Les vendanges

Publié le par François & Marie

- Jeudi, belle journée ensoleillée après dissipation des brumes matinales, nasille Radio Sottens.
- Y' è temps ! An m' nange jeudi qu' vint. * 1-
Par ces mots le grand-père  lève le ban * 2- des vendanges.
Jeudi, pas d' école, ça tombe bien ! Les enfants inviteront les cousins et les petits voisins, ça fera de la main d' oeuvre supplémentaire.
Les femmes de la maison ont une journée devant elles pour pâtisser et rôtir.
Les hommes préparent le matériel, hissent et calent sur le char les larges cuves en bois qui étuvent depuis des jours, montent le pressoir, empilent les paniers, comptent les sécateurs.
Le jour dit avant huit heures, face à la vigne pentue, ils sont quinze invités à la récolte, bottés, emmitouflés, se chamaillant pour se réchauffer. Ils battent la semelle dans une abondante rosée, signe de beau temps . 
Les rayons d' un soleil blanc luttent contre une brume qui résiste et s'éffiloche à regret. 
Panier au bras, chacun avale un café, conservé bien chaud dans des bouteilles Thermos et une tranche de brioche maison. De quoi  donner du coeur à l'ouvrage et hop, au travail ! vendanges1.JPEG

- Tout le monde a son panier, son sécateur ? S'assure le grand père.
-  Les marmots, contentez-vous de vos mains!  Attention, celui qui  oubliera trop de grappes sous les feuilles, sera débarbouillé au jus de raisin ! Vu ? En avant mauvaise troupe !
Il désigne à chacun une rangée de vigne. Il réserve les " greffés " à des mains expertes et laisse les autres plants aux loupiots, qui, à coup sûr, gâcheront et martyriseront quelques grappes...
 Accroupi, dos courbé, chacun s'active en souhaitant secrètement arriver le premier au bout de sa ligne. On nomme ça de l'amour propre de vendangeur !
- Hé ho, un hotteur, par ici ! réclame un habile qui vient de remplir son panier.
- Déjà! Pas possible !  Il a cueilli aussi les feuilles ! Tricherie ! Lèche-bottes!  Les protestations fusent chez les moins rapides.
L'un des deux porteurs de hotte répond à l'injonction et tous en profitent pour vider leurs paniers plus ou moins pleins si bien que...tout le monde repart à zéro, match nul !
Lourdement chargés d' un demi quintal à chaque passage, les hotteurs vont faire des allers et retours incessants entre les cuves en bois qui béent sur le char en bas de la pente et les vaillants cueilleurs.
Peu à peu, le rythme s'installe, les paniers valsent, vides-pleins-vides...Le soleil a réussi sa percée, on se sent bien, on lalalère des chansonnettes, de bonnes histoires mettent de la rigolette dans l'air !
Vers dix heures, pause. On se dépouille des mitaines et des canadiennes.  Le grand père distribue du vin doux qu'il vient de presser avec les moyens du bord.
- Y 'è t' y bon ? An dirôt t' y point du mié ? * 3- . Tous approuvent, il claque de la langue, satisfait.
- C' est bien les bottrots, vous en avez mis un coup, vous avez bien travaillé. Ca mérite une récompense. Voyons voyons, je vais... peut-être... vous montrer un secret. Un secret qui est enfermé là, dans ma main...dans ma main qui va peut-être s' ouvrir si on prononce tous ensemble la formule magique...
Six  becs sucrés, gobelets figés et mirettes en points d' interrogation, suspendent leur souffle. Sûr qu'ils sont partants pour un secret ! D' impatience, ils sautent sur place, réclamant _Oui oui, le secret, le secret !
- Approchez...Tous ensemble : A-bra-ca-da-bra...Le vieil homme ouvre son poing rugueux, dans sa paume six petites étoiles* 4- et six minis obus* 5- fossilisés. La marmaille est ébahie, épatée et veut en savoir plus.
FotoFlexer Photo- Il y a trrrrrrrrès longtemps, à la place de la vigne, il y avait une mer avec des bidules vivants. Leurs squelettes sont devenus durs comme de la pierre. Si vous cherchez bien, vous allez en trouver partout sous vos pieds.
A partir de cet instant, les mouflets délaissent  paniers et raisins et plongent le nez dans les mottes de terre ! De quoi les occuper jusqu' à l' Angélus de midi.
Riches de dizaines de secrets qu'ils vont exiber fièrement à l'école demain, ils se mêlent au cercle des vendangeurs assis sur une grande bâche, pour partager un pique-nique bien mérité.
Après une mini sieste, la cueillette  reprend. En milieu d'après-midi, les cuves sont pleines, les ceps dénudés et les héros du jour un peu fatigués !
Il reste à presser la vendange et à goûter ,demain, au vin bourru.


* 1-  _C'est le moment, on vendange jeudi prochain.
* 2-   Ban: période d' interdiction de cueillette du raisin avant sa complète maturité.( pour éviter d' aggraver le côté tord -boyaux de certains cépages...)
* 3-  _Est ce qu'il est bon ? Est ce qu' on ne dirait pas du miel ?
* 4-   Squelettes fossilisés d' encrines ( étoiles à cinq branches ), animaux marins enracinés au fond de la mer à l'ère secondaire. Le nom du vin jurassien de l' Etoile en serait dérivé.
* 5-   Fossiles de rostres de bélemnites ( genre d' os de seiche ) copines et conscrites des encrines.

Publié dans Souvenirs

Commenter cet article

MARIE 28/10/2010 23:07



Je viens de découvrir ton gentil message, Christiane, merci ! Je vous croyais encore Bretons ! Bonne soirée, je t'embrasse.



Christiane 24/10/2010 20:11



Après une dizaine de jours d'absence, je lis avec toujours le même plaisir les mots de Cabardouche. Tout y est ! On peut humer l'odeur de la terre humide, entendre le claquement des sécateurs, et
même avoir le goût du bourru en bouche ! Que demander de plus ? Encore merci, et "bon anniversaire Marie" !



Phil 12/10/2010 08:57



Oui, c'est beau. Pas de longs discours. Quelle simplicité. J'aime beaucoup !



François & Marie 15/10/2010 23:03



Merci Phil ! Votre Nours nous réjouit, bonne route !



le pays du tse 11/10/2010 15:20



Belles et bonnes vendanges: dzarloti, dzarloti...ma seuille é piène. Que de souvenirs...Bientôt, dans le pays du tse, les vendandzes de l'instruisouze....



François & Marie 15/10/2010 23:11



Vôs seûtes bin aize d' avouèr' in niom poû la hotte, an n'en a point ique !


Vôs seûtes dè piègeux d' instruisouze chû vôs !


 



Marijo 10/10/2010 21:43



Bonjour Marie et francois, encore un texte comme vous savez si bien les écrire. Tout y est, la mémoire, les couleurs d'autonme, l'odeur des vendanges, le bruit des sécateurs, le gout sucré d'un
jus tout neuf, merci ! Bonne soirée. Bise



François & Marie 15/10/2010 23:07



Les souvenirs des vendanges perdurent au-delà des années. On n' oublie pas la saveur du vin bourru, tchin !