APE APRES ( exercice patoisé d'après le défi "l'instant d'après".)

Publié le par François & Marie

Sans-titre.jpg

( l'idée du croquis nous vient d'un fidèle lecteur, le jeune Andiamo)

                                    .......................................................................

Yètôt l'aut'je, y avôt pieugu. J'me proumounôs veu le bin brav'ptchiot boû. Y'avôt point grind mond', ren qu'lê mêrlots ape mouais, ah, qu'iètôt bin!

C'était l'autre jour, il avait plu. Je me promenais vers le joli petit bois. Y'avait pas grand monde, juste les merles et moi, ah c'que c'était bien! 

Tout par in caôt, j'oye breuilli, mâ breuilli...J'm'encors pou vouêr...Yètôt lê vêch's du Yaudus qu'ètint è cent coups. Qu'ê mouchillan qu' lê piquant don?

Soudain, j'entends beugler, mais beugler...Je me précipite pour voir...C'était les vaches du Claudius, très perturbées. Quel moucheron les pique donc?

Qu'êst c'que j'vouais? In grou quêmian rug' inroussi din l'tarreau d'vant la bârch' du prè , ape lè vêch's qu'li breuillint d'sus in piet'nant ape qu'taborint qu'm'en dê bargeottes.

Que vois-je? Un gros camion rouge enlisé dans le fossé face à la barrière  du pré et les vaches qui piétinaient et tambourinaient comme des folles.

J'a corru, j'a eu  qu'ill int bray-i quéquion ou bin qu'ill patalint din ên' couvâ d'gravallons.

J'ai couru, j'ai eu peur qu'elles écrabouillent quelqu'un ou qu'elles piétinent un nid de frelons. 

Va t'fêr lanlaire! Sû l'gros châ, y'avôt n'ècrit, in va d'la gueulePiaux d'vêch's pou lê dûs à queur"!  Bin man Colon, y lê mettôt in révulchon!

J't'en fiche! Sur le bahut était écrit, en grand vantard Peaux de vaches pour durs à cuir"... Ben mon ami, ça les mettait en révolution. 

Bin, j'en seus restée tout'èb-èb-ébâbie, j'en jotte tins, t'y crairôt-y touais, v'la t'y point qu'lê vêch's du Yaudus sêrint lir'? Bin y'ê bin auquouê... Y erôt t'y point du Spoutnik la d'sô?

A la r'voyotte don!

Ben, j'en suis restée toute éb-éb-ébaubie, j'en bégaie tiens, le croirais-tu, les vaches du Claudius sauraient lire? Ben ça m'épate! Encore un effet-Spoutnik!

Au r'voir ! 

.................................................................................................................................................................................................................

Avertissement: Un d'ces quatre, pourrait bien y avoir  interro -surprise! 

.................................................................................................................................................................................................................

Publié dans Histoire en Patois

Commenter cet article

Marie de Cabardouche 04/12/2011 20:38


Andiamo - C'que vous jactez bien! Chez nous les gailles sont le plus souvent des truies (parfois aussi des vaches et des chèvres); vous voyez que notre bouseux n'est pas si loin
de votre argot de Titi!


Merci d'être venu nous visiter! 


 


Francis - Avoir été cités par vous nous fait grand plaisir, merci Francis!


François a placé au début de notre page un logo vous caractérisant (échange de bons procédés!)


Il est vrai que l'on s'attache aux animaux de la ferme. Nos vaches montbéliardes étaient par exemple nommées selon leurs traits de caractère et non suivant un dictat d'initiales
correspondant à l'année.

Francis 02/12/2011 06:30


Ah la vache, que celles-ci nous attirent, presque des animaux de compagnie - c'est le cas du tonton Maurice, l'homme qui murmurait à l'oreille des charolaises, lui qui veuf à 88 ans en élève
encore une bonne demi douzaine avec tendresse. Drôle de tendresse qui conduit immanquablement à l'abatoir !


Je me suis permis de vous citer ici : http://f6mig.over-blog.com/article-t-etais-belle-90193582.html


Bonne fin de semaine

Andiamo 25/11/2011 11:11


J' m'en suis r'tourné l'bada ! Pour mécolle, les gails, ou les zoyottes, c'est tout bouseux, juste bons pour la graille.


Merci en tout cas de parler de Chauguise, le lardu du 36 ];-D

Marie de Cabardouche 24/11/2011 21:58


Tant-Bourrin -   Mais voyons très cher, le vieux parler ne saurait s'accommoder de toutes ces diableries technologiques; el en êrot bin trop pô! (il en aurait bien trop
peur!)


 


Olivier -  Bin v'là t'y qu'en êrôt ouvri la pôtche pou l'leu din la barg'rie. Bin heureux qu'vôs in vayie ê grain, Olivier. An va li laissi ên'tchaince, j'crês bin
qu'in Titi qu'fê dê braves chtios crobards ape qu'racontote si bin l'Chauguise, pout point étr' tout varcallé! 


Au cas où Andiamo passerait par là, on va lui traduire:


Ben voilà qu'on aurait ouvert la porte au loup dans la bergerie. Bien heureux que vous ayez veillé au grain Olivier. On va lui laisser une chance; je pense qu'un Titi qui fait de chouettes
chtios crobards et qui raconte aussi bien l'Chauguise ne peut pas être complétement corrompu!

Olivier de Vaux 24/11/2011 18:49


Le p'tiet Andiamo ? Ch'tu que v'not vés nos deurant les grandes wacances ? Un titi
parigot cment nos en fait pus ! Apeu, un rapide ! Fallot enfeurmer nos-tés feuilles ! Du cop, nos tseuvres y sant totes passées, l'boquin étot dev'nu tot beurdin tellement qu'le p'tiet Andiamo lu
en fayot woi de totes les coleurs !

Tant-Bourrin 24/11/2011 17:14


Il faut absolument que vous nous fournissiez un mp3 de la chose : j'ai besoin de travailler l'oral en vue de l'interro surprise ! :~)