Défi n° 143 "Malade", proposé par Enriqueta pour les Croqueurs de mots.

Publié le par François & Marie

" Racontez une histoire de malade ou de médecin ou de pharmacien ou d'hôpital ou de médicament... ou un mélange ".

............................................................................................................

Quelques réflexions inédites et authentiques glanées parmi notre entourage de professionnels de santé.

..........................................................................................................

Bon de commande adressé à la pharmacie hospitalière:  

" Dix paquets de gynéco " parrain ".

Traduire:

Dix paquets de garnitures gynécologiques conditionnées "par 1 ".

.........................................................................................................

Dans le compte-rendu de son test sanguin un patient découvre que son groupe sanguin est O + 

Catastrophé, paniqué, il s'écroule d'angoisse, "  J'ai le SIDA"... voyez je suis positif "...

.........................................................................................................

 

Défi n° 143 "Malade", proposé par Enriqueta pour les Croqueurs de mots.

- " Ma fille a été prise parce qu'elle ne s'est pas regardée ".

Traduire: " Ma fille est enceinte parce qu'elle n'a pas vérifié si elle avait ses menstruations ".

.......................................................................................................

L'équipe médicale s'interroge:

Dans cet établissement pour personnes âgées, depuis une fenêtre à ouverture réduite, comment a-t-on pu "balancer" un déambulateur du troisième étage ?

Énigme non résolue...

........................................................................................................

En pénétrant dans ce cabinet elle s'interrogea, intriguée, pourquoi autant de doigtiers en latex dans cet énorme bocal ?

Sollicitée par le praticien qui la questionnait, elle avoua quelques douleurs cervicales (il palpa subtilement), lombaires (il tâta délicatement), coccygiennes... l'ostéopathe se dirigea vers le grand bocal, et * ... elle eut la réponse à sa question !

* remise en place des vertèbres du coccyx par toucher rectal.

..........................................................................................................

Afin de procurer une activité et offrir des responsabilités aux résidents de l'unité de vie Alzheimer, le gériatre d'un établissement hospitalier souhaita faire installer un jardin enclos où s'ébattraient quelques lapins.

On se conforma aux prescriptions médicales. Il y eut un jardin. Les résidents furent charmés, les lapins gâtés.

Mais, mais, mais... ce qui devait arriver arriva.

Peu à peu, les résidents, oublieux pathologiques, oublièrent qu'ils oubliaient de nourrir les lapinous.

On en eut vent.

On s'en émut.

On se demanda ... qui serait à même de... qui serait autorisé à... qui serait susceptible de...

On vérifia les fiches de postes des aides-soignants, on observa à la loupe celles du personnel infirmier, nenni dà... aucune ne comportait la mention " Prise en charge et distribution bijournalière de ravitaillement comestible approprié à l'espèce animale lagomorphe à grandes oreilles et évacuation quotidienne des déchets engendrés par icelle ".

Bref, personne ne souhaitait ni donner à becqueter aux lapinous, ni balayer leurs crottes.

Une secrétaire au cœur tendre, amie des animaux, décida d'adresser au Bureau Qualité de l'hôpital une fiche " Événement indésirable" (document qualité informant des non conformités rencontrées au sein de l'établissement.). Cet organisme prit très au sérieux l'infortune des mammifères rongeurs, en informa le gériatre et le cadre de santé.

L'événement est récent, les réactions humaines en instance.

En revanche le monde des petits culs blancs n'a pas attendu les résultats des cogitations administratives. Il a fait des lapereaux à gogo, tonsuré l'herbe tendre du jardin d'Eden, creusé sous l'enclos des issues de carapatage, envahi les moindres espaces verts, semé plein de petits cachous qui collent aux semelles dans les parkings et qui font taches au milieu des bégonias trop bien alignés et des œillets de poètes bien trop guindés.

Dans la journée, les civets en devenir cohabitent avec des colverts. C'est incongru, distrayant, salissant.

Certaines nuits, il n'est pas rare que le (la) pharmacien d'astreinte, qui déboule, mandée d'urgence vers trois heures du matin, soit accueillie par quelques bouquins facétieux folâtrant en famille. Ça lui permet, histoire de se réveiller tout à fait, de s'auto- servir un jeu de mots " me serais-je déplacée pour rien, l'infirmière du bloc qui devait m'attendre ici m'aurait-elle ... posé un lapin " ?

Ça fait causer, sourire, jaser, sans perturber les sautillements cascadés des petits lapins qui profitent sans complexes de leur liberté.

À suivre !

Défi n° 143 "Malade", proposé par Enriqueta pour les Croqueurs de mots.

...........................................................................................................

Hommage à elle, à lui.

