Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défi n°82 "Allons à la pêche aux noms de poissons" proposé par 'Jill Bill' pour la Communauté "Les croqueurs de mots".

Publié le par François & Marie

"Allons à la pêche aux noms de poissons".

.............................................................................................................................................

À la lippe pendante de Céleste Mérou se morfond un cigare éteint.

Signe évident d'extrême abattement.

Diantre! Laisse-t-on s'éteindre un précieux "cape colorato maduro"? 

Guttu! glougloute laborieusement le céleste.

Guttu, de son vrai nom Hippocampus Guttulus, fleuron de l'espèce hippocampe du bassin d'Arcachon (made in France véritable), fait fonction d'assistant- souffredouleur- confident -concocteurdetisanes- gardeducorps- coursier- psy -porteparapluie- nounou- êjenpasse, auprès du distingué Mérou Céleste, metteur en scène de son état. poisson

En bref, ce sosie de clé de sol coiffé en éventail, est personna grata auprès du Maître mais peut virer persona non grata les jours lugubres de cigare éteint.

Or, aujourd'hui est un lugubre jour. 

Mérou est tourmenté par une anxieuse et préoccupante inquiétude (c'est dire à quel point il est tracassé). 

- GUTTU! Au rapport! et au trot! feule Mérou soudainement réoxygéné .

- "Au trot"! "Au galot"! J'en henni de surprise! Dix ans que Mérou-divin me sert le même humour réchauffé, soupire l'élégant cheval de mer qui répond hypocritement,oh Maître révéré! Guttu piaffe au trot jusqu'à vous illico...  

Guttu cesse de trompetter via son micro-oreillette et se hâte en lent galop ascensionnel jusqu'au Céleste irrité. Il serre contre son torse cuirassé son autre lui-même,"the" micro-ordinateur coque unibody en alu brossé dernier cri.

Il ondule jusqu'à un Mérou avachi, dont l'oeil est à la fois furibardement implorant, plein d'espoir et de reproches (mimique très compliquée à reproduire, d'après les spécialistes) et crache, 

- Vas-y, ne m'épargne pas, sonne l'hallali!

Guttu réussit une figure équestre en pirouette, s'amarre à une feuille de posidonie, son fauteuil préféré et exhale, harassé, 

- ...Pas simple ni facile, oh Maître...

- ...Mais c'est ton boulot! j'te paie (certes mal) pour ça, non? J'te rappelle qu'acteurs, silhouettes et figurants doivent impérativement être opérationnels dans QUATRE JOURS! 

- Pfff... faire passer des auditions est exténuant. J'ai rencontré une faune...mais u-ne fau-ne!... Des morues et des thons exigeant des rôles de princesses. Des maquereaux et des  barbeaux combinards qui se voyaient incarnant de saints hommes pour se refaire une virginité...et comme je suis à cheval sur les principes, je... 

- Bref, LE FIASCO! explose le mérou au cigare refroidi, ach, je le subodorais! je le pressentais! je le flairais! Il ponctue chacun des "je le" d'un coup de nageoire très très, mais vraiment très irrité. Incroyable! Même pour "Saga pâle du sang bleu", t'as trouvé personne ?

- J'ai dégoté un superbe empereur et une altière daurade royale... récite Guttu après un coup d'oeil sur sa feuille de pompe en alu brossé.

- Mouais...

- Un mulet, un loup, et un poisson chat pour "Jeux d'eau monymes".

Un grand requin blanc pour "Y a du monde à croquer dans la salle?". 

Une jolie roussette pour "Soubrette, je te plumerai".

- Eh, eh! 

- Tout un ban de grondins grondants en  "Foules z'et merlans z'en colère".

Pour " La Maraîchine* des Androgynes", des limandes, des soles et des maigres.

Des carpes, des turbots, des tanches et des vairons, jaloux de la raie déjà embauchée, se sont mis à nu, ont exhibé leur corps osseux afin de décrocher les rôles de peignes à brushing dans "Tirato per i capelli".

Pour " Plagiat de plage", sont retenus des poissons rouges et des rougets, un omble à l'ombre d'une ombrelle.

Un St Pierre, un ange de mer, une prêtre feront les vertueux en "Civitas Vaticana".

- Dieu soit loué! 

- Une nuée de sardines en silhouettes sueront dans "Le slow du métro ".

