Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Défi n° 178 (le paradis) proposé par Lilou-Soleil pour Les Croqueurs de Mots.

Publié le par François & Marie

"Le seul truc pas chouette, c'est qu'au paradis, on va manquer de saucisses et de chips. Dieu ne veut pas qu'on ramène des choses d'en bas. Il a créé le paradis, donc c'est parfait... point !  Et on en a pour l'éternité."

                           Paroles de détenus, de jeunes de l'école de la deuxième chance.

                                           ............................................

Que vous inspirent ces paroles ?

.......................................................................................................................

- Allo, Dieu ?

- Soi-même. Qui Le demande ?

- Une terrestre qui serait fort aise que Vous lui accordiez un instant de Votre éternité.

- Volontiers, puisque Je suis trois, Je peux aisément me détripler. Parlez, humaine.

- J'ai ouï dire que les humbles mortels devaient rallier Votre espace - Paradis mains nues et poches vides, sans même un petit sac à main.

- Exact, Nous pratiquons la formule " all inclusive ".

- Incroyable ! Vous avez viré dans le " tout inclus " ?

- Parole du Seigneur !

- Vous courez à la faillite ! Pas étonnant que tout le monde souhaite se retrouver dans Votre lieu de villégiature prolongée.

- Encore exact. Puisque Nos pouvoirs sont infinis, Nous sommes en mesure de répondre à tous les désidératas de tous Nos pensionnaires.

- Entre nous, je me moque totalement des souhaits des autres ouailles, il m'importe que les miens soient bien enregistrés.

- Je vous reconnais bien là. Exprimez-vous.

 - Prenons le premier desideratum qui me tient à cœur, je l'énoncerai d'un seul mot : cancoillotte.

- ... Auriez-vous quelques griefs envers les radars ?

- Quels radars ?

- Les radars routiers. Ce que vous nommez camp - coyote ne serait-ce pas le " système coyote, avertisseur de radars " ?

- Cher Dieu, votre répertoire universel ne me semble pas tout à fait à jour. La cancoillotte est un fromage franc-comtois que Vous créâtes, léger, subtile, qui fond sous le palais, je j'adore ! Je sais que je ne devrais adorer que Vous, mais je passe outre.

- Pssitt ! Moïse, file-moi le recto de tes Tables de la Loi et un burin, j'ai un petit détail à mettre à jour rayon produits laitiers, et déniche- moi fissa St Uguzon patron des fromagers !

- Allo Dieu, n'en faites pas tout un fromage !

- Affinez je vous prie.

- Puisque chez Vous on peut avoir le beurre et l'argent du beurre, je requerrai un oreiller en plumes, l'odeur automnale des feuilles de peupliers et aussi un néflier. Attention ! les nèfles ne sont consommables qu'après une gelée intense.

- ... ? (gloups)

- Ah ! là, je Vous sens légèrement déstabilisé, non ?

- Pas du tout. ( Gnin ?)  Psitt ! Adam et son Ève, rappliquez ! Vous qui passez votre temps à folâtrer dans les vergers en croquant des pommes, Je viens de tomber sur un pépin : une nèfle, qu'est-ce ? Je ne me souviens pas de l'avoir créée, y auriez-vous déjà goûté ? Et trouvez- moi illico la recette de la " gelée intense ".

- Il me semble que vous chuchotez, seriez- Vous un Dieu cachotier ?

- Je suis Dieu, Je fais et Je suis ce que Je veux !

- Évidemment, vu comme ça c'est sans appel... Avez-vous pensé aux soirées régréssi-cocooning de votre clientèle ? Pour icelles, je réclame un vieux pull informe, chaud, moelleux, assorti à des chaussons en velours tous mous - roudoudouillets, pointure quarante, pour pied grec.

-  Gnin... Hep ! Onassis, dans mon bureau, au trot, pour une conférence  " pieds de chez toi ". Hep Bernadette, bergère - Sainte, est-ce que la laine de tes moutons est d'occase ? Ce serait pour faire un pull vieux ? Ouilleu ! pas sur la tête, la houlette ! Tu dis ? que ce serait criminalité que de ne pas fournir de la laine de qualité. Soit ! Et que ça n'est pas parce que Je suis Dieu que tu vas dévier de ton code de déontologie... T'énerve pas, aïe-eu ! (Zut, la boulette...) Bon bin euh... félicitations Nadette, c'était juste pour tester ton sens de l'éthique, retourne à tes moutons.  (Gnin... on est mal... on est très mal...)

