Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défi n°123 proposé par Jill Bill pour les croqueurs de mots.

Publié le par François & Marie

"Dans la peau d'une agence immobilière,vendre à tout prix ce bien-ci ...!"

chateau en ruine

LUI: Guignard, agent immobilier.

EUX: un couple (Une + un) de chalands potentiels.

En italique: la conscience du susdit Guignard (Lulu pour les intimes). 

.....................................................................................................................................

Lui (affligé, en apparté) - Pffou! Ras le bol de m'user les cordes vocales pour des clous. Marre! de baratiner en encensant une ruine. Assez! de porter aux nues une épave. Las! de...

Eux (c'est à dire..."ELLE", en cheveux zinzolins") - Ouhouh! Le -Monsieur- de- l'Agence- QUIBAZ- HARD! On- est- lâââ! 

Lui -  Pffou! Manquait plus qu'eux... (heu, tu leur avais bien donné rencart à dix heures...) (Voui, mais il est moins deux, na!)

Lui (bien que l'on soit en mai se dope d'un Mars-et-ça-repart) inspire à fond, affiche un sourir de Tartufe et s'extasie, 

Lui -   Pauvres clampins-avec qui je vais perdre-mon-temps Gente Dame! Sieur! soyez les bienvenus! Félicitations, vous êtes exacts! (gloups, faux jeton!)  

Lui - J'ai l'insigne honneur de vous présenter "la" chartreuse-gentilhommière unique dans le secteur!

Eux - ("Crâne déplumé") ...???...???   

          (La Zinzoline) Bin...???...???

Lui - Demeurons à une distance respectable de cette vénérable demeure (stop! Arrière toute! vieux débris sinistre, dangereux). Ne troublons point sa quiétude (n'ébranlons pas ses moëllons caractériels). Observons de loin la majesté de cette bâtisse (Garons nos occiputs.) 

Eux - (mi-effrayés, mi-fascinés reculent en s'écrabouillant mutuellement les ripatons) - Glups, pardon Candide ...et ...Glups! Innocenté, gare à tes arpions!

Lui - (Sont tout pâles mes pigeons...vont quand même pas calancher...) Cette épave Cet honorable manoir a ppartenu à un baron anglais (oh Lulu! vil faussaire, cet Anglais était bas et rond mais n'a jamais été baron!). Il l'avait dénommé sur écu martelé so romantiquement " WOBBLY-TWISTED-KNOCK-KNEED-MANOR"! (In French, MANOIR BANCAL-TORDU-CAGNEUX) Poétique, n'est-il pas? (Oh yes, it's!) 

Eux (c'est à dire, ELLE, la Zinzoline) - ...Bin...pt'être... l'English c'est pas ma tasse de thé. En sixième, un demi-siècle en arrière, on a tenu à me faire ânonner en Deutch, alors, hormis "my tailor is rich"...

                                 

vendeur.jpg

Lui songeur - Pôv' tailleur... 

Eux - (Le déplumé, en tournis) Euh... si je puis me permettre, la rectilignité... 

         (La Zinzoline, énervée) Il veut dire: vot'truc, c'est la tour de Pise, ou bien?

Lui - Ah!... Je le savais! J'avais deviné en vous des êtres sensibles! Je subodorais que vous appréciriez la façon émouvante dont cette tourelle d'angle s'alanguit tout contre la façade.

Eux - (La Zinzoline) Il a une bizarre tronche le galurin du faîtage!

       - (Crâne déplumé, timidement bien qu'en son for intérieur) Pas plus bizarre que tes bibis du dimanche...

Lui - Quels fins observateurs! Vous avez remarqué, on dirait bien que ce coquin a dérobé le chapeau de l'Enchanteur Merlin. (c'est ardu mon Lulu, t'as raison d'invoquer la magie!)

Eux - (un instant en accord, pour cause de double torticolis) Les portes...les fenêtres... en biais...

Lui - Fi des porteries rectilignes dénonciatrices d'un esprit roide, revêche et agressif,  place à l'altruisme bienveillant des tournures inclinées...

Eux se bouchonnent les cervicales très roides. (Légère rectification: "le déplumé" vient d'être sommé de masser les vertèbres de sa zinzoline.)

