Défi n°94 proposé par Hauteclaire ("Des mots et merveilles") : "Silence on tourne" pour les Croqueurs de mots.

Publié le par François & Marie

"Silence on tourne".

.............................................................................................................................................

affiche.jpgCe film?... Son titre m'échappe... 

"Le cerveau" pris dans un "étau", "j'ai la mémoire qui flanche", "la tête en friche". 

Côté neurones c'est "le grand silence"...sans doute "les risques du métier", trop longtemps j'ai vécu "de l'autre côté du périph".

Ce titre, tu vas bien finir par le retrouver, "aide-toi le ciel t'aidera", me gourmandais-je.

Puisque nous parlons gourmandises, serait-ce "les saveurs du palais"? Non!

Mais tout à coup "j'ai faim"! "Il reste du jambon"? 

"Vilaine", "mauvaise fille"! tu t'égares, me sermonnais-je.

Qui pourrait m'aider? "Les Arnaud"? "Zion et son frère"? "Le petit Nicolas"? "Ces messieurs de la famille"? Essayons d'abord auprès de mon "bel ami".

- "Chéri", pourrais-tu me mettre sur la piste?

- "Sur la piste du Marsupilami"! Houba- houba! veux-tu du "chocolat"? 

"Carrément à l'ouest" mon "Alexandre le Bienheureux"! Depuis "le passage à l'heure d'été", son esprit baroque et lui -même se sont reconvertis en "intouchables" farfadets...

Face à mon désarroi, se voulant rassurant, il me tendit "le chocolat" et ajouta,

- "Pleure pas Pénélope"! Tu vas avoir le nez rouge et galvauder tous "les petits mouchoirs" comme le jour où je t'ai annoncé: "Caroline chérie" (je sais, il y avait erreur dans "le prénom"...) je vais te quitter puisque "l'amour dure trois ans" et comme "un bonheur n'arrive jamais seul", je t'annonce que "Camille redouble"...

J'ai dit "merci pour le chocolat", l'ai croqué aux larmes mêlé, me souvenant de  cet épisode où j'ai fui "la maison jaune" avec l'intention de passer "ma nuit chez Maud". "Le code a changé" a ricané "le concierge" pervers, sosie de "Belphégor le fantôme du Louvre".

Je me suis retrouvée comme une "potiche" devant chez "Max" et "Emmanuelle" qui m'ont proposé "et si on vivait tous ensemble"? J'ai déguerpi.

Et me suis décidée à mettre en scène "Silence, on tourne".

On est "hors les murs", bien "au delà des collines", dans le vallon "au cul du loup". 

"Mademoiselle Chambon" se marie, bien trop jeune pour se mettre "la corde au cou".

On s'interroge: pourquoi "la mariée était en noir"? On suppute: parce qu'elle épouse un "Tanguy"?

On fait dans "la délicatesse", on  parle d'"Amour", on va "se souvenir de belles choses", pour gommer la rugosité "de rouille et d'os" et atténuer l'âpreté "des vents contraires". 

On s'immisce au coeur d' "une affaire de famille", d'un matriarcat de "huit femmes", "Augustine", "Séraphine"," les femmes du sixième étage", "Thelma, Louise et Chantal". L'une d'elles "s'appelle Sarah" et aime en secret un "Alceste à bicyclette" qui sur sa selle, scelle ses lèvres sur un secret troublant, rythmant ses pédalages fous d'incantations à Eole - je veux "du vent dans mes mollets", je veux du vent dans mes mollets...jusqu'à générer la tempête. 

On plonge dans de mystérieux abysses.

Pourquoi "Manon des sources" boude-t-elle "la fille du puisatier"?

Pourquoi "la journée de la jupe" boycotte-t-elle "images de femmes ou le corset social"? ?

Pourquoi "la mouette" fiente-t-elle sur les " fauteuils d'orchestre"?

Pourquoi "Habemus papam" redoute-t-il l'ange de "la BM du Seigneur"?

....................

"Au cas où je n'aurais pas la palme d'or", je m'y serai au moins essayée.

 

Commenter cet article

enriqueta 06/02/2013 09:57


Très bel exercice de style!

Marie de Cabardouche 03/02/2013 08:55


Lenaïg - Merci pour votre visite et vos encouragements. A bientôt!


 


Andiamo - Ouf! Un instant j'ai craint que de battre votre coeur se soit arrêté...Merci d'être passé par notre page.


 


Hauteclaire - Il est confortable de se faire son propre cinéma. Merci pour votre visite, bonne journée!


 


Jeanne Fadosi - En quelque sorte, vous nous conseillez "le repos du guerrier"! Merci d'être venue nous visiter.


 


Olivier - Ah les patates, même en terre, comme en terre, elles se terrent en ce moment. Vous persévérâtes et vous vîntes le vingt cinq prêter attention au dessin que
François fit à dessein afin d'illustrer ce défilé filmé, soyez-en bien remercié!


 


 

Olivier de Vaux 25/01/2013 14:42


Miracle ! A la xième tentative je suis autorisé à déposé mon comment taire ! Mais voilà, je perds la tête, je ne sais plus ce que j'avais prévu de dire ! Comment faire ?


Comment faire taire ? Comment taire faire ? Je suis perdu ! C'est pas du cinéma !


En tous cas, le dessin de François est bien joli comme toujours ! Ah, voilà, comme toujours, c'est ça, vous m'épatâtes, comme toujours, chère Marie ! 

Jeanne Fadosi 22/01/2013 10:20


Epoustouflant c'est le cas de le dire ! bravo à vous deux et maintenant il faut peut-être arrêter de dire Cours, Marie, cours, si vous voulez faire un remake du Père tranquille.


bises et belle journée

Hauteclaire 21/01/2013 16:57


Bonjour Marie et François,


ouf ! quel rythme, quel élan dans ce script je suis toute retournée par tant de brio ! Que de films, et que de grands moments concentrés en un seul texte.
Merci pour ce script qui ravira tous les lecteurs.


Gros bisous et encore bravo

Andiamo 21/01/2013 10:55


Après ce tourbillon moi j'ai le cœur qui bat la chamade, normal il avait déjà un souffle.

Lenaïg 21/01/2013 10:38


Bonjour Marie et François. Héhé, je savais que j'en aurais plein la vue et la tête en venant chez vous, mots et
dessin ! Affiche du tonnerre, vous êtes mignons comme tout et votre film est une construction en abîme dans un dialogue mi enfantin, mi adulte réjouissant, qui ouvre tout plein de portes sur
d'autres films et non des moindres, Un grand bravo, les artistes !