En vedettes, les yeux frits d'un merlan en "Oui! niais de niais".

Ch'ai choiji pour "Un jour chez mon logopède", un  chinchard, un esturgeon, une rascasse, un pilchard et une épinochette.

- Chudichieuse déchijion!

- Un bar pour " Eponyme pilier".

- Tu me donnes soif! 

- Une venimeuse vive et un poisson torpille exploseront l'écran en "Youpla, boum!"

Des anguilles pour le suspens dans " Serpentifort en sous roche" .

Des tacauds et des turbots pour une pub de marche nordique.

Des poissons exotiques aux caprices de divas m'ont donné bien du fil à retordre...Ils ont exigé des brochets à leurs revers et d'immenses dressing pour leurs vaporeuses mousselines.

Me suis esclaffé avec des poissons-clown. Enlevé par les poissons volants j'ai rejoint les poissons lune... nous rêverons ensemble en "Crique en cirque".

Est-ce turgeon(?) jouera dans Hamlet.

- Estre ou ne pas estre, that is the sturgeon! glousse finement Mérou.

- Hotu pour "Oh tu as le hoquet? Ok"..

Qui mieux que la voix grave de la féra pouvait ccompagner les ondoiements d'un grand requin dans "Messe de Requiem"?

Un gardon tout frais et une truite arc en ciel pétilleront en "Pêche en eaux gazeuses".

Mérou buvait du petit lait...ce qui le changeait de son éternel blended whisky. 

Guttu s'évanouissait peu à peu, comme happé  par le feuillage de la posidonie qui en vibrait sur ses rhizomes.

Épuisé, il ronflotait déjà lorsque Céleste Mérou reconnaissant et ragaillardi lui tendit un cigare de luxe qu'il venait de porter quasi religieusement à incandescence.

- "Amen, ne varietur, sic itur ad astra"! * conclut Mérou Céleste en savourant enfin rasséréné,les arômes d'épices de son "totalmente a mano"*.

.............................................................................................................................................

* Danse du Marais breton vendéen.

* "Ainsi soit-il, qu'il n'y soit rien changé, c'est ainsi que l'on s'élève vers les étoiles". 

* Le nec plus ultra du plus mieux bien!

Partager cet article

Repost 0

Marie Tout-Court

Publié le par François & Marie

portraithb.jpg

...La jolie frimousse de Marie Tout-Court. 

Publié dans La p'tiote

Partager cet article

Repost 0

Défi n°81 "Enfance, enfances" proposé par 'Jeanne Fadosi' pour la Communauté "Les croqueurs de mots".

Publié le par François & Marie

" ENFANCE, ENFANCES ".

Vous donnerez à votre texte la forme que vous souhaitez à partir de ce que vous inspire cette image.

...........................................................................................................................................

- Qui t'es toi?

- Charles-Edouard. Et toi qui es-tu?

- Marie- tout- court. T'as quel âge?

- Trois ans et une demi-année, et toi?

- T'sais, bientôt quacr'ans. T'es malade?

- Ai-je l'air d'un valétudinaire?

- Wouaille! J'te f'rai dire que tu causes compliqué! Nan, t'es pas des valets qui dînèrent,  mais comme t'es en gros manteau dans ta maison, j'm'ai dit que...

la-mode-illustree1870-d- J'ai simplement passé ma robe du jeudi en drap léger, ceinturée et  incrustée de velours, aux poignets bordés de fine dentelle; elle est assortie à mes bottines en chevreau à grain fin, semi-montantes. Et toi, on te repère de loin avec ton sweater et tu as de drôles de petites boîtes aux pieds.

- Voui, hein! C'est mon papa qui m'a fait des p'tits sabots en bois d'arbre qu'il a dit, avec des brides rouges. Et pis, t'sais ma mémé a détricoté un vieux, vieux caraco rouge de ma grande soeur pour me retricoter un beau- gilet- rouge- tout- neuf! T'as une belle bâche - de- par- terre.

Petiote bis


- C'est un tapis. Un tapis d'éveil. Nanny-Nurse a jugé qu'il serait un allié important pour mon bon développement.

- C'est quoi Nanny-Nurse- à- juger?

- C'est une Anglaise très Anglaise, très très diplômée, très pointilleuse et sourcilleuse qui ne sourit qu'en sirotant son cher cherry brandy. Depuis ma naissance, elle veille jour et nuit à me maintenir en bon état physique et psychologique.

