Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défi n° 69 "Les huit éléments" proposé par Lilou-Frédotte pour les croqueurs de mots

Publié le par François & Marie

Thème: "Les huit éléments".

Pour ce défi, je vous propose d'écrire une histoire en vers ou prose, en utilisant les éléments suivants, peu importe l'ordre,

- des personnages: un grand père et un enfant, Jean Mimi.

 - une période: mars 1889.

- des lieux: le pont Charles à Prague, le département du Rhône.

- un objet: un pendentif.

- un animal: un lapin.

Mais ce n'est pas tout, vous devez aussi placer la phrase "Et pourtant, je t'avais prévenu(e)".

.......................................................................................................................................

Otylie-effect2.jpgPrague, mars1889. Sur le pont Charles, Ôl'pitre,

Clown au nez rouge, joue une valse triste.   

Sous la statue de Népomucène, gardien des ponts,

Il fait pleurer son violon.

La jolie Ôtylie, celle dont son coeur est épris

Est partie pour Paris.

Pensez! Dame Tour Eiffel va y être inaugurée.

- Rendez-vous au Champ de Mars! lui a-t- elle lancé

Rieuse, avant d'être prestement par la foule escamotée. 

- ...En France, chaque mois les champs changent-ils de nom?

Clown-detail.jpgS'interroge Ôl'pitre, il faut se hâter, il va bientôt virer Champ d'Avril,

Comment s'y retrouver?...Ce champ doit être un bien grand pré...

Or, tout comme les prés, Ôl'pitre est fauché.

Paris est loin, comment y rejoindre sa bien-aimée?

Sombrement, il violonne. Le coeur n'y est pas.

Un vent froid de fin d'hiver souffle sur la Vltava

Des courants d'air font déraper l'archet.

Les passants lésineurs et frileux se hâtent frôlant le parapet, 

N'abecquant l'étui à violon béant que de bien chiches monnaies.

Désabusé, Ôl'pitre s'adosse au socle de la statue de St Jean et frictionne ses doigts gourds.

C'est alors que par un son grêle, un gling-gling-gling ténu son attention est attirée.

Levant les yeux il découvre que l'une des cinq étoiles dont s'auréole Népomucène est par l'Aquilon malmenée, ballottée.

Elle tangue dangereusement, menaçant d'être expédiée dans les flots de la Vltava.

Vivement, Ôl'pitre fourrage dans les poches de sa vareuse en gros drap,

Y trouve, outre un grand mouchoir à carreaux, quelques précieuses broutilles et un vieux bout de fil de fer... oui oui, il pense qu'il conviendra. 

En un clin d'oeil il est sur le muret. Agrippé au chanoine de bronze, fermement il arrime l'étoile grelottante. 

Sautant de son perchoir, il découvre médusé, là au centre de l'étui à violon, une petite boule rousse en lapin véritable.

Sous de cocasses oreilles rondement dressées, deux petits yeux curieux le fixent tranquillement.

Surpris, joyeux, Ôl'pitre s'accroupit face à cette vivante miniature lorsque, ébahi, il découvre autour du cou du lapereau, un pendentif en cristalline Moldavite.

Vivement son regard interroge, cherche à droite, à gauche... Le pont déserté n'est que pierre figée, tout comme le St Jean, impassible qui fixe le lointain...

Grand-père, tu parles du diamant de Bohême que ne quitte pas bonne-maman? s'exclame Jean Mimi .

Otylie-detail2.jpg Celui là même, confirme le grand père. Depuis quatre générations, la Moldavite pare les femmes de notre généalogie. Ton trisaïeul, le clown Ôl'pitre, après moult péripéties réussit à rejoindre son Ôtylie à Paris. Il y découvre avec bonheur qu'ils partagent les mêmes sentiments. En cadeau de fiançailles, il lui offre le diamant puis l'épouse!

- Et lapinot?

- Ôlap?  Bien sûr il a été du voyage! A un moment ça a failli mal tourner pour lui. Ôtylie et Ôl'pitre avaient la passion de l'eau, et aussi de l'Ô, tu l'as remarqué! Pendant leur courte escapade en France, tout naturellement, ils ont décidé de faire un tour de bateau sur le RhÔne. Le capitaine du rafiot en les voyant arriver avec un lapin dans les bras, indigné, les a refoulés illico!

