Le vigneron 2

Publié le par François & Marie

Résumé: 

Le Vigneron, auguste statue de bronze, observe la vie du haut de son socle dans un square tranquille quand un jour … 

  Exactement le 17 mars 1942.
  Des voitures noires, un camion militaire. Des portières claquent.
  Des hommes en uniformes s'agitent, me montrent du doigt. On me tourne autour, on grimpe même sur mon socle.
   Des ordres fusent dans une langue que je ne comprends pas. Des cordes me cernent, m'étreignent, m'étranglent, tentent de me déstabiliser et de me faire choir. Mon bronze résiste de tout son poids, il ne cède pas.
   Un buste qui me côtoyait, plus léger, a capitulé. Déboulonné, il a été jeté à terre et a vitement disparu sous les bâches du camion.camion
   A mes pieds on trépigne, on s'interroge en m'examinant de plus près. Puis on a des gestes rageurs pour me libèrer des  étouffantes cordes. Il me semble comprendre que l'on ne s'avoue pas vaincu, que l'on fera céder la statue. On la veut, on l'aura ! On la soupèse du regard, on subodore la quantité d'armes qu'elle produira une fois fondue.
   ...Il me semble que des portières ont claqué...Il me semble que les voitures noires et le camion bâché ont disparu...Il me semble que je vais être fondue...Il me semble...

...À suivre

 

- lire le début de l'histoire - Le Vigneron

-lire la suite :  Le vigneron 3

 

L' M'NENGEOU  -1-


   Y' en  è qu'dièrant " y'è ren qu'ène stâtue d' m' nengeou qu'é astée au mouètant  d'in  grin cotchi. E r'gaidje lè ptchignots d'un couté, ape lè quilloux d' l'ôtre couté, è fè ren d'autre, y é  renqu'in bon laisi !"
   Y s'peut qu'j'sè in bon laisi, potcchan, y  mè ervé ène histouaire que sau d'l'ordinère...
   Y èto le dix sè march dix neu cint quèrinte dua.
   J'vouais ar'ver dè autos toutes nès ape in quèmion bèchi. Y fredalot ! Tout par in coup, dè houmes aveu des t'nues d'soudâts m'sautant d'sus,  memberdouillant aveu dè côdjes in m'bouriodant! Y' è ben auquouè, è vian m'fére cheudre,  m' borji pou tare ! Qu'men j'pèse ben man pouais, que j'veux point playi, ape qu'è san pas ben adrets, è z'y arravan point, j' vio point dégarouchi ! C'qui fè qu'è san in arrou, qu' è piat'nant, qu'è sacrant,  qu'è ragonnant. Mouai, j'rèste ique !  
   V'là qu' la nai cheu, lè faragas s'esbignant.

Publié dans Histoire en Patois

Commenter cet article