Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

24 articles avec choses vues

AUTOS RETROS.

Publié le par François & Marie

DE DEUX à QUATRE.

 

La "deux", grise et plate comme une limande.

La "quatre", plantureuse comme une gourmande.

Quatre roues sous un parapluie, elle ne fait pas d'épate

la "deux pattes". 

Puce ronde couleur motte de beurre que l'on vient de battre,

c'est "la quatre"!

la-quatre-retro.jpg

.....................................................................................................................................

VIDAGE de GARAGE.

 

"Vide-grenier" est terme familier.

"Vide-garage"reste formule plus rare en affichage.

Il était urgent d'aller voir de plus près

de quoi il retournait.

Et j'ai vu.

Elle.

Par dessus tout, c'est "elle" que j'ai vue.

D'un capharnaüm de silentblocs, carters, flectors et rétroviseurs obus, 

dépassait sa toute vieille frimousse joufflue

colorisée de bleu pitoyablement déteint, bellement fané.

Vite fait, sur la crasse de sa vitre, pas même carglassée,

un index pressé avait tracé "5€"... sa valeur estimée.

portiere-II.jpgPhilosophe - on ne peut être et avoir été-

elle assumait ce chiffrage, docile et résignée.

Pendant un long temps immobile

nous nous sommes étudiées.

Elle, placide, somnolente.

Moi, émue, en contemplante.   

Cette molécule d'auto-mobile

éveillait en moi des souvenirs indélébiles.

Fébrile, le coeur gonflé de compassion, 

d'emblée, lui ai proposé l'adoption, 

la promesse d' une vie plus douillette,

la sécurité d'une robuste chevillette  

qui la soutiendrait désormais au mur de mon salon...

Séduite, elle allait acquiescer,

si, si! j'ai remarqué

son pâle bleu soudain moins poussièreux... 

- A quoi te servirait ce vieux truc gris cendreux?

...Et plouf! pourquoi se trouve-t-il toujours un sans cœur

pour poser l'infâme question

qui fait brutalement recouvrer la raison...

portiere-.jpgDésenchantée, avant que de lâchement tourner les talons,

jaunement j'ai souri au métal gris souris. 

Embarrassée, j'ai prétexté afin d'adoucir la séparation,

euh...qu'un sac de dame n'a pas capacité suffisante 

à contenir, même si elle est attendrissante,

une vieille portière de quatre chevaux,

fiscaux...

Par télépathie je l'ai assurée de ma sympathie. 

Elle n'a pas réagi.

Mon mur est orphelin.

Optimiste, je ne désespère pas de croiser à nouveau le chemin

de cette bonne vieille portière au teint de parchemin

et de l'enlever... 

A dessein, chaque jour je trimbale un gigantissime sac à main!

 

 

Publié dans choses vues

Partager cet article

Repost 0

Vidage de garage.

Publié le par François & Marie

La "deux", grise et plate comme une limande.

La "quatre", plantureuse comme une gourmande.

Quatre roues sous un parapluie, elle ne fait pas d'épate

la "deux pattes". 

Puce ronde teintée motte de beurre que l'on vient de battre,

c'est "la quatre"!

la-quatre-retro.jpg

.....................................................................................................................................

 

"Vide-grenier" est terme familier.

"Vide-garage"reste formule plus rare en affichage.

Il était urgent d'aller voir de plus près

de quoi il retournait.

Et j'ai vu.

Elle.

Par dessus tout, c'est "elle" que j'ai vue.

D'un capharnaüm de silentblocs, carters, flectors et rétroviseurs obus, 

dépassait sa toute vieille frimousse joufflue

colorisée de bleu pitoyablement déteint, bellement fané.

Vite fait, sur la crasse de sa vitre, pas même carglassée,

un index pressé avait tracé "5€"... sa valeur estimée.

portiere-II.jpgPhilosophe - on ne peut être et avoir été-

elle assumait ce chiffrage, docile et résignée.

Pendant un long temps immobile

nous nous sommes étudiées.

Elle, placide, somnolente.

Moi, émue, en contemplante.   