- Ben pourquoi? C'est mignon un lapinou tout roux...

- Halte là petit malheureux, ne prononce jamais "lapin" sur un bateau, ça porte malheur! Un lapin ça grignote l'étoupe qui joint les planches de bois, un lapin, même mignon, ça peut faire couler une embarcation...

- Ben alors, leur balade est tombée à l'eau?

- Que nenni! Les fûtés ont caché Ôlap sous le chapeau d'Ôl'pitre. Ni vu ni connu, ils ont pu embarquer; mais un grand vent s'est levé, le chapeau s'est envolé et le capitaine en brandissant sa longue-vue a vociféré - Et pourtant, je t'avais prévenu!

- Horreur! il l'a quand même pas estourbi!

- Non rassure-toi, il a suffit que la jolie Ôtylie lui sourie pour que, instantanément il se calme, comme par magie.

- Et le diamant, il l'a jamais vendu pour s'faire des sous! s'étonne l'enfant.

- Mon petit, souviens-t'en, un cadeau du ciel jamais ne se vend...

 

  retour à Prague

 

Partager cet article

Repost 0

APE APRES ( exercice patoisé d'après le défi "l'instant d'après".)

Publié le par François & Marie

Sans-titre.jpg

( l'idée du croquis nous vient d'un fidèle lecteur, le jeune Andiamo)

                                    .......................................................................

Yètôt l'aut'je, y avôt pieugu. J'me proumounôs veu le bin brav'ptchiot boû. Y'avôt point grind mond', ren qu'lê mêrlots ape mouais, ah, qu'iètôt bin!

C'était l'autre jour, il avait plu. Je me promenais vers le joli petit bois. Y'avait pas grand monde, juste les merles et moi, ah c'que c'était bien! 

Tout par in caôt, j'oye breuilli, mâ breuilli...J'm'encors pou vouêr...Yètôt lê vêch's du Yaudus qu'ètint è cent coups. Qu'ê mouchillan qu' lê piquant don?

Soudain, j'entends beugler, mais beugler...Je me précipite pour voir...C'était les vaches du Claudius, très perturbées. Quel moucheron les pique donc?

Qu'êst c'que j'vouais? In grou quêmian rug' inroussi din l'tarreau d'vant la bârch' du prè , ape lè vêch's qu'li breuillint d'sus in piet'nant ape qu'taborint qu'm'en dê bargeottes.

Que vois-je? Un gros camion rouge enlisé dans le fossé face à la barrière  du pré et les vaches qui piétinaient et tambourinaient comme des folles.

J'a corru, j'a eu  qu'ill int bray-i quéquion ou bin qu'ill patalint din ên' couvâ d'gravallons.

J'ai couru, j'ai eu peur qu'elles écrabouillent quelqu'un ou qu'elles piétinent un nid de frelons. 

Va t'fêr lanlaire! Sû l'gros châ, y'avôt n'ècrit, in va d'la gueulePiaux d'vêch's pou lê dûs à queur"!  Bin man Colon, y lê mettôt in révulchon!

J't'en fiche! Sur le bahut était écrit, en grand vantard Peaux de vaches pour durs à cuir"... Ben mon ami, ça les mettait en révolution. 

Bin, j'en seus restée tout'èb-èb-ébâbie, j'en jotte tins, t'y crairôt-y touais, v'la t'y point qu'lê vêch's du Yaudus sêrint lir'? Bin y'ê bin auquouê... Y erôt t'y point du Spoutnik la d'sô?

A la r'voyotte don!

Ben, j'en suis restée toute éb-éb-ébaubie, j'en bégaie tiens, le croirais-tu, les vaches du Claudius sauraient lire? Ben ça m'épate! Encore un effet-Spoutnik!

Au r'voir ! 

.................................................................................................................................................................................................................

Avertissement: Un d'ces quatre, pourrait bien y avoir  interro -surprise! 

.................................................................................................................................................................................................................

Publié dans Histoire en Patois

Partager cet article

Repost 0

Défi n°68 "L'instant d'après", proposé par ABC pour la communauté des Croqueurs de Mots

Publié le par François & Marie

Cette photo a été prise le 6 juillet à 10h54, vous, vous êtes passés par là à 11h02.