- Euh...y' aurait pas eu comme un grincement ?

- Un grincement ?

- Une sorte de " gnin "...

- Absolument pas ! Poursuivez.

- Vérifions si vos prestations diverses permettraient bien la satisfaction de mes cinq sens : le goût sera comblé par le from'ton au metton, ma douillette pour le toucher-bien-être, l'amertume du peuplier va régaler mon nez et pour charmer mon ouïe, un carillon de cloches, celles de MON clocher sera bienvenu. Bien sûr, vous l'avez enregistré.

- Pfou... quelle enquiquineuse. Qui peut bien être le Patron des GPS chercheurs de bleds paumés.  Assurément !

- Pour le visuel, il serait nécessaire de produire des échantillons de vrais gens d'ici- bas, juste assez imparfaits pour qu'on se sente plus que parfaits. Prévoir également quelques trucs bien moches, du genre qui donnent de l'urticaire, des couleurs qui piquent les yeux afin de pallier l'insipide uniformité de votre trop parfait asile résidentiel.

- ( Ouh là, J'ai affaire à une apprentie philosophe.)  Pssitt ! Pierre - Saint, descends rapidos aux abîmes, récupérer quelques échantillons de fange et turpitudes chez notre satanique collègue. Ne prends pas chaud, découvre-toi et pense à t'ignifuger. Que dis-tu ? Pas envie ! Eh ! tu m'as déjà renié trois fois, n'oblige pas le pauvre coq à s'égosiller de nouveau, il se fait vieux. Il me faut absolument vendre Mon paradis à une contrariante- pointilleuse, sinon elle va filer chez Notre concurrent Purgatoire qui est en pleine période de soldes à prix cassés.

- Allo Dieu ! Vous êtes pris en flagrant délit de mauvaise foi (c'est  un comble !) et de publicité mensongère. Tâchez moyen de Vous mettre aux normes avant que je vienne Vous rejoindre. Eh ! Surtout, prenez bien Votre temps, je ne suis pas du tout, mais alors pas du tout,  pressée !

- Je prends note. Amen ! (ouf !)


- Bon, il faut absolument que l'on revoie deux ou trois choses ici ! Notez, Moïse qu'il faut améliorer la qualité de l'accueil au niveau des doudoux et se renseigner sur ce "Camp Coyote", ou je sais pas quoi...

- Et pour les nèfles ?

- ah oui, ça aussi ...  nom de Moi, on sera jamais prêts. 

Partager cet article

Repost 0

Défi n° 177 ("en chanson") proposé par Fanfan pour les Croqueurs de mots.

Publié le par François & Marie

...................................................................................................................................................

Fanfan propose  de choisir une chanson aimée ou détestée.

À partir de là écrire un texte, faire des commentaires " off ", en intégrant au minimum cinq mots de la chanson.

...................................................................................................................................................

Rina Ketty interprète " LE RÊVE BLEU " ♫ ♪

- Dis, c'est qui Ketty ?

- Quel curieux ! c'est le pseudo de Cesarina Picchetto, 1er mars 1911 Sarzana (Ligurie) - 23 décembre 1996 (Cannes), chanteuse "exotique et sentimentale" évincée par Gloria Lasso, elle-même éclipsée par Dalida . (Merci Wiki).

- Dis, à quelle ère remonte cet air ?

- Indiscret ! ère 1938.

- Dis ? avant ou après JC ?

- T'occupe ! C'est la berceuse que papa me chantait quand j'étais une ch'tite n'enfant !

- Euh, dis ?... tu as vraiment été une ch'ti...

- Motus damoiseau, écoute plutôt.

♪ ♫ ♪

Ma petite fille adorée -é- eu

Mon amour chéri mon espoir

Il est tard laisse ta poupée-é-eu

- Dis, ta poupée, c'était laquelle des Barbie ?

- Très drôle ! elle était toute ronde, bourrée de son, une bouille sympa avec des yeux boutons.

C'est l'heure de dire bonsoir

Maman va chanter

- Trop cool ! ta mother passait sur You Tube ?

- Ah le geek ! Maman fredonnait, c'était papa le chantre des berceuses.

En te fermant les yeux

- Oh là, dis ! " te fermant les yeux "ça fait pas un peu gore ?

- T'inquiète, c'était pour de faux !

La légende du rêve bleu

- Dis ? bleu, c'est pour la rime ?

- T'occupe, le bleu c'est la sérénité et puis ça peinturlure et camoufle les couleurs de la réalité...