Cette molécule d'auto-mobile

éveillait en moi des souvenirs indélébiles.

Fébrile, le coeur gonflé de compassion, 

d'emblée, lui ai proposé l'adoption, 

la promesse d' une vie plus douillette,

la sécurité d'une robuste chevillette  

qui la soutiendrait désormais au mur de mon salon...

Séduite, elle allait acquiescer,

si,si! j'ai remarqué

son bleu pâle soudain moins poussièreux... 

- A quoi te servirait ce vieux truc gris cendreux?

...Et plouf! pourquoi se trouve-t-il toujours un sans cœur

pour poser l'infâme question

qui fait brutalement recouvrer la raison...

portiere-.jpgDésenchantée, avant que de lâchement tourner les talons,

jaunement j'ai souri au métal gris souris. 

Embarrassée, j'ai prétexté afin d'adoucir la séparation,

euh...qu'un sac de dame n'a pas capacité suffisante 

à contenir, même si elle est attendrissante,

une vieille portière de quatre chevaux,

fiscaux...

Par télépathie je l'ai assurée de ma sympathie. 

Elle n'a pas réagi.

Mon mur est orphelin.

Optimiste, je ne désespère pas de croiser à nouveau le chemin

de cette bonne vieille portière au teint de parchemin

et de l'enlever... 

A dessein, chaque jour je trimbale un énormissime sac à main!

 

 

 

 

Publié dans choses vues

Partager cet article

Repost 0

La garde des seaux

Publié le par François & Marie

Marie à l'œil, quand elle chemine, pour faire revivre les objets lentement laissés dans un sommeil solitaire, ils nous rappellent qu'ils furent vivants à une époque où les contenants métalliques étaient très utilisés, c'était "l'âge du faire" .

cimetiere-des-seaux-008.jpg

cimetière des seaux 013

cimetiere-des-seaux-021.jpg

cimetiere-des-seaux-022.jpg

cimetiere-des-seaux-040.jpg

cimetiere-des-seaux-041.jpg


Publié dans choses vues

Partager cet article

Repost 0

Rana raplapla

Publié le par François & Marie

P1020875Petite grenouille un jour d'été

Par la fraîcheur d'une église attirée,

Derrière un banc s'est aplatie

Et bien aise s'est endormie.

En août je la découvris.

Hier j'y suis retournée,

Aucun plumeau n'avait dérangé 

La petite grenouille de bénitier.

Rana dormait toujours, là ,

Bien desséchée et très très raplapla...


Publié dans choses vues

Partager cet article

Repost 0

Boîtes à escarmouches-

Publié le par François & Marie

 Boîtes aux lettres

Monsieur Particulier a deux boîtes aux lettres,

Conservées toutes deux par paresse.

L'une svelte, haut perchée sur son pied léger,

Le teint vert et frais, une terre cuite en béret.

Sûre d'elle, l'oeil cyclopéen vif et brillant,

Sur le chemin elle empiète d'un bon pas en avant. 

L'autre en retrait, sur pied gris et massif de guingois,

En timide petite boulotte, larmoie.

Barbouillée de lichen et de rouille,

Dans le buisson elle voudrait dissimuler sa bouille.

Il arriva que le préposé- postier, gêné dans sa  progression

Par la prétentieuse qui rayait sa voiture de fonction,

Décida, agacé de lui donner une leçon. 

Fûté, il eut l'idée de ne jeter dans la boîte pimbêche,

Que découverts bancaires et factures revêches.

Alors qu'au coffret de la modeste il confiait les épistoles

Des sourires de naissances, des mariages annoncés,

Ainsi que cartes postales joliment coloriées, 

Et autres courriers du coeur aux vélins parfumés.  

Monsieur Particulier fut d'abord intrigué.

Puis convaincu que par un esprit malin

Le réceptacle altier se trouvait habité. 

Il le brisa sur le champ et le précipita au panier.

Mettant enfin la biscornue en vedette sur son vilain pied penché.

...Et toc!

Publié dans choses vues

Partager cet article

Repost 0

Fruits, légumes et chaperon-

Publié le par François & Marie

- JA-MAIS ! 

