Après-midi d'hiver

Publié le par François & Marie

Dring.jpg
Pour débuter un calme après-midi d'hiver... parée! 
Choisi le fauteuil, le chouchou, le vieil-avachi!
Installé le pouf pour pieds. Rien à voir avec la salade d'été!
Déployé le plaid tout mou, tout doudou...
Attisé le feu. Dans les romans et les films le feu sait se tenir, il danse et pétille. Là il  joue au vrai feu, il chuinte et écume, le capricieux.
Dénichée sous la pile la revue préférée, dix fois feuilletée et dix fois délaissée. 
Perchées sur le nez les lunettes...obligées.
Souhaité le ...chuttt...
..............................
..............................
.......................... 
Chuttt, le magazine mollement chute...
Chuttt, des lunettes la carpette a amorti la chute...
Chuttt, la nuque et les coudes fondent dans les coussins, chuttt.
Chuttt, plongeon en cotonneuse torpeur...Chuttt...
Chuttt.............................................................................
......................................................................................
DRINGGGG /DRINGGGGGGGGGGGG /DRINGGGGGGGGGGGG /DRINNNN /DRI.
- ...lo!
Brouhaha- accents mêlés -brouhaha...
- Sondage...Enquête...Santé..." Le sommeil des Français"...
- SABOTEURS!  
                   SCHLAC-CLIC!

Couji-vôs, que j'drem'!    (Chuttt- patoisé.)

T'veux qu' j'te diè? Qu'm'en veux-te que j'patouaise ta mèriène?
Y'avôt ren, in c'timps-là que r'sembiôt à c'que t'dis:
Lè fauteu-yes, t'en avôt vit'ment fè l'te, y'en avôt point chu nôs autres! 
Aprés l'kèfé ape la goutte du mingi l'midi, quind la patronne avôt essué la touèl ciria, an fiôt in ptchiot soun', asté su not' chér, la tét' su nôtè deux brès à piat su la tabi-e.
Y risquôt point qu'an sait révouailli pou l' téléphon', y'en avôt point dans lè majons. Quind t'avôt b'sin du véteurnér' ou bin du mind'cin, t'allôt à c'ta "cabine téléphonique publique", au café-tèbac-épicerie d'la Marthe. Ill tougnôt la signôle ape y'ètôt li que fiôt lè chiffres. Dè coups, y'ètôt li que causôt pou tè! T'vouais un pchôt!
Dè leunettes, y'en avôt dè coups renque èn' pér pou toute la majon! An ètôt point r'gaidjant!
An risquôt point d'te d'mander si t' dremôt bin ou ben pas bin! Te dremôt qu'm'en t'pouvôt, y r'gaidjot gnion! 
Te vouais, j't'avôs diè que j' pourrôs point la pètouaisie t'n'histouèr'! Crè- me don dè coups!

 

Commenter cet article

m'annette 21/04/2011 20:40



ah! je m'y vois, et ça me fait broucougner!!!


bises



MARIE de Cabardouche- 06/03/2011 18:37



Phil-


Au son de votre voix, je devine que ce genre de situation ne vous est pas étranger!  


François a bien su rendre l'aspect teigneux de cette technologie (fort utile en d'autres circonstances, convenons-en.)


Merci Phil pour votre visite!


 



MARIE de Cabardouche- 06/03/2011 18:28



Juliette-


C'était un fauteuil monoplace!


Merci d'être passée nous visiter.



Phil 06/03/2011 07:18



Oui, oui, c'est exactement ça. Bien vu, bien écrit, bien illustré.



Juliette des spiriti sancti 05/03/2011 12:48



Chuttt, plongeon en cotonneuse torpeur...Chuttt...
Chuttt...déçu l'amant se tourne et sur la carpette chutt


Χαίρετε



MARIE de Cabardouche- 03/03/2011 16:17



Ah merci Andiamo de prendre la défense des somnoleurs du début d'après-midi d'hiver!


On va peut-être accorder un sursis à ces sacripants et ne remonter "la Veuve" qu'en cas de récidive, la préméditation étant déjà avérée!



Andiamo 03/03/2011 09:05



AH ! Les chiens, les faquins, les fâcheux, les empêcheurs de dormir en ronron !


Un sondage sur le sommeil, au moment ou Morphée vous accueille dans sa couette douillette !


Remontons "la veuve" au plus vite ];-D