Lui -  Une demeure de cette authenticité (séduisante tournure nébuleuse, bien vu mon Lulu!), de cette envergure (ouais, joli!), de cette trempe (stop, n'en rajoute pas!) mérite d'être reconnue par des personnes de cœur, des gens de vertu. Ce petit bijou, je "vous" le destinais personnellement! ( Hihi! depuis des mois tu essayes de le fourguer à des gogos! Souviens-toi, la fois où tu t'es fait traiter d'escroc aux pieds plats et où on t'a bombardé de tongs fluos et de glaces pistachées). Savez-vous que le château de Vincennes était à son origine un manoir! tout comme "votre" Woobly (on va se contenter de son prénom, hein!).

Eux - (Zinzoline flattée) Hannn! Vincennes! Tu te rends compte Innocenté?...

         "Crâne déplumé" - Heu...non...

                - Zinzoline - Il veut dire "oui"!

Lui - Imaginez! Vous voilà Maîtres de votre château et de son fief, un parc verdoyant enclos d'un palis immaculé léger comme dentelle mais robuste comme airain. Il saura tenir à distance les roturiers et leurs médiocres masures. (reprends ton souffle Lulu! Par chance je m'étais assoupie et n'ai pas suivi ton discours.)

Eux - (Zinzoline subjugée)...Ah! présider de sompteuses tablées apéros-barbecus parmi les fourmis roses anciennes ...

        - (Crâne déplumé, en soliloque) ... Là ou ailleurs...pourvu que j'aie mon sudoku... 

Lui -  Votre modestie s'oppose à ce que vous la mentionniez, mais je SAIS que vous avez reconnu la plante médicinale qui croît en reine dans ce jardin versaillais! (pardon Alain Baraton!) 

Eux - (Zinzoline) Bin...les plantes... vous savez... mis à part l'anis du Pastis et le houblon de la Kronenbourg moi j'y connaîs rien ... Mon prof de Sciences Nat, en quatrième, était nul, il m'a fait dessiner pendant un trimestre la germination du fayot sous prétexte que la couleur de mes crayonnages était une injure au sublime vert des cotylédons...

        - (Crâne déplumé, en monologue) Tiliaceae, mentha, valériana, ça calme... Doubler les doses parfois s'impose... 

Lui - La chance vous sourit! Vous allez être les heureux propriétaires d'un superbe cierge d'or (qui s'éteindra avant peu, raplaplaté par le plongeon du pignon ouest), plant rarissime (aussi rare que chiendent!) de molène- bouillon- blanc aux moults vertus guérisseuses. Il a choisi les bonnes ondes Feng Chui du flanc (du flan!) de votre Castel pour y croître en toute sécurité. Vous, en qui je devine l'esprit d'entreprise (vous, les rois des inconscients), pourrez mener à bien un juteux négoce tisanier de Verbascum thapsus.

Eux - (Zinzoline rêveuse) Verbascum...des tunes, on s'en fera un maximum! Thapsus... je muterai en boutiquière cossue!

        - (Crâne déplumé) Amen

Lui - La chance continue à vous faire risette! Il ne vous a pas échappé que dans "bouillon-blanc", il y a "Bouillon"! Qui nous contredira si on suppute que cette plante est apparue sur "vos" terres après le passage du célèbre Chevalier franc Godefroy de Bouillon ? (là, tu charries vraiment Lucien!). Comme disait ma grand'mère "Y'a pas de hasard"... Voyez d'ici la publicité sur vos étiquettes tisanières.

La Zinzoline - Rhôô la chance! On prend! on achète! on signe illico, on devient proprios! Oh ouiouioui, on est en plein rêve, sors ton chèquier mon Innocenté!

Crâne déplumé - Amen... 

Lui - (pour lui-même) C'est pas une farce? Ça y est! me voilà débarrassé de cette bicoque. Ah! je rêve! Moi aussi! enfin, je rêve... (Sois fort mon Lulu! je vais te pincer et tu vas te réveiller avant de boire le bouillon!)

.................................................................................................................................. 

Peu après...

Un staff de blouses blanches dubitatif, voire perplexe, se concerte:  comment gérer un type bizarre en cravate-costard, mèche gominée, déposé par les pompiers auxquels il ordonnait "Pincez-moi! Mais pincez donc"! et qui réclame à cor et à cri du bouillon (il en a déjà bu trois litres, en trinquant à un certain Godefroy)...

 

 

 

Partager cet article

Repost 0