Lorsque l'on demandait à cette dame de près de nonante ans, hémiplégique, dépendante depuis quarante neuf ans de son fauteuil roulant et de son mari (qui parvenait à concilier " train de culture ", trois enfants, potager ordonné, intégralité des soins prodigués à son épouse, organisation domestique impeccable, patience et mental positif quasi constants),

- Ça va Simone ?

Immanquablement, avec un vrai sourire et des ris plein les yeux, tout en vous invitant à partager un café et le gâteau concocté de sa main valide ( grâce à des astuces maritales dignes de Macgyver ), elle répondait d'une voix allègre,

- Ça roule !

Depuis hier Simone roule vers un monde sans fauteuil. Nous étions plusieurs centaines à son enterrement.

.................................................................................................

Défi n° 143 "Malade", proposé par Enriqueta pour les Croqueurs de mots.

Avec comme objectif de faire découvrir le monde de la santé aux enfants de grandes sections d'écoles maternelles et de CP, et par là même de diminuer leurs craintes s'ils devaient être confrontés au milieu hospitalier, des étudiants en médecine, en collaboration avec d'autres étudiants de différentes filières de santé, soins infirmiers, kinésithérapie, pharmacie, odontologie, sages -femmes, ont mis en place un projet d'HDN, Hôpital Des Nounours.

Les enfants arrivent avec leur nourson personnel, dont ils ont choisi la pathologie et signalé l'emplacement par une croix en scotch rouge.

Les nounoursologues viennent les accueillir dans une salle d'attente, les écoutent en consultation, les dirigent vers un spécialiste ou vers un bloc opératoire puis vers la pharmacie.

Arthur, petit garçon de quakrans est reçu par une élève-infirmière qui le questionne.

- Qu'arrive-t-il à ton nounours Arthur ?

- Un krokrodile l'a mordu et a cassé son bras...

- Il n'y a pourtant pas beaucoup de krokrodiles par ici, essaie de le rassurer la jeune nounoursologue.

Après avoir vérifié d'un coup d'œil circulaire que personne ne les espionnait, Arthur s'approche et lui chuchote en confidence,

- Je les ai vus t'sé les krokrodiles, il y en a plein qui se promènent... la nuit...

.................

Vous comprendrez que j'aie un peu éloigné cette historiette de celle des lapinous, j'ai craint que les krokrodiles franc-comtois (réputés pour être des ogres krès, krès kruels) viennent les boulotter !

Commenter cet article

luciole 83 22/04/2015 23:24

Moi aussi j'ai très peur des Krokrodiles errants dans les jardins et autres endroits... Mais je n'ai plus de nounours pour me protéger....Ben non, je n'ai plus quakrans ! Il va falloir que j'en commande à la pharmacie du coin, ou bien des petits lapins ? Avec leurs petites billes de réglisse, ils sont bien pratiques ! je pourrai planter une pancarte : "attention verglas"... ! Les krokros krès krès cruels, qui aiment bien les ptites mémères, surtout leur sac à vrais billets, feront des vols planés avec leurs ptits scooters.... Ah quel délire !
Bon je vais aller voir Arthur, il semble très au courant, il m'expliquera... car j'ai très peur aussi des Hôpitaux et ne connais pas de nounoursologues ???
Tiens, un déambulateur ? c'est le ciel qui me l'envoie ? chic alors ! mais attention : pas chuter ! gare à mon coccyx ! Je ne tiens pas à tomber en Sainte !!! Le ciel peut bien attendre..............
Ça va Simone ? ça roule, ça roule ! Hihihi !
Quel délire !!!

François & Marie 24/04/2015 20:13

Merci Luciole pour votre éclairage très amusant des articles tricotés par Marie. C'est presque un défi dans le défi. Les nounours ne sont pas réservés aux quakrans, j'ai moi même un gentil mouton en peluche que Marie m'a offert et qui a droit régulièrement à des pouët pouët câlins sur le nez ! Bonne journée à vous .

dimdamdom59 22/04/2015 17:22

Drôle à souhait comme toujours!!!
Ca me rappelle une petite blague;)
C'est le gars complètement dépité qui va boire un coup avec son pote. Celui-ci se rend bien compte que ça ne va pas fort. Que ce passe t-il tu fais une drôle de tête? Oh plus rien ne va, ma femme est partie, j'ai été viré de mon boulot, j'ai crashé ma voiture et je n'avais pas d'assurance. Ah c'est moche lui dit son pote. Et tu es sûr qu'il n'y a rien de positif dans ta vie??? Le gars cherche puis finalement répond : Ah mais oui, mon test SIDA est positif ;)
Oui mais je suis allergique au latex mdr!!!
Bisous les amis et merci pour cette tranche de rire.
Domi.

