Défi n°81 "Enfance, enfances" proposé par 'Jeanne Fadosi' pour la Communauté "Les croqueurs de mots".

Publié le par François & Marie

" ENFANCE, ENFANCES ".

Vous donnerez à votre texte la forme que vous souhaitez à partir de ce que vous inspire cette image.

...........................................................................................................................................

- Qui t'es toi?

- Charles-Edouard. Et toi qui es-tu?

- Marie- tout- court. T'as quel âge?

- Trois ans et une demi-année, et toi?

- T'sais, bientôt quacr'ans. T'es malade?

- Ai-je l'air d'un valétudinaire?

- Wouaille! J'te f'rai dire que tu causes compliqué! Nan, t'es pas des valets qui dînèrent,  mais comme t'es en gros manteau dans ta maison, j'm'ai dit que...

la-mode-illustree1870-d- J'ai simplement passé ma robe du jeudi en drap léger, ceinturée et  incrustée de velours, aux poignets bordés de fine dentelle; elle est assortie à mes bottines en chevreau à grain fin, semi-montantes. Et toi, on te repère de loin avec ton sweater et tu as de drôles de petites boîtes aux pieds.

- Voui, hein! C'est mon papa qui m'a fait des p'tits sabots en bois d'arbre qu'il a dit, avec des brides rouges. Et pis, t'sais ma mémé a détricoté un vieux, vieux caraco rouge de ma grande soeur pour me retricoter un beau- gilet- rouge- tout- neuf! T'as une belle bâche - de- par- terre.

Petiote bis


- C'est un tapis. Un tapis d'éveil. Nanny-Nurse a jugé qu'il serait un allié important pour mon bon développement.

- C'est quoi Nanny-Nurse- à- juger?

- C'est une Anglaise très Anglaise, très très diplômée, très pointilleuse et sourcilleuse qui ne sourit qu'en sirotant son cher cherry brandy. Depuis ma naissance, elle veille jour et nuit à me maintenir en bon état physique et psychologique.

- Hannn, mon pauvre! T'as pas d'manman?

- ...J'ai... Mère vit au sommet de l'exosphère...Mère butine d'un tournoi de bridge à une soirée à l'Opéra, de sa modiste à sa gantière, de son coiffeur à son confesseur. Mère a dû passer par là, pressée, en abandonnant son manteau et son chapeau sur ma chaise.

- Wouah! Elle est rien -qu'à -toi la chaise aux pattes d'araignée biscornues?

- Elle est mienne, mais tout contact avec sa précieuse soie Versailles m'est interdite. Seule Mère a le droit d'y jeter ses effets parfumés. 

- Parfumés! Mais on est jeudi, pas dimanche! Ma manman à moi, elle met du SentBon en pchitt à pompon que- le- di-manche. J'aime bien, t'sais! R'marque, j'aime bien aussi les aut'jours, quand on s'fait des mimis, elle sent bon le lait qui mousse et pis aussi le foin, mummm!

- Le lait? Alors elle est crémière à Paris?

- Pfff...nan, fermière- à- la -cam-pa-gne! C'est magique, t'sais, elle pose un seau sous les vaches et hop! y d'vient plein d'bon lait. Ma manman, elle m'en donne toujours un p'tit gob'let, c'est rigolo, c'est tout chaud et ça me fait des grosses moustaches toutes blanches comme celles de mon pépé! 

- Tartuferie! La fabrique du lait c'est seulement à Paris " Crémerie surfine, 3 Carrefour de l'Odéon". J'en suis sûr, j'y accompagne Nanny-Nurse qui veille à mon développement également en B.O.F. 

- Mouais! bof... t'es zinzin! Le lait c'est les vaches de moi qui le dzinguent dans le seau de ma manman et pis même qu'après on le tournicote et ça fait du bon beurre de baratte et pis y'a aussi les poules de moi, quand elles z'en ont marre de faire du caca de poule  elles se disent tiens, si on f'sait un z'oeuf ! Elles s'égosillent en s'couant leur crête et toc, quand elles crételent*, l'oeuf est tout pondu! Et même que ma mémé elle en perce un tout chaud avec une aiguille et slurp, elle le gobe pour son quacr'heures. Y'a pas tout ça hein sur ton tapis qui réveille!

- ...No...of course... 

- Tchârle's-Edouârd, your hot chocolat is ready! annonce Nanny-Nurse.

- Yes Nanny-Nurse, thank you! 

- Elle dit quoi?

- "Charles-Edouard, votre chocolat chaud est prêt"!

-  Où il est l'autre?

- L'autre?

- T'es plusieurs pisqu'elle dit "votre" tchoc'laite.

- Je suis singulier, mais Nanny-Nurse est tenue de me voussoyer. 

- Ah!... bin... moi,on me voussoie pas tellement...Ma manman elle me prépare mon p'tit panier avec une tartine de beurre au miel des ruches de mon pépé et une belle fille d' Salins* en rondelles toutes fines - Ton goutéron est prêt ma chipette! qu'elle dit. Alors, Chipette - moi va se n'installer dans l'herbe du verger et partage son festin avec les n'escargots, les roccinelles, les chourmis, le chat-minet, gros chien et même la mulette. T'sais quoi? d'main, j'vas tous les voussoyer, y vont être contents-contents, très!

- T'sais un truc, Marie-tout-court? J't'f'rai dire que j'aimerais bien être invité sur ton tapis d'éveil en herbe d'campagne. 

- Dear Tchârlédouârd, nous z'allons z'y réfléchir et vous le ferons savou-oir. A' très vite, cher!

.............................................................................................................................................

* Crételer: chanter en parlant de la poule qui vient de pondre.

