Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défi n° 170 ("Les mots" de Prévert) proposé par Martine 85 pour les Croqueurs de mots.

Publié le par François & Marie

En vous inspirant du texte "Pour faire le portrait d'un oiseau", écrire une recette à la Prévert: "Pour maigrir"... "Pour être heureux"... "Pour trouver le grand amour et le garder"... en prose ou en vers.

..............................................................................................................

                                    PAROLES de gallus gallus

                                    POUR DÉSAPPR' OUVER *

Pour désappr'ouver *

prendre quatre heureuses poulettes

en condition d'ouver *

Leur vie n'est que calme et volupté

jusqu'au jour où elles vont

s'étonner de voir fermés les volets de leurs propriétaires préférés

Intriguées elles se mettront alors

à observer la façade d'un œil rond

à lorgner

à tendre le cou en à coups saccadés

pour le coup gloups

à avaler de travers un gravier

à se questionner

mais où sont passés les deux charmants parents

et leurs enfants tout marrants

qui chaque jour nous gesticulent

de joyeux et familiers coucou les poulettes

depuis la fenêtre entrebaîllée

Elles vont

s'inquiéter

conclure que dans la jolie maison d'en face

quelque chose est arrivé

quelque chose d'insolite

quelque chose d'inaccoutumé

quelque chose de troublant

quelque chose de déroutant

pour leur rassurant ronron  routinier de gallinacées

 

Puis elles vont

réfléchir

vaquer dans l'espace qui leur est réservé

dans l'herbe ou dans les cailloutis

Feindre de penser que rien n'a changé en leur petit paradis

caqueter glousser picorer

comme si de rien n'était

mais par réflexe au troisième asticot

élancer un cou tendu tchac vers la façade muette

vérifier qu'elle est toujours désertée

Elle l'est...

 

Cogiter sans angoisser

Considérer la situation

Convenir que la pâtée de maïs est bien servie à temps

que les oeufs sont récupérés au bon moment

que le flot d'eau claire est constant

que des êtres sympathiques et réglos

veillent au rituel de leurs journées

Pourtant elles sont frustrées toutes chairdepoulées

privées de leurs humains favoris 

 

Elles vont se raisonner

ne pas trop s'alarmer

patienter

se coucher se lever comme les poules

attendre

s'il le faut trois jours ou deux

la patience paie toujours

 

Si les persiennes de leur maisonnée préférée restent closes

c'est mauvais signe

signe que leurs maîtres ont déserté

Elles vont alors

jaboter conciliabuler

prouver qu'elles ne sont pas des poules mouillées

Voter agir faire grève de pondaison

 

Épier les réactions de la nounou de remplacement

Gloussoter de triomphe devant son air stupéfié

caqueter en effrontées

Si elle tente de dialoguer

bin alors mes poulettes quatre jours sans cocos qu'est-ce- que quoi donc

Rétorquer

on n'est pas tes poulettes

nos œufs sont notre patrimoine

on les sauvegarde pour nos maîtres nos amis d'à côté

qui s'en régalent à la coque avec leurs flocons d'avoine

Mais... vos maîtres  sont partis vacancer congés bien mérités

me priant en qualité de mamie et toute proche voisine

de respectueusement vous materner

 

On ne vous croira que lorsqu'on verra leur maison s'animer

à leur retour seulement nous serons disposées à

redevenir poules enjouées aptes à crételer *

Pour l'heure Plumette Crevette Chaussette et Prétolette *

décident d'entrer en rebellion

de ne plus pondre non non non

de s'attaquer au réservoir d'eau

le cochonner de giclées de fientes pouët

le crotter de jets terreux

gratter chambarder saccager et vlan le renverser

 

Si la mamie nourrisseuse écarquille des yeux effarés

et une bouche en cul de poule

c'est bon signe

signe que vous avez gagné

qu'elle va informer votre famille de vacanciers

ils vont se hâter de venir vous retrouver

Gaussez-vous

déambulez mollement en tordant du croupion

siestez culs tournés sous le noisetier

cloquez à votre gré de hautaines onomatopées 

pouëtez pouëtez repouëpouëtez

et l'année prochaine partez donc avec eux vacancer

 

...................................................................................................................................................................................

 

* ouver: pondre

* crételer: chant de la poule qui vient de pondre

* Prétolette à ne pas confondre avec Pétrolette (Noémie et Louis sont formels !)

