Fouèner

Publié le par François & Marie

Ni v'là l'timps d'fère lés foins qu'sant bin drûs, daveu c'tè beurias d'èvri, è sant fin prêts, bin meûs.
Y'è pas l'tout d'en mèttre dè jeniaux pou tarre, faut Dès brais pou l' travouaïlli...
Dins l'pôste TeSeFe, "la Suisse" ènnonce qui va binstôt pyeuvre, i's'rôt l'moument d' s'bouji !
An vâ point piauner, daveu la j'ment ape la fauchouse, i va ben mi*eu qu'aveu l'dâ... An en ti avôt ti du mau...Faillôt èn jeunia pou souailli in journau.7-copie-1.jpg

An raist' point san ren fér' potchant...Quan t'âs souailli, te r'vir', t'mèts in rouais, t'fès dès cuchots. L' je qu'vint, te r'qu'menches, te fouènes, te r'mèts in rouais ape t' charges l'châ. Qu'est ce que j' barjotte, y'è point l'châ, y'è 
lè châs...
     Y è ben auquouè, t' peux point fér' mèriène bâllement, t'as touj' pô qu' le timps s'abouèr' ape qu' l'orège t'évarie t'n'ouvrège...La fone, ill dreum' point, ill vint te s'couer d'ta mèrienne si jèmais ill vouait in pôv' ptiot nuège, ill a l'u*ÿlle ! In ptiot pou trop... touè, te drem'ros bin in ptchiot pï-e mais t'ouse point, ill ragonerot...
     Y a ben à fér'. C'tè d'la ville è crè*ÿant qu' te t' proumoun' sô l'soulè d'aveu ton ch'vau, ta forche, tan rètiau ape tan dâ, qu't'ècoute lè zusiôs, que t' côs la pertentaine quouais, ape qu'l'foin è mont' tout seu su l' châ !... Vas 'y don vouèr' ! E savant point qu'm'en t'as du mau, qu'y a l'soulè que t'tâpe su l' câbochon, qu'y' a dè tavins, d' la pousserotte... L'sè, t'en peux pi*e, mè i t'faut encor' tiri lè vèches...te t'endremes din t' n' essiette de soupe !
     Vo sétes point, paraîtr^t qu'à Paris, y'en èrôt qu' vont s'fér' lè muscs din dè endrèts qu'sant fèt exeprés pou çan, i' èst ti point possib', j' vas i' eu z'y dir' de v'ni s'aidi à fouèner, è z'en èront dè braves de muscs, gratis !

Publié dans Histoire en Patois

Commenter cet article

MARIE 10/06/2010 11:39



Alors commençons : " Bonje Caty ! Vos seutes ben urbène détre v'ni nos vouair' su not' peige. Porriez vos t'y trèduire san niom "cabardouche "?*


*Traduction pou c'tè que causant pointu !  Je traduis pour les non-initiés qui parle parisien ! ( qu'ils soient de Paris ou d'une ville quelconque, les non-ruraux étaient considérés comme
Parisiens ...) " Bonjour Caty! Vous êtes bien aimable d'être venue visiter notre page. Sauriez vous traduire "cabardouche" ?


Je vais penser à vous soumettre quelques expressions patoises. Bonne journée Caty !



Catherine 09/06/2010 19:42



il me semble bien reconnaître quelques mots de mon enfance...et si la Suisse vous parle...c'est que nous ne sommes pas loin les uns des autres...sinon c'est que j'esgourde que tchi (seule
expression qui me reste de ma grand mère paternelle si aimante). mais j'aimerais bien apprendre.
A quand un petit glossaire quotidien  de quelques expressions typiques.


Une petite leçon chaque matin...me ferait le plus grand bien (ça c'est de moi)


bonne continuation


Caty



Emile Zona 09/06/2010 10:55



Ha, le bouvier des Flandres, quel chien remarquable...rien à voir avec le bousier des fanges...



François & Marie 09/06/2010 14:49



ni avec un un bourrelier d'esclandre d'ailleurs. 



MARIE 07/06/2010 10:26



Eh oui, pour la plupart de nos Anciens, seul le travail était source de fatigue et ne rien faire correspondait à de la paresse.


Bonne semaine, Monsieur O de V.



MARIE 07/06/2010 10:21



Oui Poucette, nous avons une très bonne vue qui s'étend jusqu'à notre helvétique voisine !


Bonne semaine également pour vous.



Poucette 07/06/2010 09:01



Le mystère est éclairci !


C'est en regardant la Suisse que vous prédisez le temps ?


Très bonne semaine


Bise 



Olivier de Vaux 05/06/2010 13:19



J'en ai entendu des commentaires sur les citadins qui se fatiguaient volontairement et inutilement en pratiquant un sport quelconque. C'est tout juste si les anciens ne les prenaient pas pour des
fous : se fatiguer pour RIEN !