Défi n° 109 "Le phare des Sanguinaires" proposé par Fanfan pour les Croqueurs de mots.

Publié le par François & Marie

 

"Lors d'un jeu vous avez gagné une soirée dans le phare des Sanguinaires avec le gardien, repas compris.

Mais...lorsque vous arrivez au pied du phare, pas de gardien.

La porte est ouverte. N'écoutant que votre courage, vous entrez"...

Racontez votre soirée surprise (gaie, triste, épouvantable, comique, terrifiante, ennuyeuse... c'est vous qui voyez!)

...................................................................................................................................................... 

sang neuf fx- Mesdames et Messieurs! 

(roulement de tambour) "trrrrrrrrr..."

Voici le moment tant attendu du tirage du gros lot trrrrrrrrrrrrr...poum...poum...poum..."

... UNE SOIREE DANS LE PHARE DES SANGUINAIRES ET...trrrrrrrrrrr... EN PRIME...trrrrrrrrrrrr...UN REPAS AVEC LE GARDIEN DE CE PHARE! 

Numéro... "trrrrrrrrrrr... poum...poum...poum..." 

Numéro...1... "trrrrrrrrrr", 0... "trrrrrrrrrrrr", 9... "trrrrrrrr...poum...poum...poum".

Numéro 109! "trrrrrrrrrrrrr...poum...poum...poum..."

Le numéro "109" a gagné "trrrrrrrrrrr...poum...poum...poum..."

Je dis bien! le numéro "109" a gagné "trrrrrrrrrrrrrr...poum...poum...poum..." l'insigne honneur de passer UNE SOIREE DANS LE PHARE DES SANGUINAIRES!

- YES!... YES!... YES...! le 109 c'est moi! J'ai le 109! trépigne une mamie à frisettes blanches.

- Nous avons notre gagnante! s'égosille l'animateur. Quel est le nom de notre chanceuse? Madame?... 

- Miss Rhésus! ...Henriette (mes copines m'appellent Rh) et j'ai le "sang neuf"! tremblotte la petite boulotte fébrile en tendant son billet fripé en boulette.

S'ensuivent bla-bla-félicitations et tsoins-tsoins-flons-flons, alors que les perdants s'en vont déçus, mines grognon et airs ronchons.

Le soir même, pfffuttt... Rh soulage de sa poussière (qui strate depuis1967) son Atlas géographique mondial (payé à tempérament), curieuse de savoir où elle va poser ses bottes caoutchoutées. 

- Voyons, voyons... phare des Sanguinaires..."Phare du Golfe d'Ajaccio, édifié en 1870". Description sobre. Le Corse ne s'embarrasse pas de fioritures. 

Ça lui va, l'ouvrage est trapu et semble costaud. Il a tenu cent quarante trois ans, il va bien résister jusqu'à sa visite!

Une semaine plus tard.

A l'heure où le soleil couchant empourpre les rochers (le jour où cette oeuvre sera transposée cinématographiquement, faire pleurer ici quelques notes de violon, plutôt fortissimo because le ressac), Miss Rhésus misemplitée de frais, saucissonnée dans un coupe vent écarlate, arrive un peu essoufflée au pied du Phare des Sanguinaires.

- Bon sang de bonsoir ça grimpe! mais tout ce rouge vaut la peine de mettre un pied devant l'autre. C'est rigolo, on se sent moucheron égaré dans la bassine aux gelées de groseilles!

A la porte du phare, Henriette guillerette cherche la chevillette.

Inutile, le gardien bien urbain, a laissé la porte grande ouverte.

- Les Corses ont le sens de l'accueil se réjouit Henriette qui, frottt, frottt, essuie ses bottes sur le paillasson.

- Monsieur le gardiennn! ouh ouh... c'est Henriet...heu, c'est M'ame Rhésus...

- ...ésus... répond l'écho du grand escalier colimaçonnant.

- Y'a quelqu'un? s'inquiète Henriette.

- ...qu'un...bisse l'écho qui manque d'imagination.

Henriette risque son bout du nez dans l'entrée.

- Y'a personne?

- .................... ...(il ne sait pas l'écho, alors il reste coi.) 

Miss Rhésus n'a pourtant pas du sang de navet dans les veines, pourtant ce silence, cette obscurité qui commence à la cerner lui feraient presque perdre son sang froid.

La frisette fureteuse, Rh pousse une porte. Frtttt...un frôlement la fait sursauter...son sang ne fait qu'un tour...

