Bin v'là t'y point...

Publié le par François & Marie

 

Clown détailL'Françouais y'ê point rinque in vèrnéchou, y'ê atou èn' balle pieum'!

François n'est pas seulement talentueux en images, il est également "belle plume"!

J'pouvôs m'n'aller ballement, è m'avôt promattu d'n'ècri à ma pièch'.

Je pouvais partir tranquille, il m'avait promis d'écrire pour moi.

I m'a fê tout cheuse d'vouair c' ta brav' imège d'Marrrie (trouais "re" Olivier!); point rintrie, côlôrie ape mistifrisée pou l'Alexandre (coiffoux dê stârs!), d'aveu d' la bin balle moss'line... (Y paraîtrôt qu'la Camilla ê jèlouse quind Marrrie s'fê balle in prince de Galles...Y'ê t'y vré çan?)

J'ai été émue de voir la belle image que François avait faite de Marie; sans une ride, coiffée par Alexandre (coiffeur des stars), en vaporeuse mousseline...(Il paraitrait que Camilla est jalouse lorsque Marie se vêt en prince de Galles!)  

Aidonc, pouèdant que l' Françouais ècrivôt, sètes-vôs l'avousque qu'ètôt la Marrrie?...

Alors, pendant que François écrivait, savez-vous où est allée Marie? 

 

Rappallez-vôs l'défi "Lilou-Frédotte n° 69, 28 novembre 2011":

 

 pontcharlespragues2.jpg

A Prègue su l'pont Tsarlé, l'cloune Ôl'pitre avôt rembirlificoté èn' dè cin ètouèl' qu' brequillôt au-te du Sïnt Népomucène. J'sus étée lèvan*, in Tchéquie pou contrôlaie si l'ètouèl' répsôdée pou l'Ôl'pitre ètôt touj' ique! Eh bin, ill y'ètôt d'aveu lê quètre z'autres! 

Otylie effect2A Prague sur le pont Charles, le clown Ôl'pitre avait rafistolé l'une des cinq étoiles de l'auréole de Saint Népomucène*. Je suis allée là-bas en Tchéquie pour m'assurer que l'étoile bricolée par Ôl'pitre était toujours là! Eh bien, elle y était, avec les quatre autres!

C'tê qu'm'an vouai-yu beuz'ner, piantée d'vaint c'tu Sïnt tout beurot ant dû songi "y'ê èn' beuznote" c'ta Marrrie d'Cabardouche qu' vouait pi-eu gnon ape qu'è in ravaitchainte ébâbi...M'en mouque bin! 

Ceux qui m'ont vue, béatement en arrêt devant la statue toute noire de ce Saint, ont dû prendre Marie de Cabardouche pour une simplette... Je m'en moque bien, je l'ai vu et même touchu! 

  ( cliquez sur l'image pour accéder au défi n°69)

 

karluv-most-jean-nepomucene-et-le-ballon-129* (Jan Népomucky) Jean Népomucène naquit en Bohême vers1340. Consacré prêtre à Prague, il devint le prédicateur de la cour du roi Venceslas IV.

Le roi (jaloux) lui aurait demandé de trahir le secret de la confession de la reine Jeanne de Bavière, Jean Népomucène refusa. Il fut arrêté, torturé à mort et jeté depuis le pont Charles, dans la rivière Vltava (ou Moldau). Cinq étoiles auraient été vues sur son corps sans vie. Canonisé en 1729, il est le Saint protecteur de la Bohême.  

* lèvan (ou lavan): là-bas (forme altérée de "aval"). 

Publié dans Histoire en Patois

Commenter cet article

Tricôtine 01/07/2012 23:39


Ah Marie tu vois tu peux laisser François en toute confiance, il  respecté le défi à la lettre et au pinceau ! Merci pour ce billet qui nous replonge vers un abordage précédent ! Tu as l'air
d'avoir apprécié le voyage on sent ton émotion !! gros bizzzoux à tous deux !!

Marie de Cabardouche 28/06/2012 10:42


Dobryden (bonjour) Tant Bourrin !


Mon vocabulaire tchèque se réduit à quatre mots, ceux qui vous permettent de passer pour un touriste qui a fait un effort minime pour "rompre la glace" (histoire de faire sourire ou
d'agacer l'autochtone pour cause de prononciation curieuse ou rigolote!).


Dekuju (diékyou!) (merci) d'être passé par là. Hezky den (bonne journée!), dobryden (au revoir!)

Tant-Bourrin 27/06/2012 20:13


Je regrette juste de ne pas avoir la traduction en tchèque également ! :~)

Monelle 27/06/2012 18:30


Tu peux être fière de ton François il a superbement relevé le défi pendant que Madame e promenait !!


Bonne soirée



François & Marie 27/06/2012 19:37



Marie a fait un très beau voyage et François est très heureux de partager ses souvenirs et ses impressions. 



Nounedeb 27/06/2012 16:40


Se déguste. Dans les deux langues, c'est bien, on n'en perd rien!

François & Marie 27/06/2012 19:38



Marie connaît la chaleur et la rondeur de cette langue, grâce à elle, nous pouvons tous en profiter.