- Hannn, mon pauvre! T'as pas d'manman?

- ...J'ai... Mère vit au sommet de l'exosphère...Mère butine d'un tournoi de bridge à une soirée à l'Opéra, de sa modiste à sa gantière, de son coiffeur à son confesseur. Mère a dû passer par là, pressée, en abandonnant son manteau et son chapeau sur ma chaise.

- Wouah! Elle est rien -qu'à -toi la chaise aux pattes d'araignée biscornues?

- Elle est mienne, mais tout contact avec sa précieuse soie Versailles m'est interdite. Seule Mère a le droit d'y jeter ses effets parfumés. 

- Parfumés! Mais on est jeudi, pas dimanche! Ma manman à moi, elle met du SentBon en pchitt à pompon que- le- di-manche. J'aime bien, t'sais! R'marque, j'aime bien aussi les aut'jours, quand on s'fait des mimis, elle sent bon le lait qui mousse et pis aussi le foin, mummm!

- Le lait? Alors elle est crémière à Paris?

- Pfff...nan, fermière- à- la -cam-pa-gne! C'est magique, t'sais, elle pose un seau sous les vaches et hop! y d'vient plein d'bon lait. Ma manman, elle m'en donne toujours un p'tit gob'let, c'est rigolo, c'est tout chaud et ça me fait des grosses moustaches toutes blanches comme celles de mon pépé! 

- Tartuferie! La fabrique du lait c'est seulement à Paris " Crémerie surfine, 3 Carrefour de l'Odéon". J'en suis sûr, j'y accompagne Nanny-Nurse qui veille à mon développement également en B.O.F. 

- Mouais! bof... t'es zinzin! Le lait c'est les vaches de moi qui le dzinguent dans le seau de ma manman et pis même qu'après on le tournicote et ça fait du bon beurre de baratte et pis y'a aussi les poules de moi, quand elles z'en ont marre de faire du caca de poule  elles se disent tiens, si on f'sait un z'oeuf ! Elles s'égosillent en s'couant leur crête et toc, quand elles crételent*, l'oeuf est tout pondu! Et même que ma mémé elle en perce un tout chaud avec une aiguille et slurp, elle le gobe pour son quacr'heures. Y'a pas tout ça hein sur ton tapis qui réveille!

- ...No...of course... 

- Tchârle's-Edouârd, your hot chocolat is ready! annonce Nanny-Nurse.

- Yes Nanny-Nurse, thank you! 

- Elle dit quoi?

- "Charles-Edouard, votre chocolat chaud est prêt"!

-  Où il est l'autre?

- L'autre?

- T'es plusieurs pisqu'elle dit "votre" tchoc'laite.

- Je suis singulier, mais Nanny-Nurse est tenue de me voussoyer. 

- Ah!... bin... moi,on me voussoie pas tellement...Ma manman elle me prépare mon p'tit panier avec une tartine de beurre au miel des ruches de mon pépé et une belle fille d' Salins* en rondelles toutes fines - Ton goutéron est prêt ma chipette! qu'elle dit. Alors, Chipette - moi va se n'installer dans l'herbe du verger et partage son festin avec les n'escargots, les roccinelles, les chourmis, le chat-minet, gros chien et même la mulette. T'sais quoi? d'main, j'vas tous les voussoyer, y vont être contents-contents, très!

- T'sais un truc, Marie-tout-court? J't'f'rai dire que j'aimerais bien être invité sur ton tapis d'éveil en herbe d'campagne. 

- Dear Tchârlédouârd, nous z'allons z'y réfléchir et vous le ferons savou-oir. A' très vite, cher!

.............................................................................................................................................

* Crételer: chanter en parlant de la poule qui vient de pondre.

* Belles filles de Salins: variété de pomme originaire du jura; jaune paille striée de rouge à la chair fine, croquante au léger parfum d'amande.  

Partager cet article

Repost 0

l'Armand-

Publié le par François & Marie

Lui, c'est le Georges;

dans les années trente, il épouse l'Armande.

C'en est fait, désormais on l'appelera l'Armand!

Li, yè le Djôrge.

Pou lèvôt din lê an-nians trint', ê mèria l'Ermande.

C'qui faît que d'ce je là, ê s'appala l'Ermand!