Ouf, ça n'est que son K Way qui vient d'effleurer un billot.

QUOI! UN BILLOT!

Ben oui, un billot...

Gloups! un billot de boucher...

On y a jeté un chiffon torchonné, euh plutôt... un torchon chiffonné ...euh, (re)plutôt...un torchon chiffonné ENSANGLANTE!   

Là... Henriette a la frousse.

Vite! appeler quelqu'un à sa rescousse.

Pronto elle tapote d'un doigt bredouillant le ménoru numéro de Lacusti Calistu-Calistu (défi n°65 56) qu'elle connut lorsqu'elle vint anymone incognito en Serco Corse (fédi 38, défi 83) sous le pynotrame nom de  Sims Civière  Miss Visière.

Rh est (quasi) morte de trouille. Son Rh positif + vire au négatif - , c'est dire. 

Ouf! Miss Henriette qui a de l'ouïe, ouit mêlé aux schlouffs des vagues le ronron asthmatique d'une Vespa 125 à side-car incorporé, type 1946. (Pour l'adaptation rêvée plus haut, prendre soin de choisir un moteur de Vespa gonflé ou faire taire le ressac en l'intimidant.)

Telle une guêpe écrabouillée par une tapette à mouches, la Vespa s'échoue en calant contre le pied du phare.

Deux silhouettes félines en surgissent.

Primo, celle du Chef ( le Chef se doit de surgir en premier, s'en souvenir au moment du tournage) Calistu-Calistu commissaire de son état.

Secondo, le second, l'ombre du premier, Lisandru plus jeune et bien plus dru (mais qui se doit de n'intervenir qu'après son chef puisqu'il n'est que second).

Quatre enjambées suffisent à Calistu (deux seulement pour le fringuant Lisandru) pour se retrouver face au billot suspect mais néanmoins stoïque.

Furtivement Chef jette un bref regard à Henriette apeurée, scotchée au mur couleur orange sanguine (qui jure avec le cramoisi de son coupe vent. Si elle survit, lui signaler cette faute de goût, juge en un éclair Calistu- l'esthète).

- Chef! La dame, pourquoi elle pleure? souffle Lisandru.

- Affirmatif.  Pourquoi cette flamboyante est-elle larmoyante? s'étonne le Chef.

- Chef, faudrait p't'être lui demander, (re)souffle le sous-fifre.

- Affirmatif...Euh...tu...vous..."Tu pleures je pense" (Dom Juan scène VI, Dom Juan à Sganarelle), s'inquiète le Calistu.

 - Snifff, "c'est cette exhalation d'oignons qui fait s'embuer mes lorgnons" ( auteur anonyme...) renifle Miss Rhésus.

- Oignons? OIGNONS! ça y est on le tient,  explose le Chef en grimpant quatre à quatre l'escalier à colimaçon (alors que Lisandru qui n'a rien compris les gravit deux par deux, le front raturé par trois barres cogiteuses...)

- TU ES FAIT mon gaillard! Plus un geste, te voilà démasqué! tonne le Chef de sa voix tonnante de Chef.

- Qui c'est ce freluquet pâlichon, Patron? 

- Hé hé, je te présente Lulu-boudin- blanc, le roi de la contrebande du boudin noir. Depuis quelque temps j'étais intrigué par la lumière qui éclairait le phare en plein jour...

- Voui, surtout que dans mon encyclopédie, on signale que le phare est automatisé depuis 1984...assure Henriette R qui, lasse de se faire un sang d'encre près de son billot,  a gravi une à une, les 109 (sang neuf) marches.

- Môssieur Lulu-boudin -blanc fait cuire du boudin noir de contrebande à la chaleur du système optique du phare des Sanguinaires.

- Un système vraiment aux p'tits oignons! admet le sous-fifre Lisandru.

-...pour le revendre au prix de l'or noir...à qui? Hummm, Môssieur Lulu?

Lulu-boudin-blanc non affecté par l'interrogatoire aligne soigneusement son chapelet de boudin et explique l'évidence. 

