La Mèriènne

Publié le par François & Marie

Marianne(Marianne du 30 janvier, patoisée-)

Yètot din lè ègnias quarinte. J'ètos la réne d'la Majon qu'mune, mouais, la Mèriènne.
J'en è t'y eu lè esgourdes rébètues pou lè bisbilles dè ra-unions du mére ape san canseil. E s'arguignint, faillôt vouèr!
C'que j'èmos bin y'ètôt quand y'avot dè ptchiots jeûnôts que v'ni-int pou s'mèrier- "Ouais, j'la veux bin"- "Ape mouais atou!", qu'è djint. C'je là, l'mére s'preniôt poû in ministre! El ètôt ruge ape gonfié qu' m'en in poulôt!
L'raist' du temps, j'dremos, aveu dè areugnes su l'bounnot.
In je qu'ètôt point qu'm'en lè autres, yètot l' mèriaige d'la fi du mére, è z'an tout bin réqueuré. V'là t'y pas, vlan, qu'in côp d'pieumeau m'a fè dégarrouchi.
Me v'là t'y pas pou tarre, d'binel, in dô boûts... Bin j'ètôs èn' brav'!
An m'a queichi dan in quertan, lavousque j'a meusi, oh... bin dix âns.
In je, j'me rèvouaille è puges! T'y crè-te? 
J'ètôs toute ébarlutée, touj' in dô bouts, brav qu'm'en in vieux pigne à totos, t'vouais çan!
T'me crairas si t'veux, y'en avôt èn' que piètnôt qu'men èn' poule couisse, ill me viôt, ill me viôt! Mouais, y m' djiot ran, ill me fiôt pô! Hareus'ment, èn' brave fone (la traductrice est d'accord !) m'a sotchi d'ique. Bin gentite (la traductrice est re-d'accord!), ill m'a ramonée chu li, ill m'a dépous'rôtée, ill m'a renjibotée. Ill m'a mise au soulè, su la f'nétr' de s'n'âvier. L'âvier, li, è m'a fait la quaire, j'crais bin qu'el ètôt enviou: j'ètôs pi-e bi-inche que li! 
Daipeu l'temps an è dev'nis aimis. E s'mouque de mouais, not' dame m'a affubié d'aveu dè binocles! Pou que j'sè èn' Mèriènne aveu d' la jugeotte qu'ill a dit!
J'crè point qu'è m'servant à grind cheuse, ill m'lè a mises sû min bounnot!

Décodage de Marianne patoisée-

                   
AVIS: ceux qui crieraient HARO sur la redite auraient...RAISON! 
                  
CECI n'étant qu'un condensé patoisé du CELA du 30 janvier 2010.


C'était dans les années quarante. J'étais la reine de la Maison commune, moi la Marianne.
J'ai eu bien des fois les oreilles rebattues par les bisbilles au cours des réunions du maire et son Conseil. Il fallait voir comme ils s'envoyaient des piques!
Ce qui me plaisait, c'était quand des jeunots venaient pour se marier. - Oui, je la veux bien! - Et puis moi aussi! 
Ce jour là, le maire se prenait pour un ministre! Il était rouge et se redressait comme un coq!
Le reste du temps, je dormais, des araignées sur le bonnet.
Un jour différent des autres, c'était le mariage de la fille du maire, ils ont fait le ménage à fond. Vlan, je suis tombée, d'un malencontreux coup de plumeau.
Me voilà par terre, déglinguée, en deux morceaux...Ah, j'étais chouette!
On m'a cachée dans un carton où j'a moisi...bien dix ans.
Un jour je me réveille... aux puces, tu crois ça!
J'étais toute éblouie, toujours en deux bouts, jolie comme un vieux peigne à poux, tu vois un peu!
Tu me croiras si tu veux, malgré ça, il y en avait une qui piétinait comme une poule qui demande à couver, elle me voulait, elle me voulait! Moi, je n'en avais pas envie, elle me faisait peur!
Heureusement, une brave femme m'a sortie de là! Bien gentille, elle m'a ramenée chez elle, m'a dépoussièrée, m'a remise d'aplomb. Elle m'a placée au soleil sur la fenêtre de son évier. L'évier, lui, il a boudé. Je crois bien qu'il était jaloux : j'étais plus blanche que lui!
Marianne CopieAvec le temps, on est devenus amis. Il se moque de moi depuis que la patronne m'a affublée de binocles pour que je sois une Marianne qui a de la jugeotte!
Ses binocles ne me servent pas à grand chose, elle les a perchés sur mon bonnet!

Publié dans Histoire en Patois

Commenter cet article

Marie de Cabardouche ( l'aut' wamp, c'ta d' Vencent !) 29/03/2015 23:50

Ah bin Ginette, y m' fêt bien piaiji que t'sâis v'nie pou ique ! Te cougnais le ch'min, te r'vins quand t'veux !
À te r'vouère !

ginette 29/03/2015 14:50

Y’etot ben rigolo continues c’mosan! Cantinuez j’vous dire pasque autant les histoires qu’les dessins
la wamp de la ch’pa’le

MARIE de Cabardouche- 21/02/2011 11:45



Tout à fait d'accord avec vous Francis, le patois devrait se lire dans son jus! Le traduire le rend plus commun, moins roublard!


Quand on l'écoute, prononcé avec l'accent du cru, on baigne dans une chaleureuse connivence. On est dans un ailleurs...


Bon, on va s'ébrouer et faire comme si on ne laissait pas la nostalgie envahir notre début de semaine...que je vous souhaite très bonne!



Francis 21/02/2011 10:31



J'avais (presque) tout compris à la première lecture et déjà, je crois bien, plus souri. Effet patois ?



MARIE de Cabardouche- 20/02/2011 22:50



Bonne nuit Tricotinôlait ! Merci d'être venue saluer l'égérie de la République!



Tricôtine 20/02/2011 20:45



merci Marie pour cette Marianne qui a de la jugeotte , elle pourrait figurer dans la malle d'Anne (Parisianne) pour les objets inanimés qui ot une âme !!! sourires en te lisant !! bonne fin de dimanche !!


 


 



MARIE de Cabardouche- 20/02/2011 15:08



Merci Andiamo de ne pas avoir été découragé par le patois et d'être venu le visiter.


 Je viens de concocter le décodeur ( qui perd de sa saveur une fois transposé... Le patois, tout comme l'argot trouvent leur charme dans l'accent et leurs mots pittoresques, souvent
intraductibles.)


Bon dimanche!


 



Andiamo 20/02/2011 10:30



Hé bé il me faudrait le décodeur !


Vous "patoisez" gaillardement, c'est... Revigorant ];-D