 Le ton de la marchande des quatre saisons, reine de la Place du marché, bien que pédagogiquement mesuré, est impératif.

Péremptoire, son index à l'ongle carminé émerge de la mitaine jais.

- Malheureux! Ja-mais de frigo pour MES tomates élevées sur goémon, elles en cailleraient de honte. 

Un peu penaud, ledit "malheureux" promet de conserver les pommes d'or sur son dressoir, près de la photo (sans danger, juré craché!) de sa première bicyclette. En revanche, il donne sa parole, il éloignera des délicates solanacées la boule neigeuse du Mont St Michel, on ne sait jamais, la vue de cet or blanc risquerait bien les faire éternuer.

La marchande de végétaux qui investit le marché depuis plus de quarante ans, ne rigole pas avec ses denrées. Elle a de la considération pour ses fruits et légumes, ce sont ses bébés. Elle les chaperonne, les dorlote, les mignote et les bichonne.

 Opinant du chignon choucrouté aussi noir que ses mitaines, elle avertit l'acheteur qu'elle soupçonne inexpérimenté,

- MES haricots, on les cuit à l'étouffée, hein! Pas question de les noyer et les délaver à gros bouillons! Interdiction absolue!

Plus tard, les poings bien campés sur ses hanches généreuses, elle observe une blonde platine, bronzée pain d'épices, minimalistement enshortée, maximalistement enlunettée de noir, tintinnabulante des bracelets, qui se dresse sur la pointe de ses sandales-bijoux, en boudant (sans une ridule) une moue très étudiée puis flûtise,

- Je veux dê "bêêrgers ronds". 

L'air malicieux, la reine du marché réplique,

- Bonjour aussi! MES bergerons y font comme vous, y bronzent! Mais y rôtissent pas dans des cabines à UV!  Eux, y prennent leur temps, y ne sont pas encore descendus de leur abricotier, y faudra patienter...

L'adepte du bistre artificiel n'apprécia pas cette sortie et se carapata, vexée, en petits piétinements qui se voulaient méprisants mais qui étaient surtout incertains vus l'altitude des talons et le déplacement du centre de gravité causé par l'immense cabas super chic qui lui sciait l'avant bras et provoquait d'horribles fourmis jusque sous ses ongles teintés Zip inox qu'elle exhibait avec une désinvolture cent fois répétée face au miroir innée.

  

Alors qu'une snob déguisée en vacancière tâtait nerveusement et flairait suspicieusement les cucurbitacées, en marmonnant,

A PARIS pour ce prix bla bla...... melons, à PARIS... bla bla bla, à  PARIS...Bons au moins?

La marchande chevronnée informa calmement l'estivale et radine envahisseuse (après avoir précautionneusement garé ses deux mains dans la poche-kangourou de son tablier de jardinier afin de neutraliser d'éventuelles pulsions étrangleuses),

- Si MES melons n'étaient pas excellentissimes, vous croyez peut-être que je me serais amusée à les "broder"! J'suis pas dedans! Si y sont pas bons vous me les rapporterez! Et puis, si la vie est moins chère à PARIS, faut pas vous gêner pour y retourner!

  

Un chaland qui affirmait, sûr de lui, à cette vendeuse avertie,

- Les courgettes ça se pèle!  Fut fusillé d'un regard noir surgi des grosses lunettes et s'entendit notifier,

- Si vous tenez absolument à récupérer des pelures, prenez des bananes, et ne touchez pas à un centimètre de la peau de MES courgettes!

 

Un autre jour, un élément masculin que l'on avait visiblement envoyé contre son gré acheter une scarole, se fit tancer par la maraîchère,

- Et, où il est votre panier?

- J'ai pas!

- Ouais je vois l'topo, un macho avec un cabas, ça l'fait pas comme dirait l'autre. Vous  imaginiez peut-être que j'allais froisser et étouffer MA belle scarole dans un sac en plastique? Pas de ça chez moi!  Vous allez emporter votre salade sur vos deux mains bien à plat.

- Quoi! Mais elle est large comme une roue de charrette!

