Défi n°183 proposé par Abécé du Jardin des Mots pour Les Croqueurs de Mots

Publié le par François & Marie

.

 

...........................................................................................................................

" Vous êtes une des personnes représentées sur le dessin. Il y a houle et vent de travers. Donnez vos impressions."

............................................................................................................................

Bonjour tertous !

Prêts ?

Faites chauffer compas et sextants.

Parés pour trouver ma position ?

Premier indice : je ne suis ni à bâbord ni à tribord, ni tout à fait en " noroît ", ni en " nordet " (nord-est). Visez plutôt en norcentroît. Vous suivez ?

Deuxième indice : je suis le seul marin à ne pas être marin (mais comme ça ne se voit pas, ça ne va pas vous aider...)

Troisième indice : je ne suis ni au plus bas, niveau baleine bleue, ni entassé dans le canots des moussaillons joyeux drilles, ni protecteur de la benoîte sirène en monokini.

Levez le nez. Non, pas aussi haut ! Vous me vexez si vous me prenez pour ce père dodu qui s'empiffre de bananes; il a l'air malin avec ses bottillons à hauts talons, sa boucle d'oreille et son foulard-girouette.

Je ne fais pas partie non plus, le ciel m'en préserve, de ces va-t'en -guerre sis à bâbord, hérissés de lames tranchantes et acérées, et pourtant je n'en suis pas loin, juste au-dessus. J'ai d'ailleurs à l'œil le gourdiflot au long tarin et cotte de maille qui s'endort deux pieds sous moi, il eut suffit qu'il s'assoupisse pour que sa serpette tailladât  mon " cordiau " ( méli-mélo de subjonctif et de ch'ti).

Ça y est, vous m'avez trouvé sous le bonnet schtroumpf bleu ? C'est bien moi le préposé à l'étendage de linge. 

Chaque lundi, jour de lessive, je m'en vais " bercher ", ma " mand'lette " (corbeille à linge en osier) sur la vergue devant le grand hunier rapiécé. Cette pauvre voile avait été estropiée par un obus, ça faisait négligé et donnait un courant d'air - je hais les courants d'air - je lui ai surjeté une pièce jaune - les pièces jaunes sont d'actualité -  qui lui donne un air printanier.

Je vous l'avoue tout de go, je n'aime pas la houle qui chamboule et m' fiche la       " troulle " ; je m'agrippe de mes ortaus à la grosse poutre, en elle j'ai confiance, c'est du fiable, du costaud, de l'épicéa du jura !

Je vénère le  vent de travers, il est fin bin pour sècher et repasser la lessive de mon p'tit gars.

Mon p'tit gars c'est le Cornillou. Pourquoi " Cornillou " me direz-vous ? Parce que c'est le " fieu " du Cornil ", min bon camarate " et de Mame Janssen, la Catherine.

À Duinkerk - " église dans les dunes " - je l'ai vu naître mon Cornillou et je suis comme qui dirait SON nounou.

Allons donc ! Cornillou ?... ça ne vous dit rien du tout ? oui, j' sais bin, j' suis l' seu' à lui bailler ce pseudo.

Lui, il se présente toujours sous son vrai nom. D'ailleurs je trouve qu'il le fait de façon plutôt bizarre ed' pis qu'il a vu un certain film de fiction :

- MY NAME IS BART... JEAN  BART ! qu'il dit. C'est dev'nu un tic, eune habitute.

Pour moi, le Jean Bart reste mon ptchiot quinquin, j' le quitte pas d'eune s'melle, d'où ma devise :

" Là où est mon Cornillou, j'y serai itou, un point c'est tout !"

Et pourtant, j'aime pas bien les " batieaux ", j'aurais bin  préféré continuer à           " gardiner " les oyats et les chardons bleus de mon bon Dinkek .

Mais comme le p'tit Cornillou était toujours prêt à prendre sa musette et son "paqu'tache " pour " imbarquer " sur " ieau ", en " batalle "pour son Roy, j'ai toujours suivi. Il a qu'minché a bourlinguer à douze ans, vous l' croyez ça ! Et le v'là chef d'escadre, à la quarantaine !

Et avec ça, jamais ercrin (fatigué), incapable de rester tranquillement dans sa " cambuse ", faut qu'il roule sa bosse sur les océans. Il est galaffe (gourmand) eul' ptiot, alors j'essaie de le retenir en lui faisant des " gauffes ", il s'en baffre et, malgré tout, " imbarque ". Alors j' lâche min accorchu (tablier), min cul de poule, ma farine et ma spatule, j'enfile mes bottes et min bonnet, j' mets la clé dans le pot de géraniums et me v'là fin prêt pour le suivre. 

J'ai toujours été là pour faire sa buhée (lessive), pour ébrouer (laver) son linge. J'aime qu'il soit bien propret mon Cornillou.

S'cusez-mi faut que j'fasse min gindarme.

- Hep, là -haut ! les deux campanoules, oui, vous, juste à mon noret, étripez-vous tant que vous voudrez, mais tâchez moyen de ne point esclabotter de votre hémoglobine de rustres le petit linge de min tiot Cornillou. Sinon, y' aura du frictionnage d'écoutilles, pigé ?

R'venons à ma lessife. Oh bin r'gardez voir ! min canaillou de Cornillou m'a encore fait deux chaussettes orphelines ! Ousque min ptiot pouchin a bien pu m'perdre  la deuxième chaussette rouge ? et pis la deuxième bleue ? En n'Irlande ? En n'Angleterre ? En n'Hollande ? Allez savoir... J'ai beau l'avoir à l'œil min gros rojin, il aime m' faire des fredaines. Regardez- le donc, là en d'sous d'mi, sur sa balustrade, l'œil collé à sa lorgnette ! N'est-il pas biau et distingué avec son ptiot paletot ruge et son fier capiau, min Cornillou !

