Défi n° 40

Publié le par François & Marie

Pour la communauté de Pascale - Les croqueurs de mots- 

Défi n°40 proposé par Harmonie

 

L' instant juste avant-      ou      Des instants juste avec des avants-

zazou4Alain Stant est un Zazou. Ses compères champions des raccourcis, en "In Stant" ont fait swinger son nom (ne pas hésiter un seul instant à en américaniser résolument l'accent). 
L'In Stant, avant midi, sous un avant-toit s'abrite de la pluie. 
L'In Stant porte pourtant au bras un grand parapluie noir... fermé. Sachez bien qu'un Zazou n'ouvre jamais son parapluie, pas même un instant, pas même sous la pluie, surtout pas sous la pluie...
L'In Stant s'engage dans la rue des Lilas. Il embaume, non... pas le lilas, l'In Stant!

L'In Stant a de l'avant-guerre gardé des goûts de luxe; de l'avant-rasage, il a une haute idée, il ne le tolère que lavandé, jalousement claquemuré dans un flacon mordoré à pompon, commercé l'avant-veille au marché noir de Meudon. Il en a copieusement aspergé ses cheveux longs de rebelle, crantés il y a un instant par Contesta Terré son perruquier attitré.

les zazous.GIFL'In Stant arpente à grands pas le pavé; quelle liberté ces pantalons courts et serrés! Il file vers le théâtre d'avant- garde, en prenant bien garde de ne pas marcher sur son veston rallongé l'instant d'avant par Provoca Sionné, sa nounou préférée. 
L'In Stant veut avoir un avant-goût de l'avant-première de "Zavoue z'suis Zazou, z'et vous?", dont il a lu et relu l'avant-propos. Bon avant-dernier il va se camper sur l'avant-scène, avant-bras croisés, quand soudain
 il déploye son parapluie, geste tabou chez les Zazous! Cet audacieux éploiement sacrilège provoque illico dans la foule une levée des sièges: " Parapluie ouvert en la demeure, malheur y entre et y demeure!" se mettent à vociférer les avant-pessimistes. Tous le conspuèrent, tous... même les Zazoues aux rubans et jupettes quadrillées, aux talons compensés qui à sa vue s'extasiaient l'instant d'avant: "Parapluie au bras pendouillera, mais jamais, pas même un instant ne l'ouvrira. Foi de Zazou, hors de chez nous!"
L'In Stant, manu militari de scène fût éjecté, à l'instant même où il pensait toucher au firmament de l'avant-notoriété.
...Lui qui avait rêvé, juste l'instant d'avant, de gloire et de succès, redevint l'anonyme Alain Stant, renié par ses amis d'avant -opprobre...
Moralité: bien que l'instant juste avant on ait été aimé, apprécié, adulé, on peut être en un instant, désaimé, déchu, décrié... Foi de réprouvé...

 

et puis un autre : 

L'instant juste avant.

- Je m'en souviens...
- De quoi ?
- De quoi... quoi ?
- De quoi te souviens-tu ?
- Te souviens-tu, c'était l'instant juste avant.
- Avant quoi ?
- Quoi ?
- Qu'est -ce que tu m'as dit avant ?
- Avant... l'instant ?
- L'instant? c'est quoi ?
- Quoi ?
- Je ne m' en souviens pas...
- Pas! Mais de quoi ?
- De quoi parlions-nous?
- Nous ?
- Nous...
- Oui de quoi parlions-nous l'instant d' avant que je ne me souvienne pas de quoi nous parlions et que je ne sache même plus qui est "nous" ?
- Je ne m'en souviens pas...
- De quoi ?...
- De quoi... quoi ?

Commenter cet article

MARIE 26/10/2010 00:29



A lundi JB. Merci d'être passée sur notre page !



jill bill 25/10/2010 11:09



Bonjour Marie, je découvre votre blog, nul doute pour moi votre participation chocolatée me donnera bien du plaisir... Merci pour la visite.  Bon lundi, JB



MARIE 23/10/2010 17:49



Fernandel dans " Le Schpountz " de Marcel Pagnol.



MARIE 23/10/2010 17:14



Les célébres exercices de style de R. Queneau ont dû vous faire passer des moments jubilatoires !


