Le lait et ses… environs.

Publié le par François & Marie

 

    Le clocher répéte qu'il est midi. 

    Une volée de moineaux en blouses grises déferle de l'école pour débouler dans  la fruitière qui lui fait face.

    Comme tous les lundis, mardis, mercredis, vendredis, samedis de l'année, le fruitier les attend pour le cérémonial de " la rognure."  Il leur distribue, après le b'jour Lucien de rigueur, de longs rubans souples, blanc-ivoire, les bourrelets de fromage, échappés de la meule fraîchement pressée.

rognure

   Cette friandise peu goûteuse est sublime quand on a huit ans et que midi sonne ! On a une tête de déçu  si le gros lacet de ce fade délice est un peu moins fourni que celui des copains...Le fruitier qui a l'oeil, vous en redonne une lichette et...vous êtes heureux. Vous vous envolez  en galochant, salut Lucien, à d'main, et en tirant derrière vous la charrette et son tonneau de petit- lait ( lactosérum pour les intimes ), qui réjouira les cochons.

    Autre moment béni, celui où une vache " fait le veau " ( les initiés prétendent qu'elle vèle ). Pendant quelques jours, son lait épais et jaunâtre, réservé au petit veau, est interdit à la vente. Lorsque le bilot ( le jeune veau ) est repu, il en reste suffisamment pour régaler la maisonnée de délicieuses crêpes et gaufres, hummm, je sens encore leur parfum...qui n'a rien à voir avec celui des patisseries au lait UHT ( que vous êtes allés quérir, en  essayant vainement de dompter un chariot qui se coince et qui couine au Lecl-Int-Super-Cocci-Hyper-Casi- Market...) 

    Que ceux qui ont eu le privilège de remplir leur gobelet ( mon grand père m'avait fait cadeau du sien, en aluminium, qu'il utilisait dans les tranchées pendant la guerre de quatorze ) sous le pis de la vache, lèvent la main... Je les adoube Chevaliers de la Confrérie du Taste-lait-de-vache-chaud-mousseux-moustachant, qui fleure bon l'étable.

    Dommage pour ceux qui ne connaissent du lait que sa saveur d' apothicairerie et son convoyage en chariot-couineur...

comte.jpg

 

Auteu du  lait, j'vas vô dir' -

    Paraîtrôt qu' y en a qu' vont, de r' vin de r'va d'aveu in caddy ( qu' m' en è djant...) que couine ape qu'a touj' èn' rioltet coincie, pou charchi, din in  " Lecl-Int-Super-Cocci-Hyper-
Casi-Market " du lait empouaiji din du querton. E s'appall' UHT, el è bi-eu qu' m' en d' l' aigue, el a pi-e d' crém', el a ni goût ni sagoût, ou pieutôt si, è sint l'apothicairerie...Paraîtrot qu'y veut dir' " Ultra Haute Température. " Si an trèduit, pou bin comprendre, y voudrôt dir' " Fanatique du Supérieur Réchauffement ". Y s' rôt -y san l' réchauff'ment d' la plènète? Du lait in querton , y m' étonnerot point...
    J' vas vôs causi d' la " rogneuuur."
    Ah ,la rogn-eurrr... C'tè qu'on point couni-u c' te na-nan, sin goût ni grâce, savant point c'qu'è bon!
L'midi sonne, an sô d' la quiâsse qu'm'en in voul d' mouainiôs. An corre in face, à la futrie, encor' li! L' frutier nô étend d'aveu lè mains pi-ènes d' râquiotons d' fremège què vint d'presser. Y'a point d'goût, mé te trouves çen ben bon quin t'as huit ins ape qu'y è l' midi.
Te te r' n' en va pont çin ren, te r' nen-moun', touj' su la cherrette, in grind tounniau de ptiot-lait pou lè couchons. Là, te frondalle, si t'en renvêche in ptiot peu in sagouillant, y fè point gran-cheuse, y'è point qu' m' en l' lait...*
    Ape " l' lait du bilot ", faudrôt qu' j' vôs in cause atou.
 Quin èn' vèch' a fait l'viau, pindant quéqu' je, le lait è jaunâsson ape épais qu' m'en èn' main. T'as point l'drêt d' le poutcher à la futrie, t' le gèdje pou le ptiot bilot. Qu' m'en y en rèste touj, lè grands ape lè ptiots s' récarquillant d'aveu dè crêpiaux, dè gaufres, hummm, j' lè sens touj...
Ape c'tu lait, t'è t' y ellé l' charchi sô la vêche, d'aveu ta ptiote timbale? Y'è chaudot, y'è moussôt, y sint ben bon  l'ècurie ape y' t' fè dè mouchtaiches bi-inches qu' m' en c' tè du grin-pér' !
    Ben, vôs y songeri à tout çen qu'in vos dépouaij'ré, d'aveu in j' ton, in quèddy que couin', pôur èller" tiri lè vèches " du Lecl-Int-Super-Cocci-Hyper-
Casi-Market...