                                                     ♪    REFRAIN  ♫

Le rêve bleu léger mysté-ri-eux

Comme  un oiseau vole autour des berceaux

- Dis c'est quoi un berceau ?

- C'est genre clic-clac pour minus loupiot; le mien c'était un "moïse" en osier, fabrication maison.

- Un  moïse ?

- T'occupe, c'est de la Bible du caté.

- Dis, c'est quoi l' caté ?

- Pfou, quel parpaillot ! c'est compliqué... Au caté, on raconte que dans la Bible il était une fois un pharaon mal luné qui décida de faire éliminer de son royaume tous les bébés-garçons. L'un d'eux fut caché pendant trois mois par sa maman qui supputait que l'autre furieux allait vite se calmer. C'était un teigneux, il ne désarma pas. Elle résolut de sauver son loupiot. Le cœur fendu, elle l'abandonna dans un panier qu'elle mit à flotter sur le Nil.

- Et le v'là skipper à trois mois ? eh, t'es trop mytho !

- Et toi, t'es trop arrogant ! Elle avait pris soin de le mettre à voguer tout près de la berge. La fille de Pharaon, qui prenait par là son bain de Nil, aperçut cette jolie corbeille (elle les collectionnait). Aussitôt elle pria l'une de ses suivantes d'aller quérir l'objet. Madame ! sursauta la servante, la panière n'est pas vide... dois-je malgré tout la quérir ? Pas vide, tant mieux ! répliqua pharaonnette, ce sera mon premier panier garni, va quérir, va ! C'est ainsi que le nourrisson fut sauvé et prénommé fort à propos Moïse, qui signifie "sauvé des eaux".

-  Chez Ikéa ça aurait donné Ywzbxötcy !

- Ja ! Il fallut attendre des ères avant qu'un jeune osiériculteur qui, le jour, tressait des couffins en fredonnant  ♪  j'ai lié ma botte avec un brin de paille,  ♫ j'ai lié ma botte avec un brin d'osier ♫ et le soir dévorait goulûment la Bible, se redresse comme un diable sur sa paillasse, bonnet de nuit de traviole et s'exclame EURÊKA ! Le matou fort marri qu'il avait envoyé valdinguer, lui fit remarquer avec dédain, tout en lissant ses moustaches, que, fi, cette exclamation Archi-connue n'était qu'un plagiat, un emprunt. Cause toujours mon minet, rétorqua l'osiériste, l'emprunt, c'est la banque qui va être ravie de me l'octroyer, je m'en vais breveter en " moïses " mes paniers où coucher les humains nouveaux-nés ! On douilletta la rusticité de l'osier de quelques volants roses et bleus froufroutés, on ajouta quatre roulettes en bois d'arbre AOC et zou, en couffin moïse était re-né !

- René Moïse, j'imprime. Dis donc, avec toi le caté c'est trop d' la balle !

Il fait son nid bien près des tout-petits

- J'hallucine ! y' avait un nid dans ton moïse ?

- Eh l'espion, ne le répète pas, j'ai même piqué ses plumes pour rembourrer mes oreillers !

Pour approcher leur cœur de son aile porte-bonheur

Le rêve bleu c'est l'ange bienheureux

- Dis ? c'est quoi un ange ?

- T'occupe ! c'est genre Superman avec des ailes et des frisettes.

Du beau pays appelé paradis

- Dis, c'est quoi le paradis ?

- T'occupe ! c'est genre se délecter gratis chez Mac Do d'un Royal cheese et double coca, les orteils en éventail dans des super sneackers, le pied quoi !

Et chaaaque soir avant de reveeenir nous voir

Le rêve bleu s'envole dans les cieuuuux

- Trop fort ! un rêve en schtroumpf volant ! 

- Gargamel, sors de ce corps !

Plus tard lorsque tu seras gran-ande

- Dis, c'est cool la vie, on est tout- petits, moyens-petits puis tranquillou, petit à petit, on grandit.

- T'inquiète ! plus tard on rétrécit...

Un autre bras te bercera

- Tiens ! pourquoi un seul bras ?

- T'occupe c'est pour ne pas vexer les manchots !

Tu n'entendras plus la légen-en- de

Le soir quand tu t'endormiras

Et les rêves qui viendront peupler tes nuits

Ne seront plus comme aujourd'hui

- Dis, pourquoi donc ça ne sera plus comme avant ?

- T'occupe ! par toi-même tu le découvriras...

 

Partager cet article

Repost 0