 

 

 

.

Pour faire le portrait d'un oiseau

Pour faire le portrait d’un oiseau Peindre d’abord une cage Avec une porte ouverte Peindre ensuite Quelque chose de joli Quelque chose de simple Quelque chose de beau Quelque chose d’utile Pour l’oiseau Placer ensuite la toile contre un arbre Dans un jardin Dans un bois Ou dans une forêt Se cacher derrière l’arbre Sans rien dire Sans bouger… Parfois l’oiseau arrive vite Mais il peut aussi bien mettre de longues années Avant de se décider Ne pas se décourager Attendre Attendre s’il le faut pendant des années La vitesse ou la lenteur de l’arrivée de l’oiseau N’ayant aucun rapport Avec la réussite du tableau Quand l’oiseau arrive S’il arrive Observer le plus profond silence Attendre que l’oiseau entre dans la cage Et quand il est entré Fermer doucement la porte avec le pinceau Puis Effacer un à un tous les barreaux En ayant soin de ne toucher aucune des plumes de l’oiseau Faire ensuite le portrait de l’arbre En choisissant la plus belle de ses branches Pour l’oiseau Peindre aussi le vert feuillage et la fraîcheur du vent La poussière du soleil Et le bruit des bêtes de l’herbe dans la chaleur de l’été Et puis attendre que l’oiseau se décide à chanter Si l’oiseau ne chante pas C’est mauvais signe Signe que le tableau est mauvais Mais s’il chante c’est bon signe Signe que vous pouvez signer Alors vous arrachez tout doucement Une des plumes de l’oiseau Et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau.

Partager cet article

Repost 0

Défi n°169 (sculptures de Bernard Mages) proposé par l'Amiral(e) Domi pour les Croqueurs de mots

Publié le par François & Marie

Défi n°169 (sculptures de Bernard Mages) proposé par l'Amiral(e) Domi pour les Croqueurs de mots

.

Défi n°169 (sculptures de Bernard Mages) proposé par l'Amiral(e) Domi pour les Croqueurs de mots

.

 

- Sniff ...

Affalé sur le green, Andrew golfeur malchanceux, boude, pleurniche et renifle en gratouillant convulsivement la terre collée à ses crampons. Il vient de se rendre coupable d'un splach*calamiteux...

Son caddy*, son ombre vassale, soupire à la vue de cette humiliante posture. Il sait qu'il doit intervenir, sa fonction lui impose des devoirs.

▲ Règle number one: Le caddy se doit d'être, non seulement le laquais transbahuteur du  gros sac de "son" joueur, bourré (le sac) de près de dix kilos de bazar-golfeux, pesant et onéreux, mais également son soutien moral, son psy, sa nounou.

Après avoir pris une ample inspiration et ravalé son envie de lui botter les fesses, il le morigène habilement.

- Andrewww ! Pour ce coup -là, of course, vous n'avez pas fait bijou* mais vous savez bien que l'on ne tombe pas sur une perle chaque fois que l'on gobe une huître...

- Pouââh ! Je ne pas amateurer les mollusqueux marins bilaves.

- Andy ! yes, vous étiez outside, but, c'est ce stupide grain* qui a fait dévier votre balle, même les petites pâquerettes le dénoncent, voyez comme elles s'inclinent a little vers the left (gauche) alors que, manque de bol, vous visiez la right (droite)...

- Sniff...

- Andynou, je vous sers une chose* pour vous requinquer.

- Pfouu... whisky ?

- Andynounet, on s'y remet. Look at this ! my flag signale un vent favorable.

Caddy affiche un sourire. Pourtant son poing crispé sur la hampe du drapeau en dit long sur les pensées qui s'entrechoquent en son for intérieur. Il est bien trop fair play pour ruer des quatre fers, les fers* il se les coltine sans se plaindre.

▲ Règle number two: un cadet se doit de SE TAIRE et cheminer chargé comme baudet par tous les temps, sans broncher et sans états d'âme, au même rythme que son golfeur (qui, lui, ne trimballe que son club, sa casquette à visière aux aérations latérales et son gant à trous-trous.)

- Andynounettou, l'étiquette recommande de remettre l'escalope* sur le grill, euh... sur le green (j'ai la dalle, moi !), bref, si le golfeur a été un gros lourdaud un peu distrait, il lui incombe de replacer le divot* qu'il a envoyé valser dans les airs lorsqu'il a fait une grosse bourde petite étourderie.