*- Voir " La futrie."

Publié dans Souvenirs

Commenter cet article

MARIE 02/07/2010 17:42



Comme je vous comprends, il m'arrive de photographier une belle bouse échouée sur des chemins de campagne ! Ce sont presque des pièces de collection tant elles sont rarissimes...


Merci pour votre visite ! Bonne soirée.



joellebarn 02/07/2010 01:52


oh oui je me souviens du gobelet en alu et même je crois qu' il était pliant ! et je me souviens du lait juste tiré, mousseux et chaud, comme il était bon ! comme j' en voudrais encore ! il devait
être parfumé de toutes les fleurs mangées avec les herbes :) je me souviens aussi de l' odeur enivrante des bouses qui séchaient sur les chemins, au soleil, les soirs d' été :) quand j' ai entendu
parler des élevages industriels, des farines de viande, je me suis dit que leurs bouses devaient puer comme des selles de carnivores ! comme je voudrais encore sentir ces bouses de vaches heureuses
dans les prés, écouter les sonnailles, puis aller chercher le lait à la ferme dans mon petit bidon en alu :) merci pour ces souvenirs :)


MARIE 27/06/2010 22:53



Les hirondelles sont des oiseaux de bon augure. Elles ont eu l' instinct  très sûr en choisissant La Ferme du Bonheur.


Bonne soirée Poucette.



Pascale la Tricotineuse 24/06/2010 22:46



Je viens par un lien qui m'a été offert aujourd'hui, je demande mon adoubement dans la confrérie ..... hihi Lait j'aime à la folie !!! en suivant mon chemin http://tricots-malins.over-blog.com/article-a-mes-levres-suspendu-52846804.html vous trouverez mon pot à
lait, celui qui enfant était mon compagnon sur les chemins !! Bonne soirée !



François & Marie 27/06/2010 22:19



Mais nous vous adoubons de bonne grâce, et nous irons jusqu'à recommander votre page qui mérite le détour. Bonne soirée à vous et merci pour votre visite.



Poucette 23/06/2010 18:21



Bonjour tous les deux,


Quel joli billet ! Voici de bien tendres souvenirs d'enfance !


Pour ma part, je ne suis pas une adepte du lait mais mes deux enfants en boivent un demi litre chacun, chaque matin... Et quand ils sont chez Granette et Grapy, à la ferme, alors c'est une orgie
de yaourts, fromage frais, gâteaux, crêpes et gaufres ! Lucie affectionne également le lait fraise au goûter !


Et dans l'étable de la ferme du bonheur, il y a nombre d'hirondelles !


Vivement les vacances !


Très bonne soirée


Bises



MARIE 23/06/2010 13:51



Je suis de votre avis, la majorité des palais est habituée à des saveurs moins marquées que celles révélées par nos anciens produits bruts ( que certains iraient jusqu'à trouver brutaux
!) Mais ne boudons pas notre plaisir gastronomique, nous sommes gâtés et n'avons que l'embarras du choix.


Merci pour vos fidèles visites, Monsieur O de V. Je vais demander à ma mémoire une livraison de nouveaux autrefois ! Très bonne journée.



Olivier de Vaux 22/06/2010 21:36



Ceux qui n'ont pas connu enfant les délices du lait tout chaud sortant du pis sont rarement capables de boire un bol de cette ambroisie. Quand j'ai l'occasion de déguster dans l'étable je ferme
toujours les yeux et je rajeunis d'un bon demi-siècle d'un seul coup crénom. Mais l'odeur de l'étable a définitivement changé, et il n'y a plus d'hirondelles !


Ah Marie, quel bonheur ton billet ! Bonne soirée à toi et à ceux que tu aimes !