Je me suis contentée de faire interpréter, par des adolescents, la phrase dite par Fernandel " Tout condamné à mort aura la tête tranchée ", en variant les
intonations. C'était croquignolet, j'en garde un bien agréable souvenir!


Merci pour vos encouragements !



Phil 23/10/2010 09:48



Vi, vi, les zazous, il y a une chanson célèbre sur le thème reprise en 2001 par Brigitte Fontaine : "Y'a des zazous dans mon quartier". Quand à l'instant, bel exercice de style. Exercices de
style ? Raymond Queneau... Vous avez lu ? La même histoire déclinée cent fois. Nous en avions fait, au conservatoire, un petit spectacle plein de vie... Souvenir inoubliable. Bon, chaque fois que
je lis vos histoires, je rêve........



MARIE 22/10/2010 10:33



Rhoooooowww ! Bin ça, c'est pas intello !



Philalèthe 22/10/2010 09:39



Oulà ! Ca donne le tournis ! Bravo !


Il parait qu'il y a des gens qui préfèrent pendant, parce qu'avant ou après, c'est pendant... 


(on fait ce qu'on peut, hein !  )



MARIE 21/10/2010 13:47



Merci, Harmonie ! C'est grâce à vos encouragements que je ne me suis pas enfuie !


Bonne journée.



MARIE 21/10/2010 13:44



Revenez Jean Pierre !


Merci de vous être arrêté sur notre page.



harmonie37 21/10/2010 13:40



J'ai adoré ton défi, plein d'humour et de réalisme.


Il aurai été dommage de nous en priver.


Bisous



Jean-Pierre 21/10/2010 11:09



Ce n'est que l'instant d'après que je viens vous lire ...


J'aime beaucoup ces textes pleins de jeux sur les mots et le dialogue m'a rappelé certains "diablogs" que j'écris moi-même ..


A bientôt , je reviendrai !



MARIE 21/10/2010 10:12



Ah, la Haute Technologie ferait-elle des caprices de star  ? Merci Pascalinaulait ( très élogieuse) et Olivier
d'avoir été patients et persévérants.


Zazou c'était la pouliche qui portait longue crinière !



Olivier de Vaux 21/10/2010 09:24



L'ouverture de la fenêtre des commentaires n'a pas demandé un instant, mais un bon moment, "eune cosse" dirait-on en pays tsarolas. Après guerre, ici, les Zazous avaient marqué les paysans à tel
point que bien des animaux domestiques, dès lors qu'ils dérogeaient aux standards locaux se voyaient affublés du joli nom de Zazou.


 



Tricôtine 21/10/2010 01:00



coucou Marie, je suis venue à l'instant d'avant mais impossible de mettre un commentaire, alors je reviens un long moment après !!! j'ai adoré ce portrait de zazou !! que de jeux de mots
avant et pendant !!! belle  prestation , belle prestance pour les images !!! deux fois nominé !! bonne soirée mon dernier instant pour ce soir au tour de coquille !!!



MARIE 20/10/2010 16:47



Irritant n'est ce pas ce dialogue de mémoire qui s'éffiloche. Il meuble les silences...


Merci de votre passage sur notre page, bon après midi Qu'importe.



MARIE 20/10/2010 16:39



Merci Eglantine pour votre passage en Cabardouche !


François, il est vrai, nous a trouvé de beaux Zazous !



MARIE 20/10/2010 16:36



Bonjour Ecrit Vain.  On ne choisit pas tout à fait son "devenir"...Moi aussi, je préfère Alain Stant acteur de sa vie.


Merci d'être venu sur notre page !



Qu'importe 20/10/2010 12:52



Mon père fut un zazou de cette époque troublée et troublante, la parapluie faisant paravent...


Celui d'après m'a fait pensé à Vladimir et Estragon, leur dialogue continu et décousu...Merci...



Eglantine 19/10/2010 19:28



voici une histoire bien menée avec des illustrations bien appropriées...



l'ecrit-vain 19/10/2010 18:20



Belle histoire, je prefere ALain Stant d'avant plutot que ce qu'il est devenu. Bonne soirée