- J'eusse été convainquiou que, par usage, c'est cadet qui se farçoui la binage, n'est-il pas ?

- Niet mon poussin bleu, une règle vient d'être récemment pondue.

▲ Règle number three (très récemment et opportunément concoctée par le cadet soi-même, elle tombe pile poil ad hoc à pic): Le caddy a le DEVOIR de se rebiffer lorsqu'il en a plein le dos de raccommoder la moquette végétale bousillée par sa larve de joueur.

- Sniff... Je avoir l'Adam aussi, moi. Yum-yum, une bonne panse de brebis fouarcie... Sniff.

-  Andynounettounoux, pour info, on dit "avoir la dent" et non "avoir l'Adam" et puis pfiou... do not bramer, ça me bassine et ça ramollit le green. Que diable ! On lève haut le menton ! On regarde l'horizon dans le jaune des  yeux. On honore la devise de ses ancêtres écossais : " In defens" !

▲ Règle number four: le caddy se doit de remettre fermement sur rails ce fils- à- papa, lorsqu'il le sent mou du genou, lui assener que, screugneugneu, ses aïeux furent, EUX, de virils guerriers.

- Snif... yes... but, my ball...

- Dear Andynounettounoux,  your ball a voltigé in lob*, vrillée dans un crazy tourbillon  pull, puch, pull, puch et tchac ! s'est fracassée en rough*... parmi les hortensias où yogatait Hortense ... Vous n'êtes pas vraiment coupable de ... euh... la décapitation de la belle yogin... ne pouvait-elle choisir de faire des entrechats dans son jardin à un autre moment que celui où vous vaquiez à votre dur labeur de golfeur ?

▲ Règle number five: s'il veut être payé à la fin du mois, le caddy se doit  de faire sans cesse parfois du lèche-bottes.

- ... My ball... sniff.

- Dear -Andynounettonoux-chou (il est temps que ça se termine, le lecteur dérape sur les patronymes à rallonge), ce ne serait pas la première lady à qui vous feriez perdre la tête, is'n'it ? Allez, vieux ! du cran, on s'y remet !

▲Règle number six: le caddy se doit d'inventer n'importe quoi pour plaire à son golfeur, même s'il est de notoriété publique que, malgré sa casquette vert fluo en polyester-élasthanne et son gant perforé au laser, le Andrew collectionnerait plutôt les rateaux* auprès des ladies.

- Snif, my ball...

-  Yes, mon chou farci... your ball  ? (fulmine-mielleux-fulmine...)

- Snifffff,  elle être tout câbosselée... bêê!

- Pas étonnant, Hortense est têtue, une femme de tête (si j'ose).

- My ball était autographée by Churchill, bêê... très onéreuse.

- (Alleluia ! le maudit scottish radin is ressuscited) Pas d' souci mon roudoudou sugar, j'ai THE ball de rechange (dédicacée par Sœur Emmanuelle, si tu insistes ... elle va te coûter un max'.)  Let's go ! et mouche ton nez !

▲ Règle number seven: le cadet se doit de glisser dans son sac à mule une boîte de mouchoirs jetables, non usagers de préférence, au cas où il y aurait pleurnichage secteur navet's golfeur.  Et churtout, churtout, dechstinée au cheul eschtimable caddgie, une  gargantuchesque régerve de configeries chucrées, léchères comme nuaches, des marschmallows roges-barbie, dé-li-chiousses , slurp !

 

..............................................................................................

"Faire un splach": envoyer la balle dans un obstacle.

"Caddy" ou "Caddie" ou "Cadet": porteur de sac, coach, psy et nounou du golfeur.

" C'est bijou" : c'est la perfection.

"Grain": sens de pousse du gazon qui freine ou accélère le roulement de la balle.

"Chose": jus de pamplemousse + Schweppes (whisky).

"Fers": clubs.

"Escalope" ou "divot": touffe de gazon arrachée lors du tir.

"Lob": coup qui envoie la balle très haut.

"Rough": herbe haute.

"Rateau": outil de jardinage... bin quoi ?

 

 

 

Défi n°169 (sculptures de Bernard Mages) proposé par l'Amiral(e) Domi pour les Croqueurs de mots

.

Partager cet article

Repost 0