François & Marie 22/04/2015 19:44

Effectivement le gars en question n'a pas beaucoup de chance, mais rappelons à nos fidèles lecteurs qu'il est important d'avoir une bonne assurance auto. Bonne soirée madame Dim Dom : bises de nous deux.

enriqueta 22/04/2015 14:07

J'ai beaucoup aimé les lapinous et l'hôpital pour Nounours et autres doudous. Pour les krokrodiles faut demander à Billy l'exterminateur de venir s'en occuper. Je n'ai rien compris à l'histoire des gants en latex. Normal, mes neurones sont en vacances. ;-))

François & Marie 22/04/2015 19:51

Oui les lapinous et les noursons font partie des soins doudous. Il existe également la ronron-thérapie avec un bon gros chat. Les doigtiers en latex sont réservés à des gestes médicaux précis et ciblés la patiente ne savait pas à quoi ils pouvaient servir jusqu'à ce que le praticien s'en serve pour replacer son coxxyx....

durgalola 21/04/2015 17:10

un bon moment à lire tes historiettes ... et l'histoire de lapins, je connais aussi (un peu différente ) mais plus personne ne veut s'en occuper.
Bonne soirée

François & Marie 21/04/2015 17:29

Merci pour votre visite, Marie a su alterner les petites brèves hospitalières et les billets un peu plus longs amusants et émouvants. Cette histoire authentique de croqueurs de carottes est savoureuse. Bonne soirée à vous .

Andiamo 20/04/2015 18:23

Ah c'est jouissif, charmant et frais ça se déguste sans faim comme un râble de lapin en somme !
Bravo à la plume, et au pinceau ];-D

François & Marie 21/04/2015 17:30

Merci pour votre visite, c'est vrai que c'est bon le pâté de lapin, et puis c'est un animal très propre car on dit "un lapin : ça linge "

Eglantine 20/04/2015 17:36

ça pourrait être triste ...et j'ai pourtant rit et sourit ...d'avoir des "connaissances" a permis uen belle cueillette pour ce thème particulier...merci du partage

François & Marie 20/04/2015 18:55

Merci pour votre visite, les rires et sourires sont une excellente thérapie : il n'y a aucune contre-indication.

Josette 20/04/2015 15:43

Il y a peu 3 semaines ma petite Lisa a été opérée de l’appendicite... c'est son Chien-nounours Caramel qui était le chirurgien (ou son assistant)... vrai de vrai, je l'ai vu avec sa coiffe verte qui'il a gardé sur la tête jusqu'au retour à la maison !
Préparation magistrale :
Prendre une pincée de patience
incorporer une pincée de courage et une de confiance
ajouter un soupçon de rire
puis une tasse de bonne humeur...QSP une bonne journée !

François & Marie 20/04/2015 16:16

Votre préparation est pleine de bon sens. C'est drôlement bien que les chien-nounours soient habilités à participer aux chirurgies , comme ça on guérit bien plus vite. Vous féliciterez Caramel !

Titou 20/04/2015 11:45

Savoureux, comme toujours aussi bien du point de vue du texte que des dessins !!!
Une pause au logis permet de se régaler de ces histoires sans modération, le surdosage étant conseillé !!
Merci à tous les deux pour cette consultation et ces brèves de comptoir !
Bisous à tous les 2 !!

François-Marie 20/04/2015 14:22

Mon Titou, c'est en grande partie grâce à la consultation privée que tu as bien voulu m'accorder que je n'ai pas présenté de syndrome de la page blanche !
De plus, les images pleines d'humour de François promettent un bon pronostic d'avancée rapide vers la convalescence !
Porte-toi bien, bisous plein !

Lenaïg 20/04/2015 10:45

Bonjour Marie et François, ce n'est pas moi qui allait vous en poser un, de lapin, je me doutais bien qu'il y aurait du nouveau par ici :) ! Je ne suis pas déçue, cette page est très riche, hé hé et les lapins, ben je les aime "trop" bien mais plus en civet depuis longtemps. Je ne sais si on peut rire de tout (sûrement pas avec n'importe qui) mais rire de ou malgré la maladie est fortement recommandé. J'aime aussi beaucoup les nounoursologues et je comprends qu'il faut se méfier des crocodiles errants, et comment ! Merci beaucoup pour le régal du texte et des dessins ! Bien amicalement.

François & Marie 20/04/2015 11:17

Merci pour votre visite médicale, ces anecdotes,sans effets indésirables dosées à 1000 mg de plaisir de lecture, sont directement issues des apothicaireries modernes et de la fac de médecine où les peluches servent de médiateurs. Elles nous ont été rapportées par notre entourage tout proche, et Marie comme toujours, les a mis en mots-dicament pour faire sourire.

jill bill 20/04/2015 09:04

Bonjour Marie et François... et bien de ces malades là on en redemande, mais si !! ;-) merci à vous deux, bon lundi de la part de jill, bises

François & Marie 20/04/2015 11:07

C'est pas rigolo la maladie, mais les professionnels de la santé sont des gens formidables. Ils savent faire partager l'humanité qui pétillent en eux.