La futerie

Publié le par François & Marie

 T' vâs à la futrie douè coups par je. Y è ique qu' te moune le lait d' tè vèches pou y fér' l' comté. Y'è l'rouè dè fremèges pou chu nôs ! Pou çen, tè vèches, y dè étre que dè Montbéliardes que  d'vant étre neurries d'aveu d' la boun' harbe, pôvr'ami, bailles z'y point d'ensilège, te t' frô r' viri.
   C' ta futrie, ill è su la pièce du villège, d' vant la classe, à couté d' l'ai-y-ise. Y 'è ique qu'en se r'trouve pou causer, point trop l' mètin, y' a d'  l' ouvrège qu'attend, mé l'sè, an prend l' temps. Lè gaichons y r'trouvant yeutè bonnes amies, lè vieux causant du temps, du prix dè couchons, dè darniéres frasques du Milon, è f ' mant ape è chiquant, yeutè fones sant point ique, è z'en profitant !
   In sé, j'allô à la futrie d'aveu mon frér. An tirô la ptièt' chèrette d'aveu duè balles bouilles bin pi-ènes; yètô prou lourd dans la montiâ veu chu l' Charlot. J' me diô : cheu sûre que l' ptiot frér è tir' point bramant ap' qui' è tout moi qu' je pôtche, j' va laichi la pou-ai-gnée d' la chèrette pou vouèr...V' là t'y point qu' el a la mém' idée qu'mouais, an lèch' lè dueux in même temps...Ben nô v'là bin! La chèrette fè cabardouche, ape l' lait tiri du sè, è renvêchi din l' tarô...An sé fè chanter Manon pou l' pér'...Vos peutes m'crair'.
   Faut dir' atou, qu'ièto renque d'aveu l' lait qui rentrô in ptiot d' sous tous lè mouais din lè majons, in c'temps là, y'èto  point l' moument d' le  j' ter lè...

comté

Publié dans Histoire en Patois

Commenter cet article

MARIE 28/06/2010 08:20



Certes, l'affineur fait son beurre !


Le goûteux de 24 mois n'est à proposer qu'aux palais avertis. C'est  pour cette raison que l'on s'américanise un brin en temporisant subtilement son bouquet d'un miel ou d'une confiture
maison.


Merci pour votre visite, Monsieur Emile, bonne journée.



Emile Zona 24/06/2010 19:18



Un vieux comté affiné, 24 mois, quel délice! Celui du fromager maître affineur bien sür!



MARIE 22/06/2010 20:19



Bonssai, Le  Pays du tse! Vô seutes bin urbain de v'ni nôs visiter.


Vôs é èn' boun'idée : préconiser dans le cahier des charges de l'AOC de notre comté, de le déguster avec de la confiture de cerises basques ( comme le dit Poucette ) ou avec nos
griottes ( c'est délicieux!) ou encore avec notre miel d'acacia ( sa douceur mêlée au fruité d'un comté de dix huit mois, c'est à tester, croyez moi .) J'ai réussi à convertir
plusieurs sceptiques qui, au début, étaient scandalisés et je ne suis pas Américaine ! Et puis nos belles montbéliardes sont très tolérantes.


Bonne soirée au Pays du tse !



michel lapalus 22/06/2010 15:25



D'la cofiteure davu l'comté, cré diou , nos v'la vés les les américains!!Hé bin, si les vatses poyin cauzé! Fâre san à stés beules vatses montbéliardes. P'tète bin qu'i faudro mète un ch'tit plus
u cayé des tsardzes d'l'AOC du comté!!!



MARIE 21/06/2010 20:43



Ouh, ce doit être délicieux ! Testez avec des noix et aussi avec du bon miel...Il y a des petits moments de vie à savourer, ne croyez -vous pas Poucette, bonne soirée !


Ah, je dois préciser que papa chantait très juste (il excellait dans " Le temps des cerises ") et était aussi musicien, mais ce soir là, ce fût une autre musique...



Poucette 21/06/2010 18:47



J'essaye souvent ! Depuis que nous sommes dans le 64, nous en mangeons avec de la confiture de cerise noire basque : un régal !


Bise



Poucette 21/06/2010 13:09



Ah ! J'ai oublié : le Comté, j'en mange sans compter et c'est un des rares fromages que j'aime ! Vivent les Montbéliardes !


Bise



François & Marie 21/06/2010 16:53



ah...ça ! c'est un drôlement bon fromage ! une discrète saveur de noisette… Marie et moi aimons le manger avec un peu de confiture, essayez c'est très gourmand.



Poucette 21/06/2010 13:07



"An sé fè chanter Manon" : voilà donc la nature de la punition ! Il chantait faux, votre Papa ?


Je découvre aussi "Cabardouche" et un mystère disparait aussitôt !


Bise



François & Marie 21/06/2010 16:57



eh ben oui , cabardouche : badaboum…