleur de sel pour tremper dans l'chocolat chaud au chouchen!

- T'as raison Françoise-Elwyna, y connaissent pas c'qu'est bon dans leur Pandémonium...

-  Curieux que tu me parles de pandémonium, vaste sujet! Alors qu'Alban s'encanaillait, j'ai été conviée à une nocturne privée au Louvre pour considérer un détail du célèbre tableau "Le Pandémonium". Je l'ai choisi pour illustrer ma thèse " Le sublime exaspéré des Mondes perdus"...J'ai pris du retard, ma soutenance est dans un mois à Londres.                                 

-  Ce sera vite venu, mon amie doctorante. J'ai à faire également, hier j'ai décelé une anomalie lors du dernier fixing de 17h 35 du CAC 40. Mon MP3 m'a restitué des calculs de  moyenne pondérée assez alarmants. Il me faudra tirer ça au clair avant mon départ pour Tokyo. N'oublie pas que tu m'y accompagnes!

- Bien Madame l' Inspectrice des Finances, laisse-moi juste le temps de désensucrer mon cabas!

                                                                                     et bla, bla, bla, et bla...

Partager cet article

Repost 0

Verres tout ronds

Publié le par François & Marie

Providence des prunelles amblyopes, nos verres tout ronds cerclés d'écaille ont donné à une fillette un air de petite chouette aux yeux bleus.

P-tiote-lunette.jpgPour elle, nous avons pris garde de viser juste entre les cases crayeuses d'une marelle, où  tressautaient ses sandalettes, de la terre au ciel en évitant l'enfer.  

Ses peines enfantines nous ont embués de larmes lorsqu'elle trépignait des "c'est pas juuuste!" ou saignait de coudes écorchés.

 Son regard fiérot nous a égayés quand elle bravait avec succès les défis des "même pas cap!" 

 Ses yeux neufs retrouvés, en un fond de tiroir elle nous a pour un long temps négligés. 

Bien des décennies plus tard, avec une once de nostalgie, elle nous affiche et nous contemple, sur un vieux cahier négligemment posés.

.....................................................................................................................................................................................

Partager cet article

Repost 0

Homophonies approximatives -

Publié le par François & Marie

Défi n°57 proposé par Nounedeb pour la communauté "Les Croqueurs de mots".Camel2

Imaginez une histoire qui doit commencer par "Le chameau était lancé" et se terminer par une phrase homophonique (qui ressemble à la première, uniquement par les sons) de votre choix.

 

Le chameau était lancé et ondulait en longues enjambées.

Thimoléon et Olifie cramponnés à la monture étaient au bord de la nausée.

Ils se seraient cru en voilier sur la mer démontée et le bateau était secoué.

Les invités s'étaient cotisés. Le voyage de noces au milieu des dunes devait les dépayser. Hélas, le cadeau était empoisonné.

Le sable donnait à Olifie des allergies mais, puisque l'anneau était passé, elle se devait de suivre le marié.

TarbouchThimoléon n'avait pas le pied marin. Et puis, il détestait le tarbouch; il allait regretter son chapeau melon en affublant sa tête de cette pièce montée. Dans sa famille le chapeau était porté, hiver comme été, il n'allait point déroger!

Leur cerveau était embrumé (c'est dire s'ils ne font plus qu'un!). Ils avaient passé la nuit dans un château. Belle-mère avait insisté - Très sélect, vous ââdorerez!

De plus, par le guide du Couchetard paraît-il, le château était recommandé...

Mais,le château était hanté et il y faisait si froid qu'un manteau de Père Noël le fantôme avait endossé. En mai, ainsi accoutré, le spectre manquait de crédibilité! De plus, il éternuait et le manteau était mité.

Tout étourdis ils descendirent du manège, se promettant d'y revenir  demain. Olifie  choisira un escargot alors que Thimoléon pour une paisible tortue va opter.

poireaux22Envoyant valser les conventions, ils décidèrent de croquer à leur guise le pécule aux noces récolté, en débutant par un bon dîner aux Halles, où, de ouï dire, le poireau était réputé!

Partager cet article

Repost 0

De notaire à la lune.

Publié le par François & Marie

luneDemi-lunes cernées de métal doré, nos verres se sont accoutumés au perchoir d'un notarial bout de nez.  

Ils ont secondé Maître Scribe, sis en une Etude cossue, lorsqu'il déclinait les noms et qualités de chaque De cujus.

Ils ont partagé les silences respectueux de parterres d'ascendants, descendants et collatéraux, engoncés en de sombres habits.

Ils se sont penchés sur des phrases sybillines et des mots compliqués, "Tontine", "Ab intesta" et autres "Codicille". Le tabellion les décodait lentement face à de futurs héritiers qui n'avaient qu'une hâte, entendre prononcer de "legs", les quatre lettres tant attendues.

Ils ont contemplé des promis très épris, surpris de voir opposé à leurs sentiments ardents et généreux, un contrat limité, réducteur aux acquêts.

Ils ont chu par un matin pluvieux sur le bureau ciré. Leur notaire venait de s'écrouler,  feu, de leur perchoir les laissant orphelins.

Publié dans Souvenirs

Partager cet article

Repost 0

Notre paire qui êtes aux yeux

Publié le par François & Marie

Croire en la mémoire de l'eau peut être sentencieux.
Pressentir que des verres de lunettes facétieux
Confisqueraient une once des images pour eux,
Nous ferait-il basculer en camp des suspicieux?

lunettes.jpg

(cliché: Marie)

Notre-paire.jpg

(François)

Publié dans choses vues

Partager cet article

Repost 0