- Et alors? Paraîtrait qu'un homme c'est musclé, vous les avez oubliés avec le panier vos "muscs"?

- Pfff...

- On va arranger ça. Schlic schlic schlic et schlic!

- Arrêtez avec vos ciseaux, va plus rien rester...

- Vous affolez pas! J'ai juste taillé le bout des grosses feuilles vertes que Madame aurait trouvées trop amères, elles vont faire le régal de mes poulettes. Preux Chevalier, tendez les mains, voilààà, bien à plat, le Saint Graal n'est pas trop lourd à porter?...

- Pfff...

Les bras croisés sur son gros gilet rouge à torsades, le chaperon des légumes a remis froidement à sa place un chauve qui lui réclamait des "patates",

- Vous voudrez bien appeler "charlottes" MES belles pommes de terre et veiller à les abriter un peu mieux de la lumière que vous ne protégez du soleil votre crâne d'oeuf !

 

Et toc!

Je vous avais prévenus, les bons légumes régionaux sur le marché des vacances, ça se respecte et ça se mérite. A bon entendeur, salut!

Publié dans choses vues

Partager cet article

Repost 0

Notre paire qui êtes aux yeux

Publié le par François & Marie

Croire en la mémoire de l'eau peut être sentencieux.
Pressentir que des verres de lunettes facétieux
Confisqueraient une once des images pour eux,
Nous ferait-il basculer en camp des suspicieux?

lunettes.jpg

(cliché: Marie)

Notre-paire.jpg

(François)

Publié dans choses vues

Partager cet article

Repost 0

Tout pour ma cherry

Publié le par François & Marie

Noeud papillon  
Coeurs de pigeons
Protestation!

CerisesJPEG.jpg

(Cliché: Marie) 

Publié dans choses vues

Partager cet article

Repost 0

Quatre saisons

Publié le par François & Marie

Nous y voilà, il neige en novembre!
neige2.jpg
Le jeune (au registre de sa voix, je le suppose) correspondant d'une station de radio piétine en baskets (je le suppose-bis), dans quinze centimètres de poudreuse. 

Les oreilles gelées (cheveux rasés au vent du nord, je suppose -ter), il grelotte dans son blouson-aviateur riquiqui (largement ouvert pour ne pas faire vieil-engoncé, je suppose-quater).
Il tend, d'une main bleue de froid,(sans gants, pour ne pas faire pèpère, je suppose-quinquies) un micro à un autochtone d'une région enneigée.
Le natif du coin, en chapka, moufles et parka, houspille d'une pelle habile, la poudre blanche.
- Qu'allez vous faire de cette journée? Hasarde-t-il anxieux comme si c'était le jour dernier. 
- La vivre! répond stoïquement l'héroïque enneigé.
Il y avait comme de la déception chez "l'envoyé spécial gros temps" lorsqu'il prit congé de la fraise à neige-humaine. 
Il était tombé sur un naturel du lieu plein de bon sens (Tiens, il en reste encore un!).
Cet indigène, primo, n'a pas geint ni pesté contre la neige en novembre. Secondo, se souvient que l'année se divise en saisons. Tertio, s'adaptera également s'il neige en décembre, janvier, février, voire mars et même en avril!
Que pensez-vous qu'il advînt de l'aventureux reporter?
A-t-il démissionné? A-t-il pour les îles lointaines postulé ? Est-il allé, résigné, boire un bien chaud café ?
Telles étaient les questions existentielles que je me posais au petit-déjeuner, avant que d'aller ma cour déneiger!

Publié dans choses vues

Partager cet article

Repost 0

Pas-sable

Publié le par François & Marie

pied-marin.jpg

Avoir le pied marin.
                        El a l' pi mèrin, c' tu, vouais don  !

destin.jpg...Et le destin croisa leur chemin.
                        ...Y' è l' destin qu' lè a crouaisi, an y peut ren.

indecision.jpg...Indécision.
                        J' y va -t-y, j' y va-t-y pas ?

rupture.jpgRupture...
                        Y a caissi...

trio.jpgTrio.
                        M' nège à trouais.

Publié dans choses vues

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 > >>