Cliche-armand.jpg

 

L'Armand, novateur, avait en projet d'aller représenter

les machines à coudre dans les foyers.

A l'idée que son Armand allait initier

des ménagères affriolées par ces alléchantes nouveautés,

Armande faisait la sourde et était prête à en découdre!

Vlà t'y point qu' l'Ermand qu'êtôt bin d'aivant gaidje,

vouillôt étr'r'montrant d' Singér.

La Ermande voyai-ôt d'in bin mauvais u-ye

san Ermand veu totes c'tê fones qu'étint fines foules de c'tê novés ingins d'coujure.

Ill restôt sodje ape il fiôt la caire!

  

Bref, pour ne point mettre le feu aux poudres

et éviter de son Armande s'attirer les foudres, 

à se convertir cantonnier l'Armand dut se résoudre...

Oubliées navettes, fusettes et canettes

il adopta un balai, une pelle et puis une brouette.

C'qui fâît que l'Ermand d'vint cantonni...

Vaillôt mi-e ubier l' sint frusquin d'coujure

ape acceptaïe la r'maisse, la pôle ape la beuriotte.

  

Il y gagna au change en empruntant ce créneau;

de compagnon des points de couture nouveaux 

il fut intronisé maître des chemins vicinaux.

Virtuose des fossés qu'il creusait et des talus qu'il fauchait,

expert en empierrage de nids de poules et d'ornières,

il étalait et damait les tas de pierres

que les paysans de corvée, lui amenaient des gravières.

E y êvôt djaigni. Li qu'èrôt viai étr' prïnce d'la coujure, s'en d'veniôt l'rouê dê tchairêres.

E creuillôt lê tarreaux, souaillôt lê tâleus ape esaitchôt lê baôchons.

El  êtôt bin aise pou grèveler lê odjnaies ape rempi-i lê creuillons.

 

Bienveillant il laissait l'herbe des accotements

en pâture aux bien maigres troupeaux des indigents.

Tout comme une couturière eut débridé les pinces des corsets,

méticuleusement, des chemins il échancrait de saignées* les bas côtés.

Les eaux s'y écoulaient, dégageant le sentier afin que les souliers

du vérificateur Agent Voyer ne fussent point mouillés!

Boun' gent, ê souaillôt point la boun' harbe dê êcoutés, y' êtôt pou lê vèchs d'èn' poure vave qu'avôt point d'chintre.

Bin soignou, ê creuillôt dê roues daves pou qu' l'aigue sait point in débodjement (dê coups qu'san Aidgaint Vouaiyer vindrôt d'aveu sê pt'chiots sou-yers!)

    

D'un vaste chapeau paillé, du soleil il se protégeait 

et sous la pluie, d'un sac de jute il s'encapuchonnait.

Il était réservé, calme et discret.

Boun' gent, ê fiôt point d' bru, sô sin chépiau d' pêille ou bin sin tchaip'ron.

 

Arrêtait son ouvrage pour échanger deux, trois mots

avec le facteur ahanant sur son vélo,

ou pour cueillir pour l'omelette du soir

une poignée de mousserons et quelques escargots.

Dê coups, ê s'êrettôt pou bacaler d'aveu c'tu potchou d' lattres qu'avôt bin du mô su sin biclou ou bin pou queudre dê mouêchirons (pou la moulette du saï), ape quêques ptchiètes caguoilles.

 

Peut-être lorsqu'il s'appuyait un moment sur son fossoir

pour effacer sa sueur d'un grand mouchoir,

percevait-il rythmés par les trilles des oiseaux,

ces mots-clés qui l'avaient fait rêver,

...tui- tchip- Sain-gè-re- pé-da-lier...

...tui- tché - fils- z'en- aigui-llées...

...cou-cou- d'coutu-rier les ciseaux... 

Quin el êtôt êpâlaïe su san fossou, pou torchi san moêtou din san mouchou,

qui c' que t'dit qu'lê zuziaux li tchintint point,

...Tui-tchip-y'ê- la -Sin-gér... tchu-tui- lê fis in- ai-gu-yllies... cô-cô, d' coujuri-in -lê -ci-siaux...

 

Allez donc savoir...

Va t'en dan savouêr...

............................................................................................................................................. 

Saignée: petite rigole.

 

Publié dans Histoire en Patois

Partager cet article

Repost 0