VOUAILLA.

Publié le par François & Marie

  
   I sin l'gri pin èpeuces. Y'è l'gran-pére qu'fieume san bouffârde en li-ant tou fô l'journau d'ique.
   Dè grans avans que siardant l'ére. L'pére, l'hivâ darnié avo tailli lè avanchers, è z'ont trempouilli qu'y en finisso point, ap'è z'ont sochi quan y fio du soulè. C't'hiva è lè maille, è viou fére dè mânnes pou lè poumes-è-tarre ape pou rintri l'bô. I li faut renque in cutè, in pouçon ape sè mins.
   D'aveu quêtre aig-euilles la gran-mére, l'métou l'Mongris su lè g'noux, qu'mensse dè choussons è gueurge pou rèchauder lè pis din lè sèbouts.
   La mére è sô l'lusot qu'monte ape qu'besse pou vouair quiâ pou r'mander sè chausses d'aveu èn'û. Fènette, la ptchiote cheine, dreume su sè pis, ill sè ben qui va point deurer ape qu'ill va fini la nai din la peille d'la gringe.
   Y'a in viou journau su lè touèle ciria. Les ptchiots peinturant d'aveu la gouèche yeutè qué-hiers d'Noué. E san in biaude in pilou, è pouvant vouailli in pchô, y'é mècredi sè (è vont point chu l'instruisou l' judi).
   Lé bouillotte zainzaine su l'fu que qui-aire un ptchô fô d'aveu lé bise que s'a l'via.
Y'é prèsqu' hui heurs du sai, faudrot brinchi l'TSF pou lé f'mille Deuraton ! Apré,  su lé Suisse,y'en a qu'juant ène piéce d'té-hètre. In l'oyant in va mingi dè poumes ruges, dè "mougnots d'chins".
   Du tillol ape du mié, y va fére du nan-nan pou ben dremi. Lè ptchiots y'allant, y'è l'moument.
  
Y'é ène vouailla d'hivâ pou chu nô,veu lè an-nians cinquinte (épré l'JC!)

50 37 Radio CM 74
Voir la traduction

Publié dans Souvenirs

Commenter cet article

marijo 27/01/2010 07:03



Joli texte, plein de poésie. J'ai dans ma prime enfance connu ce genre de soirée. Merci pour ce bout de notre vie. Bonne journée. Marijo



François & Marie 28/01/2010 21:43


Merci de votre visite, c'est vrai que  ces veillées étaient pleines de chaleur humaine, Marie sait bien nous le raconter. Le bonheur ce n'est pas d'avoir mais c'est d'être.
Bonne journée à vous .