Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défi n° 150 proposé par Jill Bill pour Les Croqueurs de mots.

Publié le par François & Marie

Défi n° 150 proposé par Jill Bill pour Les Croqueurs de mots.

.

"Faites parler ce vieux couple d'amoureux".

........................................................................

 

- Ne te retourne pas Marie -Églantine, des jeunots chuchotent dans notre dos.

- "Sont bancroches les vieux amoureux".  C'est bien ce qu'ils ont dit Albert-Victorin ?

- Oui da, "vieux"... passons, "bancroches"... à la rigueur, mais "amoureux", tu te rends compte !

- C'est sûr, ça ne se dit pas ! 

- Y'a plus de respect... mériteraient qu'on pique leur mob' !

- Chiche !

 

Silence! on marche.

En une valse à cinq temps:

Et... canne- paturon gauche- paturon droit... et ... peton -chausson gauche- peton chausson droit... et...  ♪ un deux trois ... et... quatre cinq ♫ 

                                                    

- Quelles distractions nous réserve cette journée Marie-Églantine ?

- Un vrai catalogue, mon carus.

- Un catalogue, chère ?

- Juges-en par toi-même: 10h: cardiologue, 11h 30: néphrologue, 14h: ophtalmologue, 16h 30: rhumatologue...

 

 

Silence ! on marche.

♫ Et...  un deux trois ...et ... quatre cinq ♪ 

 

- Paraîtrait que mon cœur est celui d'un trentenaire, que mes reins sont ceux d'un type de quarante balais, que ma vue est celle d'un quinquagénaire...

- Finalement, plus rien n'est à toi !

- ... Et que mes articulations...

- ... Se coltinent la somme de tout ça, ajoutée à tes quatre vingt dix printemps.

Résultat, je me trimballe un amoureux de deux cent dix ans !

 

Silence ! on marche.

Et...tsoin ! ♪♫

 

- Ton bras est à mes cervicales un bien doux traversin mon Albert-Victorin.

- Pour mes dorsales ta main douce et fine est coussin Thermogène chère Marie-Églantine

- Coussin, traversin, patin couffin...

- Couette et cetera, nous voilà dans de beaux draps...

- Ah ça ira, ça ira, ça ira  ♪

- Tu es mon appui.

- Je suis ton étai.

- On ne peut être appuis avoir étai... (gloups!)

- J'aime tes cheveux blancs tout mousseux.

- J'aime le vin mousseux et aussi les blancs d'œufs.

- J'aime le pili-pili.

- J'aime ta jupe en pilou-pilou.

- À deux on a moins froid.

- Dans la troupe, y'a pas (encore) d'jambe de bois...

- Y'a une canne, tant mieux si elle se voit. ♫

- La mob', on la pique ou quoi ?

Défi n° 150 proposé par Jill Bill pour Les Croqueurs de mots.

.

Partager cet article

Repost 0

Défi n° 149 proposé par Lilou Soleil pour les Croqueurs de mots.

Publié le par François & Marie

Défi n° 149 proposé par Lilou Soleil pour les Croqueurs de mots.

Lilou Soleil a dit

"Je vous propose

- un nom d'oiseau: mésange

- un président de la république: Pompidou

- une position du Kama Sutra: Andromaque au galop, la pieuvre

- une injure: salaud

- un nom latin de plante: Aloysia triphylla citriodora

- une dénomination de recette italienne: pâtes à la carbonara

- un des états des États Unis: Louisiane

- le titre d'un roman d'Agatha Christie: l'homme au complet marron

- un instrument de musique: trompette

- deux prénoms démodés: Eulalie et Clitandre

concoctez un texte de votre choix.

........................................................................................................................................................

- Dis...

- Chuttt ! roucoule moins fort, tu vas nous faire repérer.

- T'es recherchée par l'homme au complet marron ? La DGSI est à tes trousses ? C'est toi le proverbial Zorro ?

- Arrête avec tes questions-mitraillettes... Mais non j' suis pas Zorro... t'as déjà vu un Zorro emplumé d'un sweet jaune, toque et cape bleues ?

- Ben... ton bandeau noir sur les yeux...

- Ah ben ça, c'est la marque de fabrique que le Patriarche à barbe blanche m'a attribuée; ce bigleux prétend que c'est pour ne pas me confondre avec un pélican, emblème de la Louisiane. Un pélican... pfff, est-ce que j'ai une tête de pélican ?

- Dis, pourquoi t'aimes pas les pélicans ?

- Parce que je suis une délicate petite mésange bleue et non un de ces gros piscivores à gosier-pochu qui se gavent d'innocentes crevettes roses; mon bec fin n'admet que les pasta alla Carbonara, les vraies, les sans crème ni persil, les sans oignons ni tomates, les sans olives. Capito ? 

- T'énerves pas, ça te décoiffe et te fait zinzinabuler dans des aigus des plus disgracieux.

- Je voudrais t'y voir ! J'ai plein de raisons de déraper dans le strident.

- Raconte !

- ... Si j'veux !

-  Boude pas... allez, on dit qu'tu veux ! 

- Tu vois cette façade pleine de boyaux ?

- Ben voui... c'est le " Centre national d'art et de culture Georges Pompidou". Chouette, n'est-il pas, ce CNAC ?

- Pfff, ce couac !

- Nan... c'est bien le C-N- A ...

- STOP ! pour moi ce CNAC n'est qu'une maladresse, un gros COUAC. Sais-tu ce qu'il y avait ici avant que ne germent ces intestins greffés à leurs échafaudages perpétuels ? Il y avait des A-R-B-R-E-S, mon vieux ramier ! Des arbres que ces salauds de bétonneurs ont abattus, saccagés, déchiquetés... oui, des vrais arbres en bois et parmi eux, MON arbre. J'y nichais peinarde avec vue imprenable sur la chambrette rose et douillette d' Eulalie et Clitandre. Ah... que Clitandre était tendre... Ah qu' Eulalie était jolie... En les observant je me suis initiée, je sais tout de "la pieuvre" ou encore d'"Andromaque au galop" (bien que la houle de cette dernière figure m'ait donné plus d'une fois le mal de mer, m'obligéant à filer, sans tambour ni trompette, me concocter vite fait une tisane antispasmodique d'Aloysia triphylla citriodora !)

-  Bouh ! quel micmac ce couac avec le CNAC...  Euh... dis, j'ai pas tout bien compris, euh, le galop de la pieuvre d'Andromaque... Tu m'expliqueras, rhouou ?

- Chutt, beau biset, je me recueille, en hommage à mon arbre et à ses feuilles...

 

 

Partager cet article

Repost 0