Montrez-nous ce que vous avez vu et peut-être entendu.

vaches.jpg

......................................................................................................................................

 Six juillet.

Le sous bois agréablement rafraîchi par l'orage de la nuit, sent bon. 

Onze coups au clocher.

C'est la belle heure pour émerger d'une balade chaperonnée par le chant des merles noirs.

La même sensation qu'au sortir d'une église dépeuplée, silencieuse, fraîche et semi-obscure.

L'instant d'après,  une galopade désordonnée vient soudain troubler cette sérénité. 

Un type visiblement paniqué, les deux mains sur les oreilles, court, court, en zigzaguant.

Il s'enfuit en jetant derrière lui des regards affolés.

Un saisissant raffut agresse brusquement ce paisible coin de campagne. Qu'est ce qui peut bien déclencher ce barouf inouï à 11h 02 ?

Vaguement inquiète, je presse le pas. Je me hâte hors de la futaie, vers le pré d'où fuse cet impressionnant tapage rauque.

Durs-a-cuir-effets.jpg

Stupeur! Face à un gros camion enlisé dans la gadoue du bas côté, une huitaine de vaches charolaises en furie, celles du Glaudius, piétinent et fulminent.

Habituellement elles savent se tenir et se contentent de faire leur boulot de vaches en broutant paisiblement. Si vous insistez, elles vous accordent par politesse un bref regard bovin puis replongent un mufle indifférent dans les pâquerettes et le sainfoin.

Pour l'heure, elles sont hors d'elles et encensent à la manière de chevaux effrayés en direction du véhicule embourbé.

Incroyable! Ces bovidé(e)s auraient-elles décodé la réclame sur les flancs du bahut?

C'est à croire...C'est l'émeute!

 "Peaux de vaches pour durs à cuir" leur arrache des meuglements à glacer le sang!

"Cuirs de vachette pleine fleur" déchaîne des beuglements à faire peur...

"Peaux de vaches imprimées exotiques" les rend totalement hystériques.

"Coussins en peaux de vaches imitation zèbre" déclenche des mugissements funèbres et des soubresauts scandalisés. Quoi! on oserait les assimiler à un bestiau dont on ne sait s'il est noir à rayures blanches ou blanc à rayures noires. Alors, hein!

 

........... 

Tres-beau21effect.jpgFil barbelé, à peine étonné par tout ce ramdam,

avait bien repéré la dégaine maussade de ces dames

qui s'avançaient en rangs serrés

après avoir mis leur progéniture en sécurité dans un coin du pré.

Il est des écrits malséants où les petits veaux

doivent éviter de plonger leur museau!

Quant à moi, je me suis esbignée

assurant lâchement comme laissez-passer

à ces bovidé(e)s courroucé(e)s, 

que mon imper et mes bottes-passe-partout

sont bien en ca-out-chouc! 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Anniversaire

Publié le par François & Marie

Cake.jpg

Il y a deux ans aujourd'hui que Marie et François ont ouvert cette page. Marie la fait chanter avec ses mots, François la décore avec ses crayons. C'est à deux, main dans la main, qu'ils bâtissent ces gourmandises pour les partager avec ceux qui veulent bien prendre le temps de les goûter. Et c'est à deux, main dans la main, qu'ils désirent poursuivre cette complicité. 

Partager cet article

Repost 0

Fenêtre sur basse-cour -

Publié le par François & Marie

POupoule.jpg
Coq au riz zontal  -  Pour qui ce bouquet?
Poupoul'bouboul' -   ..., ...
Coq au riz zontal   -  Je ré-pé-te, pour- qui-ce-bou-quet? Mummm?
Poupoul'bouboul' -  C'est Chapon dodu...
Coq au riz zontal   -  ...le gredin, il t'offre des fleurs?
Poupoul'bouboul'  - (gros soupir) ...Pfff, qu'est ce que tu crois, ces jolies tulipes ensachées ne me sont pas destinées; grand dadais de chapon dodu va les offrir à sa nouvelle conquête. Vois comme il a l'air benêt depuis qu'il se la joue coquelet en extase pour une vulgaire ampoule mono-phase...

Coq au riz zontal -  En gros poulet grillé risque bien de finir l'énamouré...

Poupoul' bouboul' - ...Et en (am)poule au riz la dulcinée! 

Partager cet article

Repost 0