* Belles filles de Salins: variété de pomme originaire du jura; jaune paille striée de rouge à la chair fine, croquante au léger parfum d'amande.  

Commenter cet article

Marie de Cabardouche 03/06/2012 09:58


Coucou la Mamine! Ah ça fait bien plaisir de te lire par ici! Merci pour tes bi-encouragements! Vais te dire un secret: les belles filles d'Salins, eh ben, c'était pas par hasard mais
in-ten-tion-nel, t'sé...Allez, bises!

Mamine 03/06/2012 09:02


adorables mômes ..........bien que dans un registre opposé !


ai bien aimé la référence " pomme Belle Fille de Salins " clin d'oeil à un passé révolu !!!


et ce tapis de jeux ...déja existant , jadis, alors qu'on le croyait récent ...


belles illustrations de François !!! Continuez à nous charmer tous les deux...

Marie de Cabardouche 22/05/2012 19:48


Tant-Bourrin - Il semblerait bien que même à trois ans la différence se fasse déjà sentir...Dommage.


 


Nounedeb - Je détestais gober un oeuf, c'est sans doute pour ça que ce souvenir subsiste!


 


Monelle - C'est de cette manière que j'ai décidé d'aborder ce défi!


 


ABC - Je ne sais pas si on aurait permis à Charles-Edouard de se commettre avec une petite paysanne...


 


Lilou - Merci d'avoir apprécié!


 


Jeanne Fadosi - De jolis souvenirs...Merci d'être venue les partager!


 


Mansfield - Ces parallèles là , tout comme celles de la géométrie, risquaient fort de rarement se rejoindre...


 


Andiamo - Vous me rassurez! Je n'avais plus de nouvelles de la comtesse depuis bien longtemps, ça n'est donc pas vous qui la croquâtes!


 


Papiluc - Merci d'être passé trinquer d'un verre de lait tout chaud!


 


Tricôtinôlait - Tes petits minous seraient les bienvenus! D'ailleurs il y en a toujours eu à la maison pendant toute mon enfance et...au delà! Bonne soirée!


 


Voilier - Merci d'avoir mis le cap sur Cabardouche, à bientôt!


 


Dominique - Merci pour vos encouragements!


 


Olivier - ...Une suite? Pourquoi pas! Merci pour votre visite, Sieur Olivier!


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 


 

Olivier de Vaux 16/05/2012 16:34


Mmmm ! Rafraîchissante, pétillante, cette rencontre improbable entre Charles-Edouard et Marie tout court. Et attendez qu'il aille se refaire une santé chez elle pendant quelques mois, alors là !
J'attends cette suite, en plusieurs épisodes évidemment ! De grâce Marie et François, une suite !

Dominiqur 15/05/2012 16:38


Bonjour Marie,


Un dialogue des plus amusants. J'ai beaucoup aimé !


Amicalement


Dominique

Voilier 15/05/2012 10:30


Bonjour b'jour ! je découvre votre blog (bicoz ze défi) et... et j'adooore ! j'va r'viendr' c'est sûûûr !


 


Voilier

Tricôtine 14/05/2012 23:43


Ah Mariôlait ce choc des cultures est impayable !! j'crois ben qu'ton tapis en herbe grasse va faire des z'envieux y compris Tricôtine qui veut bien partager ton goutéron avec ronrons et
n'escargots tout chauds !!! Une tranche de rire avec un peu de voussoiement ça c'est du croquage comme j'aime !! Merci Merci !! j'adore la caricature Marie à quacre ans et mimi !!   Bizzzoux aux moustaches de lait , ici y a cinq minous  nouvellement éclos qui seraient bien heureux à visiter l'étable
à l'heure de la traite voir si le BOF proposé est IGP ! Bonne soirée à tous les deux

papiluc 14/05/2012 20:14


Quelle merveilleuse imagination dans le beau langage !


J'ai particulièrement goûté "le lait (que) les vaches de moi ... dzinguent dans le seau de ma manman "


Bravo et merci !

Andiamo 14/05/2012 11:08


J'ai retrouvé l'accent des "petites filles modèles" et autres ouvrages de la née Rostopchine, que je dévorais (les bouquins pas la comtesse) lorsque j'avais 8 ans ];-D

mansfield 14/05/2012 10:53


Un joli parallèle entre la ville et la campagne, le simple et le sophistiqué, dans la bouche des enfants.

Jeanne Fadosi 14/05/2012 10:38


Succulent comme le lait tiède juste après la traite ... et même si j'ai eu l'effort de chercher dans le dictionnaire.


Merci pour ce dialogue à retenir ! 


bises et belle journée

lilou 14/05/2012 10:06


que c'est beau et innocent l'enfance... Ton texte donne envie de retourner à la ferme boire du lait bourru et gober un  oeuf... PAs d'obésité en vue.


J'ai adoré le langage enfantin très bien traduit.


@ tantôt


avec le sourire

ABC 14/05/2012 09:56


Charles-Édouard et la Marie, deux mondes qui se rencontre avec simplicité et humour ! Bravo !!! Pouvaient-ils au moins dialoguer ainsi ??????

Monelle 14/05/2012 08:03


Un très joli dialogue d'enfants avec plein de souvenirs d'enfance... l'oeuf gobé qu'est-ce que c'est bon mis pour ça il faut que la poule soit tout près !!!


Bonne journée - bisous



Nounedeb 14/05/2012 07:42


Un régal, lu à l'heure du p'tit dèj. Est-ce ainsi que vous vous connûtes?


Et le rappel de l'oeuf gobé sur place, bulle de souvenirs qui remontent.

Tant-Bourrin 14/05/2012 05:35


La différence de classe, déjà ! :~)


 


Magnifique relevé de défi !