L'écheillège du trequi

Publié le par François & Marie

(L'effeuillage patoisé-)

maïs2Ya l' sè, y avôt èn'bise d'novimbr'à décônner lès tauriôs. 
An ètôt d'échaillège du trequi chu l'Léon, din sa gringe. Bin vieux, an suppotchôt bin notès canadiennes, ape les fônes yeutès coulaichons.
An ça vitement rèchauffés, an ètôt à quinz' sarrés su l'cuchot d' trequi.
Tout par in coup, l'Julot s'est mis à freguilli! V'là ti point que ce chinçou avôt chai su èn' pènoïlle ruge !
T'sé quouai ? Quand te trouves du trequi ruge, te peux n'embréssi qui t'veux ! L'Julot que r'luquôt dèpeu bin du temps la Nicole, è s'est fait piaisi, t'peux m' craire !

Y avôt atou la Ghisléne, la ptiote du Touène, qu'ètôt v'ni d'aveu san bon ami qu'est point d'ique... paraîtrôt qu'è f'rôt binstôt l'instruisou... E z'y'ont fèt l'coup du trequi-charbougnou: an te fais aster su dès balles pénoïlles, mâ en d'sôs an a mis du trequi bin charbougnou...t'en r'sôs l' darrie tout macheuré ! Faut bin qu'è counnièsse qu'm'en y s'passe chu nôs!
An ètôt bin èze. An a collationné veu mîneit, y'èst vit' v'ni ! An a goûté l'picrate du Léonmaïs2 qu'ètôt ma fouè prou bon, d'aveu quéques cochounâilles, d'la boune têtre d'la Fernande. Ape i fiôt bin du bin d'se rachauffer d'aveu in bon jus à la chicoraïe !

 An èst point au bout, y rèst' encor bin dè vouaïats d'échaillège, l'temps d'fèr l'te chu yeux tou, d'avant l'hivâ.


Publié dans Histoire en Patois

Commenter cet article

MARIE de Cabardouche- 23/11/2010 14:18



Ah, vôs seutes point Bressans-ventres- jaunes les Hauts Mâconnais!


Nous non plus d'ailleurs dans notre Bas-Jura. La vraie Bresse commence à une dizaine de kilomètres.


Pour ceux qui l'ignoreraient, il y a deux versions à l'appellation "ventres jaunes", soit parce que la base de l'alimentation bressane étaient les gaudes (farine de maïs), soit
parce les Bressans avaient la réputation de vivre à l'aise, ceints d'or.


De pieu en pieu, pou ique, an a du trequi-fourrager, qu'vôs cougnaissez. Tout simplement parce que le cheptel de vaches laitières diminue. On a le droit de donner en fourrage le maïs aux
vaches à engraisser alors qu'il est interdit aux laitières à fromage Comté. 


Chu vôs, y'a pas grous d'trequi, mais vôs manquez point de bons crus, y'è point mau non pi-e! 



le pays du tse 22/11/2010 18:51



Pas grand tsouze à dère su l'troqui, presque inconnu dans le Haut Maconnais. Nos cognésso jeuste le bian d'Bresse pi la dent de ts'vau; deux variétés bressannes que l'on coupait en vert, en été,
pour les vaches laitières.J'arrête; je vois que j'ai oublié le patois!!



MARIE de Cabardouche- 21/11/2010 15:00



Mouè, j'avôs ubié çan!  



MARIE de Cabardouche- 21/11/2010 14:53



Bin, j'vôs crè! Ill a bin dû fér u-bier à son BonAmi l'coup du trequi tout nâ!



Olivier de Vaux 21/11/2010 11:25



Alle est bié cment y faut chte ptiète Ghislène, alle a bié bonnes façons à peu pas fière du tot !