poème tract

Publié le par François & Marie

Lipoclub deuxième session gérée par Maître Olivier de Vaux

 "Réécrire, à votre manière, le poème de Jacques Prévert dont je vous donne le texte ci-après :"

 

Soyons clairs, vous n'avez droit à aucune autre lettre que les onze d' ESARTULINOC et vous êtes invités à rester dans l'esprit du poème en procédant à votre version qui, forcément, ne sera pas littérale. Vous pouvez fort bien écrire quelque chose de nettement plus court.

 

Le message 

La porte que quelqu'un a ouverte

La porte que quelqu'un a refermée

La chaise où quelqu'un s'est assis

Le chat que quelqu'un a caressé

Le fruit que quelqu'un a mordu

La lettre que quelqu'un a lue

La chaise que quelqu'un a renversée

La porte que quelqu'un a ouverte

La route où quelqu'un court encore

Le bois que quelqu'un traverse

La rivière où quelqu'un se jette

L'hôpital où quelqu'un est mort.

Jacques Prévert

Tract

 

Une créature a écarté l'entrée.

Une entité a enclos l'issue, s'autorisant à en sauter le seuil.

Sur la causeuse en terrien roturier s'est cul-tassé,

En courtisan a câliné l'ocelot,

Lacéré ensuite le citron.

Saisissant une carte, il en a ânonné les écrits.

A retourné sec la selle au sol,

S'est rué à la sortie licite,

A trotté sur le sentier

Sillonné l'orée et l'essart.

En torrent s'est élancé.

Suite : s'éterniser sur terre, oint à l'arnica ? Ressusciter ? 

Nenni !

Occis, à l'asile s'est éteint.

 

 

 

 

 

Commenter cet article

MARIE de Cabardouche- 14/12/2010 17:26



Incroyable, Maître, vous séchâtes!


Bonne âme, je vais vous concocter un mail explicatif.


Bises!



Philalèthe 14/12/2010 17:16



J'ai pas compris (le procédé) !


Je continue à chercher un peu quand même.


Bises.



MARIE de Cabardouche- 11/12/2010 21:04



On fait comme Phil qui doit pédaler sur une route très pentue, qui place nours sur le guidon et qui dit- En avant!       Tout simplement!



Phil 11/12/2010 11:07



Ben, comment vous faîtes ?... Je serai vraiment incapable de faire ce genre d'exercice. Bis !