Ach, j'vois bin qu'il a encore voulu faire l' gandin; i m'a pas n'enfilé ni son cache-col ni son giliet d' laine... Moi je vous l' dis, un jour, après un vent coulis de " gorche ", min Cornillou me f'ra un trente neuf - huit ou bin même in quarinte... que va dégénérer en pleurésie... cha li pend au nez (paraîtrait que c'est ce qui se prédit  dans le livre de l'Histoire...) Mais tout cha, c'est d'la bablute, r'heusemint qu'on prend point tout c' qu'est n'écrit pour paroles de catéchime, il a encor' bin du beau timps d' vant li, min Cornillou !

Il doit être fier que SON DUINKERK reçoive la citation :

" VILLE HÉROÏQUE, SERT D'EXEMPLE À TOUTE LA NATION "

et que les carnavaleux posent genou à terre au pied de sa statue pendant " LA CANTATE À JEAN BART ".

Il ne craignait pas le vent de travers le Jean Bart corsaire - mousquetaire,

ni la houle, min chevalier, min marin, le ptiot Cornillou, l' min  !

                                    ....................................

 

Commenter cet article

Lenaïg 10/05/2017 12:08

Bonjour François et Marie. François, pourrais-je emprunter ton terrible pirate de la mer en annonce sur mes propres pages de participation à ma quinzaine de défis ? Si oui, grand merci, ce sera un honneur et une joie pour moi ! Mes amitiés, à bientôt.

François & Marie 10/05/2017 14:20

Oui bien entendu Lénaig on peut emprunter le terrible pirate de la mer ! ( il faut juste dire d'où il vient...) amitiés de nous deux . à Bientôt .

Andiamo à la mer 04/04/2017 11:06

AH AH AH ! Réjouissante histoire de pirates ! J'n'ai core l'hunier tourneboulé !

François & Marie 04/04/2017 20:09

Il n'est pire hâte que celui qui ne sait pas attendre ( Confucius) Souvent sur l'hunier se tient le Père OK bonne soirée m'sieur Andiamo.

Lenaïg 04/04/2017 09:45

Hi hi hi, "le" nounou du célèbre Jean Bart, il fallait y penser ! Et il est doué, le "bougre" pour narrer la trépidante vie de ce drôle de bateau ! Le coup des chaussettes orphelines, j'en ris encore, entre autres. Et j'avoue qu'avant de lire, j'ai vite glissé en bas de la page pour les dessins de François, je n'ai pas été déçue. Bravo et bises à vous deux, Marie et François.

François & Marie 04/04/2017 20:11

Ah ben le Jean Bart c'était un sacré coco ! D'ailleurs le p'tiot François le prend pour modèle dans sa bassine goélette . Bise de nous deux, Lenaïg .

Jeanne Fadosi 04/04/2017 09:35

Extra : et le texte patoisant en dialecte francmarien et l'illustration pleine de pep et d'humour. bravo et merci
bises et belle semaine

François & Marie 04/04/2017 20:12

Marie est très inspirée par les récits héroïques des valeureux marins et Dunkerque est une belle source d'inspiration . Bonne semaine Jeanne.

colettedc 04/04/2017 04:09

C'est superbe ! Bravo à vous deux ! Marie, tu as choisi le même personnage que moi ! Bon matin de ce mardi ! Bisous♥

François & Marie 04/04/2017 20:13

Ah, donc les grandes plumes se rencontrent ! bisous de nous .

Josette 03/04/2017 16:06

La réussite des grands zhommes vient de l'abnégation de leur entourage... il en a de la chance ce ptiot de Jean Bart !
Merci merci...une belle page et que de plaisir à la lire et contempler
Bonne quinzaine à vous deux

François & Marie 04/04/2017 20:15

Tous les grandzhommes ont eu une maman à la base, sans elles point de héro. Merci pour votre visite, amitiés de nous.

ABC 03/04/2017 10:23

Moi qui ai habité Dunkerque votre participation me parle au cœur et j'en suis comblée...

On dit que Dunkez est mort
c'est pas vrai, c'est pas vrai,
Ah il fallait pas qu'on y aille
Non il fallait pas y aller !!!!

Que de souvenirs !!!!!! Merci !

François & Marie 04/04/2017 20:42

Ahh Dunkerque est une ville très attachante et ses grandes plages offrent de merveilleuses balades . bonne semaine ABC, merci pour votre amicale visite .

Quichottine 03/04/2017 09:23

Merci ! J'ai adoré !
Avec vos illustrations en prime, c'est extra !
Passez une douce journée.

François & Marie 04/04/2017 20:43

Merci beaucoup pour votre sympathique visite, bonne journée à vous Quichottine, amitiés de nous deux.

jazzy57 03/04/2017 08:20

Excellent je me suis régalée avec ce billet en chti , la lessive du lundi sur le bateau et le Cornillou en prime ça c'est vraiment top .
Bonne journée Bisous à vous deux

François & Marie 03/04/2017 09:09

Ah ben, cho, un billet du ch'Nord,ça vaut son pesant de potjevlesh hein ? bisous de nous deux.

jill bill 03/04/2017 08:13

Bonjour Marie et François... Oui celui qui semble s'être échappé d'un livre de Peyot !!! La petite fée du logis, enfin du bateau... ;-) il faut bien qu'un mousse se dévoue au linge sale ! Quant à votre dessin, à vaincre sans péril etc.... ;) Bon lundi à vous deux, bises

François & Marie 03/04/2017 09:10

Pour le linge sale la mousse est très importante ( même si le mousse se fait passer un savon . ) bises de nous.