- ...A qui? à qui...Ben tout simplement au cuistot du mess des Légionnaires, c'est mon beauf'. Faut vous dire qu'avant d'être gardien du phare, dans le civil, j'étais employé dans une triperie. La boîte a mis la clé sous la porte à l'avènement des fast-foods. Je me suis retrouvé gardien des Sanguinaires. Il y a presque trente ans, on a robotisé l'éclairage du phare. On m'a mis au rencart...Avec l'âge qui avance vient la nostalgie, l'ennui...On s'épanche auprès de son beauf qui bidouille un peu l'intendance des armées et me donne ainsi l'occasion de revenir à ma passion: le boudin noir. Chaque semaine il se marre quand je dépose cette gourmandise sur son plan de travail en lui chantant "Tiens voilà du boudin, voilà du boudin, voilà du boudin!". Il est content, moi aussi et on régale les p'tits gars de la Compagnie. Vous voyez Commissaire, pas de quoi ficher Lulu au grand banditisme.

- Affirmatif. Pourtant cette histoire risque bien de te mener au billot... 

Et c'est autour du billot (toujours stoïque) qu'une heure plus tard se retrouvent l'oeil gourmand, Miss Henriette, Môssieur Lulu, Calistu-Chef et Lisandru-sous chef, dégustant jovialement des pommes au boudin noir*.

................................................................................................................................

* Dénonciation: C'est François qui m'a orientée vers "le boudin noir de contrebande", merci à lui! ( le 21/09/2012, le boudin avait déjà la vedette dans "Marie tout court et l'édredon rouge").

........................................................................................................................................  

 

 

 

 

   

 

 

 

 

Commenter cet article

Josette 02/12/2013 19:03


je continue ma marche arrière ... c'est bon ça du boudin aux pommes ! ça vous fait le 109 disait le chirurgien l'autre matin ! 

François & Marie 02/12/2013 22:58



Bien heureux que les histoires de Marie vous plaisent. 



Andiamo 21/10/2013 17:29


Une histoire qui aurait pu finir en eau de boudin ! Mais qui fut fort bien contée )


 


Une autre histoire de phare : http://blogborygmes.free.fr/blog/index.php/2008/07/03/977-la-vieille

François & Marie 24/10/2013 10:07



Bon sang ! mais c'est bien sûr ! et personne n'est tombé dans les pommes avec cette histoire de boudin. 



Nounedeb 21/10/2013 17:12


Je n'en reviens pas. Ces corses, comme ils sont ingénieux!


Penser à essayer de cuire les pommes à la lampe halogène...


Et merci pour ce régal!

François & Marie 24/10/2013 10:09



c'est vrai que les corses sont ingénieux même s'ils se méfient parfois des "allogènes" bonne journée ! 



Lenaïg 21/10/2013 13:51


  Du grand spectacle son et lumière, suspense et enquête, feu d'artifice de jeux de mots, brillantes références
à détecter, notre plaisir est complet !

François & Marie 24/10/2013 10:10



ah ça ! Quand Marie est partie dans ses écritures d'histoires tout flamboie et tout brille ! merci pour votre visite. 



fanfan 21/10/2013 10:22


Une drôle d'aventure, entre police ,  trafic de boudin, légion (forcément la Légion aime le boudin ); j'ai cru un instant qu'il y avait des morts à cause du billot et du chiffon rouge ...
Quelle imagination: bravo!

François & Marie 24/10/2013 10:13



rassurez vous: point de mort dans cette histoire qui n'a pas d'autre but que de nous amuser, une histoire qui ne cherche pas à gagner de l'agent... un conte "sans gain " pour tout dire . 



Monelle 21/10/2013 09:42


Un grand bravo ! Digne d'un scénario de film dont l'affiche est déjà prête !! Merci à tous les deux !


Bonne semaine



François & Marie 24/10/2013 10:14



Merci pour votre visite, Monelle, heu pour le film on va y réfléchir encore un peu mais si Hollywood est intéressé pourquoi pas ? 



marie chevalier 21/10/2013 09:11


très drôle et inattendu sur un sujet  un peu gore  quand  même  reconnaissons  le  (rires!!)  la difficulté a été détournée et reste un savoureux  petit
texte  plein de fantaisie bravo Marie C

François & Marie 24/10/2013 10:17



mais non! ce n'est pas si gore que ça,  sauf pour les gorets qui terminent en boudin mais avouons le : c'est tellement bon avec des pommes ! merci pour votre visite




jill bill 21/10/2013 08:10


Bonjour à vous deux, dans un phare de ce nom on ne peut servir que du boudin noir bien sûr sur ce je dis bien joué... texte et dessin ! Bien amicalement, jill

François & Marie 24/10/2013 10:21



Le phare corse se prête bien à cette aventure charcutière s'il s'était agît du far breton on n'aurait eu que des pruneaux. bonne journée.